Arachide, lait, noix… Les restaurants devront bientôt fournir à leurs clients la liste des principaux produits allergènes contenus dans leurs plats. Conséquence d’une directive européenne, cette obligation met en colère les professionnels de la restauration.

Vous souffrez d’une allergie alimentaire sévère ? La Commission européenne pense à vous… Malgré la pression des lobbies de l’agroalimentaire, cette dernière a en effet publié une directive stipulant qu’à l’avenir, « tous les restaurateurs seront tenus d’afficher une liste des plats contenant quatorze des allergènes les plus répandus ». Cette liste, dans laquelle figure notamment l’arachide, le lait et la noix, devra être mise à la disposition de tous les clients qui souhaitent la consulter.
Cette directive aurait dû entrer en application le 13 décembre 2014. Finalement, les restaurants auront quelques semaines pour mettre leur établissement en conformité avec la réglementation européenne, le ministère de la Santé ayant annoncé que le décret d’application ne serait publié que fin décembre ou dans le courant du mois de janvier 2015.
« A force d’empiler les réglementations et les directives, on va finir par tuer la restauration traditionnelle », estime Laurent Duc, le président du Rhône de l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’hôtellerie), même si les syndicats professionnels ont obtenu quelques concessions. A l’origine, Bruxelles souhaitait notamment que les allergènes utilisés soient affichés dans le détail dans tous les menus.

Renforcer la traçabilité des produits alimentaires

Si les restaurateurs seront les premiers impactés par cette directive européenne, d’autres professions comme les boulangers devront aussi se conformer à la nouvelle réglementation sur les produits préemballés. Pour les aliments contenant de l’huile et des graisses végétales, le fabricant devra indiquer s’il s’agit d’huile de tournesol, de palme ou d’une autre origine. Enfin, dans un souci de transparence, Bruxelles va renforcer la traçabilité de la viande. La mention de l’origine, déjà présente sur les produits bovins, sera en effet étendue aux autres viandes (porc, ovins, volaille). Même le poisson n’échappera pas à cette traçabilité accrue. Les produits de la mer devront notamment faire apparaître leur zone de capture et le type d’engin de pêche utilisé.
Autant de mesures qui, selon l’exécutif européen, doivent encourager le « bien manger » et protéger la santé des personnes souffrant d’intolérances alimentaires.

A savoir

La liste des allergènes concernés par la directive européenne : Céréales contenant du gluten (blé, seigle épeautre, kamut et les produits à base de ces céréales); crustacés et produits à base de crustacés; œufs et produits à base d’œuf; poisson et produits à base de poisson; arachide et produits à base d’arachide; lait et produit à base de lait; soja et produit à base de soja; fruits à coque (amande, noisette, noix de cajou, noix de pécan, noix du brésil, pistache, noix de macadamia et produits à base de ces fruits); céleri et produits à base de céleri; moutarde et produits à base de moutarde; graines de sésames et produits à base de sésame; anhydride sulfureux et sulfites; lupin; mollusques.

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here