Confinement lié au coronavirus. Les berges du Rhône fermées.
Malgré la fermeture des berges du Rhône et le renforcement des mesures de confinement, un couvre-feu pourrait être décrété à Lyon ©P.Auclair

Le confinement est-il suffisant ? Même si les hôpitaux de Lyon et d’Auvergne-Rhône-Alpes ne sont pas encore au point de rupture, l’avancée du coronavirus inquiète la communauté scientifique. De nouvelles mesures sont attendues pour renforcer les restrictions. Pourtant, un couvre-feu généralisé n’est pas envisagé, même si certaines communes de la région l’ont adopté. Le point sur la situation, à Lyon et dans toute la région Auvergne-Rhône-Alpes

Le confinement lié à l’épidémie de coronavirus sera-t-il durci dans les prochains jours ? Sans doute. Le conseil scientifique devait rendre son avis ce matin sur les mesures appropriées pour freiner la propagation du Covid-19 en France. Finalement, cette réunion très attendue se tiendra seulement demain mardi.

A la lumière de cet avis des 10 “sages”, Emmanuel Macron pourrait prendre la parole, demain soir. Le chef de l’Etat devrait annoncer officiellement une prolongation de la période de confinement au-delà de fin mars. Dans son allocution, le chef de l’Etat pourrait aussi faire d’autres annonces. Son rôle ? Eclaircir certaines mesures jugées “floues” par le conseil scientifique et donner un nouveau tour de vis aux libertés individuelles. En revanche, les membres du Conseil d’Etat se sont déclarés contre le principe d’un “confinement total” trop complexe à mettre en œuvre.

 

Coronavirus, à quand un couvre-feu à Lyon ?

En attendant, ce soir, le premier ministre a précisé les modalités de l’activité physique autorisée. Un périmètre d’un kilomètre autour de son domicile et d’une heure maximum a été avancé. Pas de quoi satisfaire les professionnels de santé qui réclament depuis plusieurs jours des mesures beaucoup plus strictes, dont une interdiction systématique de toute activité sportive extérieure.

Edouard Philippe a aussi annoncé une fermeture des marchés ouverts, marchés devenus le lieu de rassemblement favori dans certains quartiers. Mais cette interdiction pourra toutefois être levée par les préfets sur demande des maires…

Quant à l’instauration d’un couvre-feu à partir de 20 ou 22 heures, elle ne semble pas – pour l’instant – retenir l’attention du gouvernement.

Or, cette solution a déjà été adoptée dès ce week-end par plusieurs grandes villes comme Nice, Perpignan, Cannes, Mulhouse ou Arras. Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, certaines villes de la Drôme et d’Ardèche (Valence, Montélimar, Romans, Loriol, La Voulte…) ont eu le courage de prendre cette mesure très contraignante mais jugée indispensable par la plupart des scientifiques. A ce sujet, on attend encore une réaction des principales métropoles (Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Clermont-Ferrand)…

 

85 morts victimes du Covid-10 en Auvergne-Rhône-Alpes

Il y a pourtant urgence si l’on considère les derniers chiffres communiqués par l’Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes. Selon le dernier point de l’ARS, en Auvergne-Rhône-Alpes, on recense désormais 1 738 cas confirmés biologiquement au COVID-19 (1 431 hier/+ 307 cas) et 85 décès sont intervenus (72 hier/+ 13).

La répartition du nombre de cas positifs et du nombre de décès par département est la suivante :

  • Ain : 116 (+19) cas, dont 5 (+0) décès
  • Allier : 32 (+5) cas, dont 1 (+0) décès
  • Ardèche : 67 (+10) cas, dont 2 (-1**) décès
  • Cantal : 27 (+10) cas
  • Drôme : 112 (+13) cas, dont 9 (+2) décès
  • Haute-Loire : 15 (+2) cas
  • Isère : 155 (+38) cas, dont 3 (+1) décès
  • Loire : 267 (+50) cas, dont 9 (+2) décès
  • Puy-de-Dôme : 66 (+9) cas
  • Rhône : 491 (+110) cas, dont 41 (+6) décès
  • Savoie : 102 (+30) cas, dont 2 (+0) décès
  • Haute-Savoie : 272 (+16) cas, dont 13 (+3) décès
  • Non rattachés : 16

Parmi les décès enregistrés, environ 90% concernent des personnes de 70 ans ou plus ; l’âge moyen des décès survenus dans la région est de 81,5 ans.

Aujourd’hui, 61 établissements de la région prennent en charge 862 patients atteints de COVID-19 dont 680 en hospitalisation conventionnelle, 161 en réanimation et 21 en soins de suite et de réadaptation.

Les établissements rapportent également un cumul de 266 patients atteints de COVID-19 rentrés à domicile.

Coronavirus, les chiffrent s’emballent en France et en Italie

En France, le bilan de ce lundi 23 mars fait état de près de 20 000 personnes contaminées et de 186 nouveaux décès en 24 heures. Depuis le début de l’épidémie, le Covid-19 a fait 860 morts en France. Parmi ces victimes figurent cinq médecins, pour la plupart originaires de l’Oise et du Grand Est.

