Tromper son mari, un scénario souvent mal vécu par les femmes
Les femmes infidèles vivent mal dans le mensonge ©DR

Ma femme me trompe… Une révélation difficile à vivre pour la plupart des hommes. Malgré tout, il est possible de surmonter cette épreuve, comme l’explique l’universitaire lyonnaise Annik Houel, experte en psychologie sociale.

Beaucoup de femmes fantasment de tromper leur mari, mais qu’est ce qui peut les pousser à passer à l’acte ?

Annik Houel: La sollicitation… faut-il encore que quelqu’un se présente ! En général, il s’agit plus souvent de personnes qui sont déjà dans le cercle amical, ou alors d’hommes rencontrés dans le quotidien, comme le fameux jardinier ou le prof de sport.

On dit que les femmes ont du mal à vivre dans le mensonge, et vont plus facilement réclamer la séparation, alors que les hommes vivent mieux leur infidélité, quitte à mener une double vie. Cela vous semble pertinent ?

Il est vrai qu’on connaît plus d’hommes qui mènent une double vie. C’est assez logique : pour les femmes qui ont des enfants, cette double vie est souvent trop chronophage. Les hommes s’occupant moins de leurs progénitures, c’est moins compliqué pour eux. Dans 75% des cas, ce sont les femmes qui demandent le divorce. Mais elles ne quittent pas forcément leur mari pour un autre homme. Elles le quittent car elles en ont marre, car elles sont violentées. Les chiffres montrent que les hommes au contraire, quittent rarement leur épouse s’il n’y a personne derrière…

Pour quelles raisons certaines choisissent de rester avec leur mari ?

La culpabilité ressentie par les femmes n’est pas forcément plus intense que celle des hommes. Si elles restent, c’est souvent plus à cause de la culpabilité sociale, de la peur de s’attirer les foudres des bien-pensants. L’infidélité chez les femmes ne fait pas partie de leur personnage normalement. Et puis certaines restent aussi par amour !

Infidélité féminine: pour les hommes, une question d’honneur !

Un époux qui mettrait tout en œuvre pour récupérer sa femme, mettant de côté son égo, aurait-il des chances de la reconquérir ?

Oui, pourquoi pas ! S’il veut qu’elle revienne, c’est qu’il est amoureux, alors il y a des chances que ça marche. La tromperie pour les hommes, c’est plus une question d’honneur. Sur ce point, ils sont plus fragiles que les femmes qui sont plus souvent humiliées. Quand Nicolas Sarkozy a été trompé par Cécilia, Dominique de Villepin a lancé cette phrase très symptomatique : « Un homme qui ne peut pas garder sa femme, ne peut pas gouverner la France ». Pour certains hommes trompés, cela casse tout et ils souffriront de s’imaginer que leur femme a pu « appartenir » à quelqu’un d’autre. Dans certaines sociétés, une femme violée ne peut carrément plus être touchée. Cela montre la précarité de l’égo masculin.

L’infidélité féminine peut-elle malgré tout rebooster le couple ?

Cette idée est très vieille mais pourquoi pas. Ca passe ou ça casse. Cela peut être un moment constructif du moment qu’on en parle, que cela fait changer les choses dans le couple. De toute façon, un couple ne peut pas durer 30 ans sans changement. Dans le meilleur des cas, l’infidélité fait réfléchir l’autre. A priori, quelqu’un qui pardonne est quelqu’un qui réfléchit…

A savoir

Près des deux tiers des Français vivant en couple pensent qu’il est possible d’aimer quelqu’un tout en lui étant infidèle, selon un récent sondage IFOP pour Gleeden. Ce sondage réalisé en 2014 révèle aussi que plus d’un homme sur deux (55%) et près d’une femme sur trois (32%) ont déjà été infidèles à leur conjoint. Un rapport à forte augmentation depuis le début des années 70. A noter que les hommes les plus âgés et les plus aisés sont ceux qui avouent le plus d’aventures extra-conjugales. Paradoxalement, 68% des Français croient encore possible de rester fidèle toute une vie à la même personne…

Chargement des commentaires facebook ...

