Le ressourcement par les arbres: un réel apport bien-être, mais aussi santé. ©DR

En vogue depuis quelques années, la sylvothérapie fait de plus en plus d’adeptes. En quoi cela consiste ? Ses bienfaits sont-ils réels ? Le point sur cette technique de relaxation venue tout droit du Japon : la thérapie sous les arbres.

Entourés de bâtiments, confinés dans nos bureaux ou dans nos véhicules, nous passons de moins en moins de temps en plein air. Malmenée par l’homme, la nature lui est pourtant vitale et essentielle. Revitalisante, curative et source de bien-être, la sylvothérapie ou bain de forêt regorge en effet de vertus.  

 

Qu’est-ce que la sylvothérapie ?

Contrairement aux idées reçues, il ne s’agit pas simplement d’enlacer un arbre ! La sylvothérapie correspond plutôt à un bain de forêt. L’objectif est de plonger au coeur de la nature pour réveiller les énergies du corps. Le sol jonché de micro êtres vivants sous vos pieds, l’air pur et frais qui inonde vos narines et la fugue des chants des oiseaux qui sonnent à vos oreilles. La sensation de bien-être que permet un moment en forêt booste la santé : c’est scientifiquement prouvé ! Des études notent que des molécules naturelles émises par les arbres telles que les phytoncides et notamment les terpènes ont des effets bénéfiques sur le système nerveux. Ces substances naturelles régulent les fonctions de régénération et de détente du corps.

 

Sylvothérapie : à chacun son type d’arbre

Discrets, dynamiques, fonceurs… Si les êtres humains sont tous différents, les arbres le sont aussi. Selon Natalène Morel, accompagnatrice et guide silvestre, il faut choisir la forêt dans laquelle se ressourcer en fonction de son caractère : « les arbres résineux, dynamisants, vont plutôt correspondre aux personnes qui ont besoin d’être boostées. À l’inverse, les arbres à feuillus, plus apaisants, vont aider des personnes ayant besoin d’être calmées, des enfants hyperactifs par exemple. »

Attention, le contact avec certains arbres est déconseillé. Éviter les arbres morts (sans feuilles, ternes et aux branches cassantes) ou malades (sur lesquels poussent des champignons ou desquels l’écorce se décolle). Certains arbres (chênes, charmes…) peuvent également cacher des substances allergènes ou encore des insectes sous leurs écorces. Il convient donc de profiter des bienfaits de la forêt en gardant l’oeil ouvert.

 

Sylvothérapie : marchez seuls ou suivez le guide

La sylvothérapie peut se pratiquer seul (pour les personnes non-dépendantes) et est ouverte à tous. En revanche, participer à des séances de groupe encadrées par un guide ou un accompagnateur permet de participer à des ateliers de connaissance de soi et de bien-être tout en bénéficiant de conseils individuels. Natalene Morel détaille : «  je commence la séance en réveillant les énergies du corps des participants en pratiquant de la respiration profonde. Ensuite, je leur propose diverses activités d’éveil des sens (marche les yeux fermés, caresse d’arbres…), de relaxation (respiration, méditation…) mais aussi de découverte de milieux naturels à travers des jeux. »


La sylvothérapie se pratique également en famille : les enfants, plus curieux et enthousiastes lors des ateliers, peuvent encourager les parents. « C’est aussi l’occasion, explique la guide silvestre, de passer un moment ensemble, loin des écrans et des inquiétudes de la vie quotidienne. Cela permet de resserrer les liens familiaux. »  

 

Sylvothérapie : le bain de forêt pour se soigner

La sylvothérapie est bénéfique pour tous (renforcement du système immunitaire, réduction du stress…) mais elle peut l’être particulièrement pour certains malades. Les sensations de bien-être et de relaxation peuvent être salvatrices. « La respiration avec les arbres et la méditation apaisent et permettent de se libérer de certaines tensions. La marche en pleine conscience ou contemplative sont des moments de concentration qui vont permettre d’améliorer la condition des personnes en burn out, en dépression ou en hyperactivité. La diminution des taux de glucose que permet les molécules de la nature aident également les diabétiques » note Natalene Morel.

 

La sylvothérapie est à pratiquer toute l’année. Selon la guide silvestre : « l’idéal pour la santé est de marcher et prendre l’air sous les arbres au moins deux fois par semaine ! » Seuls ou accompagnés, osez un bain de forêt !

 

À SAVOIR

Il n’existe aucun diplôme officiel à ce jour pour la pratique de la sylvothérapie par des guides. Les personnes organisant des ateliers en forêt ont ainsi souvent le titre d’ accompagnateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here