le sexe après 60 ans, toujours actiif !
Passer le cap très symbolique des 60 ans ne signifie pas la fin de la vie sexuelle, bien au contraire ! ©Shutterstock

Diminution de la libido, baisse du plaisir, différences hommes/femmes… Il existe bien des mythes autour de la sexualité des sexagénaires. Mais sont-ils réellement fondés ? Pour le savoir, nous les avons soumis au psychiatre et sexologue lyonnais Gérard Ribes.

Sexe : après 60 ans, le désir n’est plus le même

VRAI. Certes, après 60 ans, le désir n’est plus le même. Mais cela ne signifie pas que le sexe en vieillissant, c’est moins bien. « Nous vivons dans une société où le jeunisme est très présent. Cependant, il est inutile de comparer les différentes tranches d’âge. C’est même une bonne manière de se mettre en difficulté ! A 20 ans, la sexualité est très génitalisée. Tandis qu’à 60 ans elle intègre la dimension du lien, de la tendresse, de la présence à l’autre, des caresses… On est moins dans l’impulsion et plus dans la relation », analyse Gérard Ribes.

De plus, la question du désir se pose différemment selon le couple concerné. Les choses ne sont pas les mêmes si l’on est en couple depuis plus de 30 ans et que l’on souffre de la routine, ou au contraire que l’on vit une nouvelle histoire. De la même manière, pour désirer, il faut se sentir désirable. Ce qui est plus facile chez les sexagénaires qui sont encore en activité et sont donc davantage valorisés.

 

Sexe : en vieillissant, les femmes ont moins de libido

 

FAUX. Pendant longtemps, on a culpabilisé les femmes sur le fait qu’en vieillissant, elles étaient moins désirantes. « On a fait en quelque sorte de la ménopause une maladie. Or, l’hormone du désir est identique chez les deux sexes : il s’agit de la testostérone. Et à la ménopause, sa présence diminue très faiblement donc il n’y a pas de cause physiologique à la baisse du désir », affirme le sexologue. Par contre, les travaux de la chercheuse québécoise Rosemary Basson suggèrent que la disponibilité au désir doit être activée par le partenaire.

Autrement dit, si en vieillissant, le partenaire est de moins en moins actif, il y aura de moins en moins de désir. « Le problème est que certains hommes sexagénaires et plus craignent de ne pas avoir d’érection. Ils se mettent donc en retrait, ce qui crée un cycle infernal. De plus, si l’on regarde les études sur les 40 dernières années, on observe que les hommes sont de plus en plus en difficulté avec la question du désir et de la représentation de la masculinité. Tandis que chez les femmes, le rapport à la féminité est de plus en plus tranquille », observe le sexologue.

 

Il est impossible d’être plus épanoui sexuellement après 60 ans

FAUX. « J’ai connu mon premier orgasme à 70 ans, lorsque j’ai changé de partenaire… Je pensais être frigide jusque là, mais cela fait deux ans que je suis avec mon nouveau conjoint, et je suis toujours aussi épanouie sexuellement », nous confie Brigitte, 72 ans. Un témoignage qui prouve bien qu’après 60 ans, il est toujours possible de prendre son pied, peut-être encore plus qu’auparavant.

« Je rencontre des personnes de plus de 90 ans qui me racontent avoir des papillons dans le ventre car ils vivent une nouvelle relation », rapporte le spécialiste qui se rend aussi en maison de retraite.

De plus, en prenant de l’âge, la sexualité prend une autre dimension, en incluant aussi l’aspect émotionnel. « La société actuelle exige qu’un acte sexuel se termine forcément par un orgasme, mais si on voit les choses ainsi, un sextoy est bien plus efficace qu’un partenaire ! En réalité, il se joue bien plus que cela dans l’acte sexuel : il s’agit avant tout d’une rencontre avec l’autre. Encore une fois, l’avantage de la vieillesse est que l’on sort de la tyrannie de l’orgasme », plaide Gérard Ribes.

 

Chez les femmes sexagénaires, le problème n°1 est la sécheresse vaginale

VRAI. La sécheresse vaginale survient souvent 5 ans après la ménopause. Mais il existe des crèmes et des lubrifiants qui permettent de résoudre très facilement le problème. « De plus, la sécheresse sera d’autant moins importante que la sexualité sera active », ajoute notre expert.

 

Chez les hommes sexagénaires, l’érection va être plus difficile 

VRAI. Si à 20 ans, la vue d’une poitrine suffit à mettre en appétit un homme, il en faut un peu plus à la soixantaine. « Il faut savoir que chez la plupart des séniors, la zone d’excitation est réduite à la taille d’un timbre poste posé sur le gland. Beaucoup d’hommes n’ont pas appris à utiliser d’autres parties de leur corps. Mais plus ils vont vieillir, plus ils vont avoir besoin qu’on les excite ailleurs. Et bien entendu, la partenaire devra être plus proactive », poursuit Gérard Ribes.

L’utilisation d’IPDE5 (famille du célèbre Viagra) est quant à elle conseillée sauf en cas de restriction posée par le cardiologue. Mais il faut savoir que faire l’amour revient simplement à monter un ou deux étages à pied.

À noter que la question de l’érection est centrale chez de nombreux hommes qui ont été opérés d’un cancer de la prostate. « Je me souviens d’un monsieur qui m’a dit qu’il aurait préféré mourir plutôt que de ne plus pouvoir bander. Car l’érection fait souvent partie intégrante de l’identité masculine de cette génération. Heureusement, il existe des injections qui permettent de donner des érections, et de récupérer peu à peu sa sexualité. Dans ce cas, il est aussi important de se souvenir qu’il y a d’autres moyens de donner du plaisir que la pénétration, surtout dans les premiers temps suivant l’opération », atteste le sexologue.

 

À SAVOIR

Il est inutile de se comparer aux autres générations ! Chaque tranche d’âge doit s’actualiser et intégrer tout autant la dimension physique qu’émotionnelle dans l’acte sexuel. Sans oublier l’importance de la séduction et du désir qui nait aussi de l’absence. Le sexologue insiste donc sur l’importance chez un couple de savoir se séparer pour mieux se retrouver ! Et il n’existe pas beaucoup de différences sur la question de la désirabilité qu’il s’agisse d’une relation hétérosexuelle ou homosexuelle.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here