1 COMMENT

  1. Du mal à discerner ce qui sépare cette approche de celle de ma concierge, à part la mention “éminente psychologue” dans l’en-tête. Point par point =>
    “Il est vrai qu’on connaît plus d’hommes qui mènent une double vie.”
    Vous les connaissez personnellement ou vous écumez les gros titres de la presse a scandales ?
    “C’est assez logique : pour les femmes qui ont des enfants, cette double vie est souvent trop chronophage. Les hommes s’occupant moins de leurs progénitures, c’est moins compliqué pour eux.”
    Clichés du XXème siècle.
    “Dans 75% des cas, ce sont les femmes qui demandent le divorce. Mais elles ne quittent pas forcément leur mari pour un autre homme. Elles le quittent car elles en ont marre, car elles sont violentées.”
    Ah les pauvres et éternelles victimes.
    “Ca passe ou ça casse. Cela peut être un moment constructif du moment qu’on en parle, que cela fait changer les choses dans le couple. De toute façon, un couple ne peut pas durer 30 ans sans changement.”
    Péremptoire. Vous ne connaissez pas de couples stables ou partez vous du présupposé que la fidélité est inhumaine ?
    “Dans le meilleur des cas, l’infidélité fait réfléchir l’autre.”
    En effet, coût, risque, avantage, et si hors mariage bye bye, rien à perdre. Dans le pire des cas cela finit dans la rubrique “faits divers” vous auriez pu le mentionner dans un soucis d’exhaustivité et aussi pour préciser que l’infidélité ça ne paie pas dans une écrasante majorité des cas.
    “S’il veut qu’elle revienne, c’est qu’il est amoureux, alors il y a des chances que ça marche. La tromperie pour les hommes, c’est plus une question d’honneur.”
    Contradictoire. Si l’homme s’estime trahi c’est d’abord dans son amour avant son amour-propre. Votre approche psychologique ne vaut, à peu près, que pour des cas caricaturaux. Tout est abordé sous l’angle de “l’égo masculin”, il est bien connu que les femmes en sont tout à fait dépourvu.
    “Sur ce point, ils sont plus fragiles que les femmes qui sont plus souvent humiliées.”
    Il faudrait savoir.Si les hommes se sentent humiliés c’est à cause de leurs égos, par contre les femmes elles, sans égo à priori, sont humiliées.
    “Quand Nicolas Sarkozy a été trompé par Cécilia, Dominique de Villepin a lancé cette phrase très symptomatique : « Un homme qui ne peut pas garder sa femme, ne peut pas gouverner la France ». Pour certains hommes trompés, cela casse tout et ils souffriront de s’imaginer que leur femme a pu « appartenir » à quelqu’un d’autre.”
    Pourquoi des guillemets à “appartenir” ?
    “Dans certaines sociétés, une femme violée ne peut carrément plus être touchée. Cela montre la précarité de l’égo masculin.”
    Point de vue néocon et bourgeois qui méconnait le poids du fait sociétal (hommes ET femmes) sur l’individu pour conforter une approche sexiste et insultante. Dans les sociétés que vous stigmatisez à outrance (le fait soulevé s’appliquant aussi à des sociétés “sans voile” voire la haute société occidentale où ces scandales sont étouffés ou passés sous le tapis), la culture se transmet de mère en fille et en fils. Qui du concept des “filles de mauvaises vies” ?
    “A priori, quelqu’un qui pardonne est quelqu’un qui réfléchit”
    Et quelqu’un qui ne pardonne pas ne le serait pas, bien voyons.
    “Près des deux tiers des Français vivant en couple pensent qu’il est possible d’aimer quelqu’un tout en lui étant infidèle, selon un récent sondage IFOP pour Gleeden. ”
    Deux tiers des Français veulent aussi plus de sécurité et plus de services publics tout en payant moins d’impôts ! Est-ce que cela représente t-il un quelconque intérêt dans l’examen de situations aussi intimistes et individualisées que la vie conjugale ? Il est permis d’en douter.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here