Un enfant ployant sous le poids de son cartable.
Gare aux mauvaises habitudes : un cartable trop lourd peut avoir de fâcheuses conséquences sur la santé de votre enfant. ©Shutterstock

De retour en classe, de nombreux écoliers en ont déjà « plein le dos », croulant sous le poids de leur cartable. Quelles sont les bonnes pratiques en la matière ? Quelles sont les erreurs à éviter ? Les conseils de Pierre Pégon, trésorier d’Ostéopathes de France.

Quels conseils donner pour le choix du cartable ?

Normalement un cartable rempli ne devrait pas dépasser 10% du poids de l’enfant, soit seulement 3,5 kilos pour un enfant de 35 kilos. La réalité est souvent bien différente puisque certains collégiens portent des cartables de presque 10 kilos !

Il est donc primordial de choisir un cartable le plus léger possible et rigide, pas plus large que les épaules de l’enfant. Les bretelles doivent être larges et rembourrées, les sangles ajustées, le cartable se portant au-dessus des fesses.

Un cartable avec deux compartiments est à privilégier afin de bien répartir le poids et de positionner les affaires lourdes proches du dos de l’enfant. Enfin, il faut bien sûr porter son cartable sur les deux épaules.

Quels sont les risques pour l’enfant ?

Le poids du cartable ne joue pas de rôle dans le développement de la scoliose. En revanche, il provoque un fléchissement vers l’avant avec les épaules arrondies. Dès lors, peuvent se développer des douleurs au niveau du cou, du haut du dos ainsi qu’au niveau des lombaires. Ce changement de posture peut même induire des douleurs d’épaules mais aussi de hanches ou de genoux. À la moindre douleur, il est recommandé de consulter son ostéopathe.

Pour autant, si le poids du cartable est problématique, il n’est pas responsable de tous les maux. En effet, le manque de sport, la sédentarisation en raison du temps passé devant les écrans et la mal nutrition des enfants et adolescents sont d’autres sujets très préoccupants.

Que pensez-vous des sacs à roulettes, sacs à dos et besaces ?

Le sac à roulettes pour soulager le dos de l’enfant n’est pas une bonne idée.

De tels sacs, plus lourds à vide, sont souvent tractés du même côté, engendrant une asymétrie et des tensions. Par ailleurs, à chaque escalier, l’enfant doit porter le sac avec une position inadaptée. De même, les besaces sont à proscrire pour le déséquilibre et l’asymétrie qu’elles engendrent.

Quant au sac à dos, il peut être une bonne alternative, notamment pour les collégiens ou lycéens à conditions de respecter les bonnes pratiques de portage.

À SAVOIR

Premier syndicat de la profession, Ostéopathes de France regroupe plus de 1200 adhérents. Fondée en 1987, cette association de professionnels est présidée depuis 2003 par Dominique Blanc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here