La variole du singe, un virus bien mal nommé.
La variole du singe, maladie zoonotique plutôt propagée par les rongeurs, tient son nom du premier animal chez qui le virus a pu être isolé. ©Pixabay

Sous l’impulsion de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, la vaccination contre la variole du singe s’organise dans 18 centres de vaccination. A ce jour, 231 cas sont déjà recensés dans la région, essentiellement dans le Rhône.

Le recours au vaccin est le meilleur moyen de lutter contre la diffusion du virus de la variole du singe. Depuis le 8 juillet, cette vaccination préventive est recommandée pour les groupes de personnes les plus à risque, en plus des personnes contacts avec des malades.

D’après les recommandations de la Haute Autorité de Santé, en plus des personnes contacts avec des malades, la vaccination est recommandée aux personnes à très haut risque d’exposition, notamment :

  • les hommes multipartenaires ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) et les personnes trans rapportant des partenaires sexuels multiples ;
  • les travailleurs-ses du sexe ;
  • les professionnels des lieux de consommation sexuelle, quel que soit le statut de ces lieux

Variole du singe : où se faire vacciner ?

Dix-huit centres de vaccination, répartis dans l’ensemble des départements, sont ouverts en Auvergne-Rhône-Alpes à ce jour.

Toutes les informations et coordonnées des centres sont accessibles depuis le site internet de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes et également sur www.sante.fr.

Le Monkeypox est une maladie infectieuse due à un orthopoxvirus. Elle se caractérise notamment par une éruption cutanée qui peut être isolée ou précédée ou accompagnée d’une fièvre ou de ganglions.

Pour rappel, le virus Monkeypox peut être transmis par contact direct avec les lésions cutanées ou les muqueuses d’une personne malade, ainsi que par les gouttelettes (salive, éternuements, postillons…). Mais aussi par contact indirect avec l’environnement du malade (literie, vêtements, vaisselles, linge de bain…).

La maladie dure généralement de 2 à 3 semaines.

D’après les plus récentes données de Santé publique France, 2 421 cas confirmés ont été recensés en France. Dont 231 cas en Auvergne-Rhône-Alpes, avec plus de 70% des cas détectés dans le Rhône.

À ce jour les cas signalés sont majoritairement bénins, aucun décès n’a été signalé en France.

À SAVOIR

Depuis mi-juillet, un dispositif d’écoute est ouvert afin de répondre aux questions suscitées par la variole du singe. La ligne téléphonique « Monkeypox info service » est accessible tous les jours de 8h à 23h, au numéro vert 0 801. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here