Par ailleurs, 8 675 personnes sont hospitalisées dont 2 082 en réanimation.

En Italie, on déplore désormais plus de 6 000 morts, dont 601 décès enregistrés lors des dernières 24 heures. Pays d’Europe et désormais du monde le plus touché par le coronavirus, l’Italie recense sur son territoire près de 64 000 personnes infectées par le Covid-19.

 

Confinement, prenez vous précautions !

Parmi les informations importantes à retenir ce lundi 23 mars, au 7e jour du confinement, qui ont une incidence sur les habitants de la Métropole de Lyon et de la région Auvergne-Rhône-Alpes:

  • Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education Nationale, n’envisage pas une reprise des cours dans le primaire et le secondaire avant le 4 mai. Soit au lendemain de la fin des vacances de printemps de la Zone A (celle d’Auvergne-Rhône-Alpes).
  • Tous les lieux publics (parcs, jardins, pistes cyclables et piétonnes…) de la région sont désormais interdits au publics. Les berges du Rhône ont notamment été fermées afin d’éviter de devenir le dernier point de regroupement de la Métropole de Lyon.
  • Dans ce contexte, seule une liste restreinte de magasins sont encore accessibles. Il s’agit notamment des pharmacies, magasins alimentaires, supermarchés, stations-services, garages, tabac-presse et hôtels. Si vous avez un doute sur l’ouverture d’un commerce, vous pouvez consulter la liste complète mise à jour par les services de l’Etat.
  • Avant même une possible décision radicale d’Emmanuel Macron, la Ville de Villeurbanne vient d’interdire la tenue de deux marchés alimentaires dominicaux. Jusqu’à nouvel ordre, il ne sera plus possible d’aller acheter le dimanche ses tomates au marché de l’avenue du Général-Leclerc. Même interdiction prononcée pour le marché alimentaire de la place Wilson. En revanche, ces marchés, restent ouverts le mercredi et le vendredi. Allez comprendre…

 

Les cabinets dentaires ferment, seules les urgences assurées

Parmi les autres nouvelles de la journée en provenance d’Auvergne-Rhône-Alpes et de la Métropole de Lyon:

  • Certaines professions de santé sont à leur tour contraintes de stopper leurs activités pour des raisons sanitaires. Ainsi, l’URPS des Chirurgiens-Dentistes a annoncé ce matin que les cabinets dentaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes seraient désormais fermés. En cas d’urgence, les cabinets disposeront toutefois d’une permanence téléphonique uniquement pour les urgences dentaires. Si le motif de l’appel est justifié, le chirurgien-dentiste fournira alors au patient le contact de la régulation départementale qui orientera vers une structure publique (centre hospitalier, faculté d’odontologie) ou privée (cabinets dentaires d’astreinte).
  • Certains bureaux de poste sont aussi fermés à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes. Avant de vous déplacer, allez consulter le site de La Poste.
  • La liste des événements programmés ce printemps et reportés, voire annulés, ne cesse de s’allonger. Parmi les derniers reports, la 18e édition des Nuits Sonores (19-24 mai) décalées du 22 au 26 juillet. De son côté, l’Olympique Lyonnais a annoncé l’annulation du Monster Jam (show de camions), initialement prévu le samedi 27 juin.

Les autres informations à savoir à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

  • La Région Auvergne-Rhône-Alpes a débloqué un plan d’urgence de 20 millions d’euros cofinancé avec l’Agence Régionale de Santé. Objectif ? Acquérir du matériel d’assistance respiratoire et des masques. Concrètement, les Hôtels de Région de Clermont-Ferrand et Lyon sont reconfigurés en plateforme logistique afin de redéployer tout ce matériel là où les besoins sont essentiels. En marge, des commandes de matériels divers, thermomètres, blouses, lunettes de protection, font également l’objet de commandes.
  • Selon les mesure de trafic réalisée depuis une semaine sur la Métropole de Lyon, le nombre de voitures a chuté d’environ 50 à 70% à partir de mercredi. La fréquentation des piétons a fondu de 95% et celle des Vélo’V de 80%.
  • Si vous avez besoin d’effectuer un déplacement hors de votre domicile, n’oubliez pas de vous munir de votre attestation qui comporte de nouveaux cas dérogatoires. Une fois rempli et signé, ce petit bout de papier vous sera indispensable pour éviter l’amende forfaitaire (voir ci-dessous). Dans tous les autres cas, RESTEZ CHEZ VOUS !

 

A SAVOIR

Pour faire respecter les mesures de confinement, le gouvernement a décidé de “saler l’addition” des amendes forfaitaires pour les contrevenants. A l’origine fixé à 38 euros, le PV est d’abord passé à 135 euros avec une majoration de 375 euros en cas de non-règlement. Désormais, pour les plus obtus, l’amende passe à 1 500 euros en cas de récidive dans les quinze jours. L’amende pourra même atteindre 3 700 euros et six mois de prison en cas de violation du règles de confinement dans les trente jours. A bon entendeur…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here