touristes masques Covid-19 Lyon
Les rares touristes présents à Lyon respectent globalement bien l'obligation du port du masque dans les lieux clos, à l'image des Halles Paul Bocuse.

Les contaminations au Covid-19 sont en hausse en France, et notamment dans le Rhône, qui fait partie des 21 départements français placés de nouveau en “zone rouge”. Face à la crainte d’une seconde vague de l’épidémie, les autorités sanitaires en appellent à une vigilance accrue et les mesures préventives se multiplient, à commencer par le port obligatoire du masque dans toujours plus de villes de la région.

Sur le front du Covid-19, l’alerte rouge est de nouveau décrétée dans les grandes métropoles. Paris, Marseille, Lyon… Les indicateurs épidémiques le montrent, la France et notamment ses principales agglomérations font face depuis quelques jours à un rebond de l’épidémie.
Certes, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’une des plus touchées, seuls une vingtaine de malades sont actuellement pris en charge en réanimation, contre près de 800 en avril.

 

L’épidémie surtout active à Lyon et dans le Rhône

Mais ces chiffres, pour autant, révèlent que le virus circule toujours et que la crainte d’une deuxième vague reste vive. Dans ce contexte, le département du Rhône, avec Lyon en épicentre, reste le plus concerné par la reprise de l’épidémie. Il concentre 89 des 257 patients toujours hospitalisés dans les huit départements de la région. Et 13 des 35 nouvelles hospitalisations recensées ces dernières 24 heures.

Ce bilan est suffisant pour que les autorités sanitaires tirent la sonnette d’alarme. Les seuils d’alerte, établis par Santé publique France en fonction du taux d’incidence du Covid-19 (lire À SAVOIR), sont en effet dépassés dans des proportions toujours plus importantes. La barre des 50 nouveaux cas/100 000 habitants a ainsi été franchie la semaine dernière (51,9/100 000), pour grimper cette semaine à 61/100 000 habitants. Le Rhône apparait depuis ce jeudi 27 septembre parmi les 21 départements français classés en zone rouge. Le seul d’Auvergne-Rhône-Alpes placés en “vulnérabilité élevée”.

 

Tests de dépistage et port du masque obligatoire

La généralisation des tests de dépistages PCR, gratuits et sans ordonnance, pèse certainement dans l’augmentation du nombre de diagnostics positifs. Mais ce dispositif très facile d’accès ne suffit pas à expliquer à lui seul la hausse des cas de contamination. Les flux de vacanciers ont certainement leur part de responsabilité. De même que les relâchements coupables de l’été, entre regroupements familiaux et respect moindre des gestes barrières.

C’est l’une des raisons qui, à l’aube d’une rentrée scolaire sujette aux inquiétudes, a poussé de nombreuses villes de la région à rendre le port du masque obligatoire. Après Chamonix, Annecy, Megève (Haute-Savoie), Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Aurillac (Cantal) ou encore Lyon et Vichy (Allier), la liste s’allonge jour après jour. À Valence (Drôme), la mesure sera effective en centre-ville dès le 31 août et jusqu’à nouvel ordre. ”Cette mesure a pour objet de limiter la propagation du virus dans les espaces de rassemblements plus denses. En particulier dans les rues piétonnes et à proximité des plus importants établissements recevant du public”, annonce la municipalité.

 

Sur les marchés, sortez couverts…

Le préfet de l’Isère a pris un arrêté rendant le port du masque obligatoire dans les marchés en plein air. Cette mesure était déjà en vigueur en Haute-Savoie depuis début août. Le préfet du Rhône a fait de même vendredi dernier, incluant dans l’arrêté “tout rassemblement, réunion ou activité organisés sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public”. La plupart des communes drômoises concernées par l’obligation du port du masque sont aussi celles accueillant des marchés. Idem du côté du Puy-en-Velay (Haute-Loire) ou de Moulins (Allier).

Le Rhône en « zone rouge »: de nouvelles mesures à venir ?

Concrètement, le fait de voir le Rhône basculer en « zone rouge » signifie que le virus circule de nouveau de manière active dans le département. Face à l’aggravation de la situation, les autorités sanitaires et le préfet pourraient être incités à prendre des mesures plus draconiennes pour freiner le reprise de l’épidémie: restriction plus stricte des rassemblements, limitation des déplacements dans un rayon de 100 km, fermeture anticipée des bars et des restaurants comme à Marseille, fermeture d’autres lieux publics ciblés salles de spectacles, cinémas, musées…).

Par ailleurs, le premier ministre Jean Castex a demandé aux préfets des départements concernés “à généraliser le port du masque dans l’espace public, au moins dans les grandes agglomérations et dans les grandes villes, après concertation avec les maires”.

Enfin, dans le Rhône comme dans tous les 21 départements classés en rouge, il sera impossible “de déroger à l’interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes”.

À SAVOIR

Le taux d’incidence du Covid-19 correspond ”au nombre de nouveaux cas diagnostiqués par une PCR SARS-CoV-2 survenus sur les 7 derniers jours dont les données sont consolidées (J-9 à J-3), rapportés au nombre d’habitants de chaque département. Ce comptage fait partie des données quotidiennement actualisées par SANTÉ PUBLIQUE FRANCE, l’agence nationale de santé publique.

1 COMMENTAIRE

  1. C est bien de généraliser le port du masque face au regain de l épidémie. Mais cela a t il fonctionné dans les autres départements qui l ont déjà mis en place? Non!
    Pourquoi ne pas apprendre de cet échec pour mettre en place d autres mesures comme l interdiction de rassemblements. On voit des clusters se développer de jour en jour. Des rassemblements ont lieu sans distanciation et sans masque… rassemblements qui inclus parfois des personnes à risques comme lors de mariages ou de fêtes de famille…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here