Rhône-Alpes: une enquête passe au crible la santé au travail

0
273
Le bien-être des salariés influe sur la performance des entreprises
Les salariés de la région de la région Rhône-Alpes sont de moins en moins stressés

Les salariés sont de moins en moins stressés, notamment en Rhône-Alpes, malgré un rythme de travail accéléré. C’est ce que révèle la 7e édition de l’Étude annuelle Santé et bien-être au travail réalisée par Malakoff Médéric. 66 % des salariés interrogés estiment aujourd’hui que leur travail est nerveusement fatigant. Une statistique qui ne cesse de diminuer depuis le lancement du baromètre en 2009.

Les salariés de la région Rhône-Alpes seraient plus heureux qu’ailleurs ? C’est du moins le sentiment qui transpire à la lecture de l’étude nationale, intégrant une dimension régionale, effectuée pour le compte de Malakoff Médéric.

Selon cette étude nationale réalisée auprès d’un échantillon de 3500 salariés, 89 % des personnes interrogées en Rhône-Alpes pensent que leur région est dynamique d’un point de vue économique (contre 69 % au niveau national), et 92 % d’entre eux estiment qu’il fait bon vivre dans la région (contre 83 % au niveau national).

Santé au travail et stress quotidien

Autre chiffre significatif, 38 % des salariés en Rhône-Alpes estiment que leur rythme de travail s’est accéléré en 2015 (contre 41 % au niveau national), 46 % d’entre eux pensent que leur travail est physiquement fatiguant, et 66 % estiment qu’il est nerveusement fatigant. A noter que ce chiffre est nettement en baisse par rapport à 2009, date de lancement du baromètre, où il atteignait 72 % des personnes interrogées.
Restructuration, réorganisation, modification de poste… Selon l’étude réalisée par Malakoff Médéric, 53 % des salariés interrogés ont vécu au moins un événement de ce type au cours de l’année écoulée. Ce chiffre supérieur à la moyenne nationale (50 %) est également en hausse par rapport à 2014 (46 %). Dans le détail:

  • 31 % des salariés en Rhône-Alpes ont connu une restructuration ou une réorganisation de leur service ou de leur entreprise.
  • 12 % ont vécu un plan social.
  • 18 % se sont vus imposer un changement de poste ou de métier.

Si 73 % des salariés comprennent la nécessité de ces changements, ils ne sont que 44 % à estimer bénéficier d’un accompagnement dans leur mise en œuvre (formations, communication…) et 38 % à considérer être impliqués en amont.

Des salariés de moins en moins autonomes

Aujourd’hui, 55 % des salariés en Rhône-Alpes se sentent reconnus par leur hiérarchie (contre 58 % en 2014 et 60 % en 2009). Et seuls 22 % estiment avoir la possibilité de prendre des décisions dans leur travail. Cette perte d’autonomie concerne l’ensemble des salariés, et tout particulièrement les cadres : seuls 33 % d’entre eux considèrent aujourd’hui avoir la possibilité de prendre des décisions, contre 53 % en 2009.

Un équilibre vie privée/vie professionnelle toujours fragile

L’enquête révèle aussi que 35 % des salariés ont des difficultés à concilier travail et engagements personnels ou familiaux. Ce chiffre est en ligne avec la moyenne nationale de 34 %. En 2015, 17 % des salariés de la région ont à charge un proche dépendant ou malade (contre 15 % en 2014 et 16 % au niveau national en 2015). Cette proportion de salariés aidants est plus marquée chez les personnes âgées de 50 ans et plus (22 %).

De moins en moins de fumeurs

Par ailleurs, 75 % des salariés interrogés en Rhône-Alpes déclarent faire le nécessaire pour avoir un mode de vie sain (alimentation équilibrée, activité physique régulière…). La proportion de fumeurs diminue : elle passe de 27 % en 2014 à 22 % en 2015 (contre 23 % au niveau national).
De mauvaises habitudes alimentaires persistent cependant, en particulier chez les femmes et les 30-39 ans. 48 % des personnes interrogées grignotent entre les repas, et 58 % d’entre elles sont des femmes, un chiffre en hausse de 6 points par rapport à 2014.
La consommation de produits stimulants, de somnifères ou d’antidépresseurs est également à noter. Elle concerne 14 % des personnes interrogées (vs 15 % au niveau national), et ce chiffre a été multiplié par 3 en sept ans.
Enfin la qualité du sommeil semble s’améliorer. 27 % des salariés interrogés en Rhône-Alpes déclarent souffrir de troubles du sommeil (vs 28 % au niveau national). Ce chiffre s’élevait à 34 % en 2009 dans la région.

Bien-être des salariés et performance de l’entreprise

Comme le montre ce baromètre, la notion de santé au travail est en corrélation à la fois avec la sphère professionnelle (conditions de travail, organisation, management) et personnelle (hygiène de vie, état de santé, vie quotidienne) su salarié. De fait, le bien-être des salariés dans leur environnement professionnel a un impact direct sur le taux d’absentéisme et, par conséquent, sur la performance globale des entreprises.
Question absentéisme, avec 31,8 % des salariés ayant eu au moins un arrêt maladie dans l’année, la région Rhône-Alpes se situe à un niveau inférieur à la moyenne nationale (32,6 %). En revanche, le nombre total de jours d’absence par salariés absents, 38 jours par an en Rhône-Alpes, est supérieur à la moyenne nationale (35 jours).

L’impact de l’organisation du travail sur l’absentéisme se vérifie en Rhône-Alpes. Les salariés ayant connu au moins deux changements dans l’année (restructuration, réorganisation, changement de poste…) sont 75 % plus nombreux à avoir connu au moins un arrêt maladie au cours de la même année.
Il en va de même pour les troubles du sommeil ou la consommation de produits stimulants, de somnifères ou d’antidépresseurs. Les salariés souffrant de troubles du sommeil (27 % des personnes interrogées) sont 43 % plus nombreux à avoir été absents pour maladie. Les consommateurs de produits stimulants ont deux fois plus d’arrêts maladie que la moyenne des salariés du privé.
Et inversement, on peut observer l’impact positif du sentiment de reconnaissance sur l’engagement des salariés. Parmi les 55 % de salariés qui se sentent reconnus par leur hiérarchie, 89 % « cherchent systématiquement à améliorer leur façon de travailler. » (8 points de plus que la moyenne des salariés).
Enfin, les salariés déclarant « faire ce qu’il faut pour entretenir leur santé » (75 % des salariés en Rhône-Alpes) sont moins nombreux (10 %) à avoir connu un arrêt maladie.

A savoir

L’étude nationale annuelle de perception « Santé et bien-être au travail » a été réalisée par Sociovision pour Malakoff Médéric auprès d’un échantillon de 3 500 salariés (500 salariés interrogés en Rhône-Alpes) représentatif du secteur privé, par Internet, entre février et mars 2015.

Chargement des commentaires facebook ...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here