Multifactoriel, le trouble de l’érection peut être traité par différents spécialistes. Les médecins généralistes, consultés dans 2/3 des cas, mais aussi les endocrinologues, les urologues, les andrologues, les sexologues et les psychologues. Tous n’ont pas les mêmes compétences.

 

Le médecin généraliste

Il est habilité à prescrire un traitement, mais n’est pas toujours le mieux informé sur le sujet et «a encore beaucoup de préjugés». Si le médecin généraliste ne se sent pas apte à traiter une dysfonction érectile, ou si après les premiers résultats il estime que des examens complémentaires sont nécessaires, il pourra orienter son patient chez un spécialiste.

Les spécialistes

L’endocrinologue : spécialiste du système hormonal. En cas de maladies des glandes, notamment des testicules : l’hypogonadisme (insuffisance de sécrétion d’hormones mâles).
Le neurologue : spécialiste du système nerveux. Une atteinte des centres nerveux de la moelle épinière ou des nerfs entraîne aussi des troubles de l’érection. Section de la moelle épinière lors d’un accident, section du nerf érecteur lors d’une intervention chirurgicale de la prostate, de la vessie ou du rectum, une mauvaise conduction : la sclérose en plaque ou les neuropathies provoquées par des maladies comme le diabète, l’alcoolisme, etc…
L’urologue : spécialiste des maladies liées aux organes et voies génito-urinaires : rein, urètre, vessie, testicules, prostate, etc.
L’andrologue : version masculine du gynécologue, il est spécialiste de l’appareil génital de l’homme. Souvent les urologues sont spécialisés en andrologie ou en gynécologie. L’andrologie est une discipline récente qui prend en charge diverses pathologies masculines comme la dysfonction érectile, les troubles de l’éjaculation (comme l’éjaculation prématurée), le déficit androgénique lié à l’âge (andropause) ou les problèmes d’infertilité masculine.
Le psychiatre ou psychologue : certaines dysfonctions érectiles sont uniquement d’origine psychologiques. C’est le cas lorsque l’homme garde des érections nocturnes et matinales spontanées, mais qu’il ne peut pas obtenir d’érection avec sa partenaire.
Le sexologue : le médecin sexologue, s’il est compétent, a la particularité d’avoir une approche physique et psychique du problème. Mais il faut bien se renseigner pour choisir le bon. En effet, il n’est pas obligatoire d’avoir suivi une formation pour se déclarer sexologue. Il existe toutefois une formation de 3 ans (diplôme inter-universitaire de sexologie DIU) qui peut être un gage de sérieux. L’appartenance à l’association inter-hospitalo universitaire de sexologie (AIHUS) en est un autre.
Enfin, si l’on cherche dans l’annuaire, il vaut mieux se référer aux «médecins sexologues» qu’aux «sexologues».

Chargement des commentaires facebook ...

1 COMMENT

  1. ,trés difficile à vivre avec son partenaire,le dégout s’installe.c’est GRAVE.
    le couple frole la rupture;( pour mon partenaire c’est le manque d’érection …) le reste fonctionne normalement –
    1ere étape, mon ami accepte que nous rencontrions son médecin..
    2eme étape,sur conseil du généraliste,rdv avec le spécialiste qui convient,apres questionnaire approfondit.
    nous aurons au moins tenté quelque chose.
    esperant trouver notre solution.bye bye…. 🙂

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here