Il faut marcher pour prévenir le cancer
Marcher permet de lutter contre la maaldie

A l’occasion du salon du randonneur, à Lyon, une conférence a mis en évidence les bienfaits de la marche en prévention des cancers. Une pratique régulière d’une activité sportive douce également conseillée pour limiter les risques de récidive.

En Rhône-Alpes, on détecte environ 28 000 nouveaux cas de cancer par an, et la maladie demeure la première cause de mortalité chez l’homme et la femme avant 65 ans*. Pour autant, on peut aussi opposer à ces chiffres peu joyeux des statistiques bien plus encourageantes. Depuis plusieurs années, la recherche internationale, mais aussi nationale et même régionale, se penche sur l’impact de l’activité physique sur la prévention primaire, secondaire et tertiaire du cancer. C’est à dire avant la détection de la maladie, après l’annonce du diagnostic et enfin après les traitements. Les dernières études disponibles mettent en évidence une réduction du risque de cancer du côlon de 40 à 50 % en prévention primaire.  Et après un cancer du côlon, l’activité physique permet de diminuer de 47% le taux de récidive et de mortalité tout cancer confondu. Si tous les mécanismes qui expliquent ces résultats sont encore à l’étude, le corps médical est convaincu de l’importance de faire pratiquer une activité physique aux patients atteints d’un cancer

Un programme spécifique à Léon Bérard

Au Centre Léon Bérard à Lyon, les patients peuvent suivre depuis 2010 un programme d’activité physique adaptée, personnalisé en fonction de leur pathologie, de leur pratique physique antérieure, de leurs besoins. Chacun est pris à son niveau, et invité à progresser en toute sécurité. Ce programme soutenu par le comité du Rhône de la Ligue contre le cancer est entièrement gratuit, et se compose de marche nordique et de gym. Particulièrement sensible à cette thématique, le Dr Julien Carretier, chercheur au sein de l’unité cancer et environnement du Centre Léon Bérard, n’a pas hésité à répondre à l’invitation de Jean Mollier, président de l’association Promenades et Santé, qui existe depuis moins d’un an à Lyon. Le 20 mars prochain, il expliquera donc les bienfaits de l’activité physique en prévention des cancers. A ses côtés, Alain Soubrillard, président d’Activ’RA, présentera lui-aussi les multiples actions de son association elle-aussi dédiée à cette thématique.

Les bienfaits de la marche pour toutes les pathologies

«  Je suis bénévole au sein d’Activ’RA, et lorsque Jean Mollier est venu nous présenter l’initiative de Promenades et Santé, nous l’avons trouvée enrichissante car il s’agit d’allier le plaisir de découvrir des lieux culturels intéressants, tout en marchant de manière adaptée pour des personnes qui par exemple, ont été férues de randonnées, mais ne se sentent plus d’aller dans leur club de randonnée habituel  », explique le Dr Carretier. Anciennement responsable du Comité régional de randonnée pédestre, lui-même suivi à Léon Bérard, Jean Mollier connaît effectivement bien cette population  : «  ce sont des gens qui aimaient faire du dénivelé, mais qui ne peuvent plus suivre les copains et ont peur d’embêter le groupe  ». Mais l’association Promenades et Santé s’adresse aussi à d’autres populations : il peut s’agir de gens plus ou moins jeunes, qui ont été touchés par un problème de santé grave, ou de personnes plus âgées à la santé dégradée.

Le concept des promenades santé

Le concept de ces balades -le terme «  randonnée  » est exclu- est que les circuits sont accessibles en transports en commun, ce qui permet aussi une vraie liberté en cas de coup de fatigue. Elles durent deux heures, le mardi après-midi. «  Pour que cette balade ne soit pas synonyme de souffrance physique, car certains ont des problèmes par exemple de surpoids ou d’articulation, on fait en sorte d’être toujours dans des lieux agréables  : squares, parcs, berges… Certains endroits sont bien connus, mais nous invitons alors les promeneurs à découvrir un nouveau détail architectural qu’ils n’avaient jamais vu, ou alors on leur raconte l’histoire d’une célébrité qui a vécu dans tel ou tel lieu  », raconte Jean Mollier. L’objectif de l’association est également de créer des «  fiches circuit  » pour que les promeneurs puissent se balader également de leur côté, puisqu’il est conseillé de pratiquer environ 30 minutes de marche modérée tous les jours.

Créer du lien social

L’association a également mis en place un partenariat intergénérationnel avec l’IAE de Lyon 3 et la Maison familiale rurale de Saint-Laurent de Chamousset. «  Par delà les bienfaits sur la santé physique, ces promenades ont l’avantage de créer du lien social. Des relations de sympathie se tissent, voire d’amitié  », rapporte Jean Mollier. Une bonne manière de lutter contre le pire fléau de la maladie  : l’isolement.

A SAVOIR

Il est démontré que quand elle est pratiquée à intensité modérée, la marche a de réels bénéfices. La marche nordique (avec des bâtons), est de plus en plus appréciée. Son avantage est qu’elle permet d’alterner une intensité faible à modérée pendant un effort prolongé de 2 à 3H. Il est essentiel de lutter contre la sédentarité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here