Adopter un animal de compagnie permet aux seniors de lutter contre l'isolement et de maintenir une certaine autonomie. ©Pixabay

Face à l’isolement des seniors, devenu un véritable enjeu de santé publique, adopter un animal peut être un bon remède. La présence d’une boule de poils chez soi permet de rompre avec la solitude, mais pas seulement. Zoom sur les bienfaits d’avoir un animal de compagnie pour un senior isolé.

Avoir un animal de compagnie change la vie. L’isolement des personnes âgées est un véritable fléau dans la société actuelle. Une petite boule de poils fidèle et câline, attendant patiemment son retour peut être une source de thérapie contre la solitude. La présence d’un animal de compagnie regorge en effet de bienfaits pour un senior en situation d’isolement et peut également aider à vaincre certaines maladies. 

 

La compagnie d’un animal permet de rompre l’isolement

Une source de bien-être 

Que ce soit un chien, un chat, un lapin ou encore un oiseau, avoir un animal de compagnie permet de se sentir moins seul. Cette présence ainsi que l’attachement et l’affection qui en découlent, est essentielle pour un senior isolé.

« L’animal de compagnie d’une personne âgée est son confident voire son compagnon dans la vie, explique Killian Roland, intervenant et formateur en médiation animal au sein de l’Association de Zoothérapie de l’Est. Elle lui raconte ses problèmes, sa vie, ses souvenirs. Il peut également être une source d’apaisement dans des situations de stress : lors des soins pratiqués par les aidants par exemple ou la présence de douleurs. »  

 

Créer du lien avec l’extérieur 

Un animal a naturellement besoin d’être en contact avec l’extérieur. Tout comme l’humain. En vieillissant, les personnes en difficultés et en situation d’isolement ont moins tendance à sortir de chez eux. Le fait de promener son animal de compagnie leur permet de maintenir un lien avec l’extérieur et de rencontrer d’autres personnes dans la rue, ce qui maintient le lien social. 

Isolement des séniors : un animal, c’est bon pour la santé!

Rester autonome

Il faut être capable de s’occuper de soi avant d’être en charge d’un autre. Avoir la responsabilité d’une vie, même animale, permet à la personne âgée de renouer avec son estime de soi et peut atténuer le sentiment d’inutilité qu’elle peut ressentir. La dépendance de l’animal par rapport à elle, peut l’encourager à garder son autonomie le plus longtemps possible afin de pouvoir s’en occuper. 

 

Travailler sa motricité

Se réveiller pour aller nourrir son animal est une tâche que bon nombre de dresseurs connaissent. Le câliner, le brosser, le sortir et jouer avec lui permettent d’améliorer la motricité des seniors. Les actions quotidiennes que nécessite le soin d’un animal aident ainsi à pratiquer un minimum d’activité physique

 

Ralentir les maladies neuro-dégénératives 

Prendre soin d’un animal demande de nombreuses actions. Ainsi, réaliser les mêmes rituels chaque jour (le nourrir, le sortir, le laver, nettoyer son espace de vie…) aide à garder la personne active psychologiquement et à se souvenir de certaines choses. Ces actes quotidiens peuvent permettre de ralentir les symptômes de certaines maladies neuro-dégénératives

En ce qui concerne le type de boule de poils à adopter, tout est une question de goûts. « Il n’existe pas réellement un animal qui conviendrait le mieux aux seniors isolés. Cela  dépend surtout de leurs préférences et de leurs capacités physiques, précise Killian Roland. En somme, chaque animal a des besoins et nécessite de l’attention et peut permettre des moments de tendresse. »

 

La médiation animale : une vraie thérapie

Pour des personnes en situation de dépendance, connaître les bienfaits d’une présence animale est possible grâce à des séances de médiation animale. D’une durée d’une ou deux heures, elles peuvent être organisées dans les établissements médicalisés pour personnes âgées dépendantes et handicapées tels que les Ehpad ou les centres médicaux d’accueils pour personnes handicapées. 

Les centres de médiation animale de l’Association de Zoothérapie de l’Est (AZE) accueillent ainsi des personnes ayant tous types de pathologies mentales et physiques. La plateforme est adaptée pour la prise en charge de personnes aveugles, en déficience mentale ou encore en fauteuil roulant. 

 

Zoothérapie : à chaque mal son animal 

« Selon les objectifs de la séance et le public concerné, les animaux diffèrent, explique l’intervenant et formateur en médiation animale. Avec des personnes atteintes de maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer, nous travaillerons avec des poules, par exemple. Différents micro-ateliers allant de la préparation de la nourriture adaptée à la cueillette des oeufs sont réalisés. Ces différents gestes permettent le développement des sensations des malades ».

Des négociations sont actuellement en cours entre l’AZE et la conférence des financeurs pour la prise en charge des séances de médiation animale à domicile, à l’image de celles qu’organisent l’association dans d’autres régions.

 

À SAVOIR

L’antenne régional de l’Association de Zoothérapie de l’Est (AZE) est située à Cusset, dans le département de l’Allier. Elle organise Des séances individuelles et collectives à l’attention des résidants des établissements hospitaliers pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), les maisons d’accueil spécialisées ou encore les centres médico-sociaux.

 

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here