L’immeuble Boreal, au cœur du Biodistrict Lyon-Gerland, est le siège de l'activité santé animale en France du groupe Boehringer Ingelheim, investisseur principal d’Aurobac.
L’immeuble Boreal, au cœur du Biodistrict Lyon-Gerland, est le siège de l'activité santé animale en France du groupe Boehringer Ingelheim, investisseur principal d’Aurobac.©DR

Pour combattre l’antibiorésistance et créer de nouvelles gammes d’antibiotiques plus efficaces, Boehringer Ingelheim, bioMérieux et Evotec ont décidé d’unir leurs efforts. Le siège de cette joint-venture, baptisée Aurobac, sera basé à Lyon. L’annonce de cette union tripartite a été faite ce mercredi 6 juillet 2022.

C’est un mal silencieux qui fait des ravages. Chaque année, l’antibiorésistance tue environ 1,27 million de personnes dans le monde. Selon les estimations, d’ici à 2050, ce sont près de 10 millions de décès qui pourraient être enregistrés annuellement, ce qui rendrait l’antibiorésistance plus mortelle que le cancer.

Face à ce fléau actuel et ces menaces à plus long terme, trois grands groupes européens viennent d’annoncer la création d’une joint-venture. Baptisée Aurobac Therapeutics, cette coentreprise inédite disposera d’un siège basé à Lyon. Elle réunira autour d’une même mission Boehringer Ingelheim, laboratoire biopharmaceutique leader axé sur la recherche, la société experte en sciences de la vie Evotec et bioMérieux, acteur majeur dans le domaine du diagnostic in vitro.

Antibiorésistance : un enjeu planétaire

Avec cette triple expertise, Aurobac entend développer des outils diagnostics ainsi que de nouvelles thérapies, à la fois plus efficaces et moins contraignantes. Un défi majeur car les nouvelles générations de médicaments devront s’adapter aux multiples usages des antibiotiques. Des interventions chirurgicales de routine, comme les césariennes ou les implants de prothèses de hanche, peuvent par exemple mettre en danger la vie du patient. Quant aux complications générées par des maladies ou des accidents de la vie courante (diabète, blessures, coupures…), elles sont de plus en plus fréquentes en raison du processus d’antibiorésistance.

« L’augmentation des infections résistantes aux antibiotiques constitue une crise mondiale imminente. L’augmentation des agents pathogènes résistants aux médicaments, due principalement à une utilisation et inadaptée des antimicrobiens, menace notre capacité à traiter des infections courants », confirme Michel Pairet, patron de l’unité innovation et Boehringer Ingelheim, dont le siège France est à Lyon.

La joint-venture Aurobac sera financée à hauteur de 30 millions d’euros par Boehringer Ingelheim, investisseur principal. BioMérieux et Evotec mettront chacun 5 millions d’euros dans la corbeille.

À SAVOIR

La résistance aux antibiotiques, appelée « antibiorésistance» , désigne la capacité d’une bactérie à résister à l’action d’un antibiotique. Tout le monde peut, un jour ou l’autre, être infecté par une bactérie résistante aux antibiotiques, quel que soit l’âge ou l’état de santé. Lorsqu’une personne est atteinte d’une infection à bactérie résistante, le médecin a du mal à trouver le bon antibiotique : l’infection dure plus longtemps et peut entraîner davantage de complications, parfois même le décès. Plus d’infos ICI.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here