Alzheimer aidants signes alerte
Certaines signes précurseurs peuvent permettre de détecter l'apparition progressive de la maladie d'Alzheimer. ©Olivier Fryszowski / France Alzheimer.jpg

Sournoise et troublante, la maladie d’Alzheimer est une pathologie incurable que l’on s’efforce de prévenir, à défaut de pouvoir la guérir. Zoom sur les dix symptômes les plus courants de la maladie avec le Pr Pierre Krolak-Salmon, neurologue et gériatre à Lyon.

« Si l’on ne peut toujours pas guérir de la maladie d’Alzheimer, on sait aujourd’hui ce qui permet de repousser l’apparition des symptômes : travailler sur la réserve cognitive dont chacun dispose. Plus le diagnostic est précoce, meilleure est la qualité de vie », avise le Pr Pierre Krolak-Salmon, neurologue et gériatre à l’Hôpital des Charpennes des Hospices Civils de Lyon (HCL). L’attention aux premières manifestations de la maladie d’Alzheimer est essentielle pour ralentir le plus possible sa progression. Le point sur les premiers signes qui doivent alerter les proches, mais aussi le malade lui-même.

 

1. Des troubles de la mémoire 

Aux prémices de la maladie, des pertes de mémoire isolées se caractérisent par des oublis liés aux évènements récents et importants du quotidien. En revanche, les souvenirs anciens sont mieux conservés.

2. Une perte de la notion du temps et de l’espace 

Le sens de l’orientation est altéré, d’abord dans les lieux peu connus puis progressivement au niveau des endroits plus familiers. Le patient perd également au fur et à mesure ses repères dans le temps.

 

3. Un manque d’autonomie dans les tâches quotidiennes 

Lorsque la maladie évolue, les activités familières de la vie quotidienne (faire les courses, préparation des repas, prise de médicaments…) peuvent devenir des parcours de combattants. Si elles étaient jusqu’alors presque mécaniques, ces petites actions deviennent plus complexes.

 

4. La perte récurrente d’objets 

Utiliser des objets et être incapable de se souvenir où on les a posés sont des symptômes fréquents de la maladie. Même s’il peut s’agir d’un simple défaut de concentration, une tendance à ne pas ranger les objets et documents aux endroits appropriés est également un indice d’une possible neurodégénérescence.

 

5. Des difficultés à s’exprimer et trouver ses mots

Les zones du cerveau touchées par la maladie d’Alzheimer peuvent atteindre celles du langage. La personne peut alors avoir du mal à parler en raison d’oublis de son vocabulaire et de la notion de grammaire.

 

6. Une baisse des capacités de concentration

La perte de la notion de l’espace et de mémoire s’associe ainsi à la perte progressive de l’attention. Il est plus difficile pour le sénior de suivre une conversation et de comprendre ce qu’il se passe autour de lui. Mener deux tâches en parallèle, par exemple, devient beaucoup plus complexe.  Mais les deux ennemis principaux de la concentration restent toutefois bien l’anxiété et la dépression.

 

7. Des modifications du comportement

Survenant généralement à des stades avancés de la maladie, les changements intérieurs sont difficiles à vivre pour le malade. Une tendance inhabituelle à l’irritabilité, à l’impulsivité voire au rejet de ses proches doit alors alerter et peut être une des conséquences de l’Alzheimer.

 

8. Des troubles de l’humeur 

Les situations donnant lieu à des manifestations de joie ou au contraire de tristesse peuvent laisser le malade indifférent. En perte de ses capacités de réflexion et de considération, il peut avoir des difficultés à appréhender ce qu’il se passe autour de lui. Chez d’autres personnes, on constatera au contraire une humeur subitement triste, voire de l’anxiété.

 

9. Une altération du jugement 

La maladie d’Alzheimer a tendance à endommager les capacités de raisonnement. La répétition d’actions inconsidérées ou illogiques (achats insensés, invitation d’étrangers chez soi…) peut être un signe de neurodégénérescence.

 

10. Une hausse de passivité 

Une diminution de motivation ou de prise d’initiatives même dans les activités quotidiennes doit être prise en compte. En particulier lorsque la personne est très investie, ce changement inhabituel quand il est répété doit alerter les proches.

 

À SAVOIR

L’association France Alzheimer lance le dispositif « ville inclusive » en faveur des malades de l’Alzheimer. Courant 2020, Lyon sera la première ville de France à tester cette opération de communication sur Alzheimer et les maladies apparentées. Objectif : sensibiliser aux symptômes de ces pathologies et appeler à la compréhension et au bon vouloir de chacun pour améliorer le vivre ensemble. Les informations et contacts utiles sur le site de l’association France Alzheimer Rhône.

1 COMMENTAIRE

  1. Concerne “Quelle est votre pire phobie ?”

    Bonjour,

    Votre choix de réponses est-il bien heureux ?
    En tout cas, j’ai hésité entre le vide, l’ascenseur et l’avion. Puis j’ai bien été obligé de constater que je ne ressens aucune appréhension envers un ascenseur au niveau “0” ou un avion au sol. Je ne redoute ces “engins” que lorsqu’ils sont en l’air… C’est donc bien le vide ma “pire phobie”…
    Cela dit, n’en ajoutons pas 🙂

    Bonne journée
    Cordialement

    Michel Coindoz

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here