L'hôpital de santé mentale de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, sous tensions, a été placé sous administration provisoire.
Les tensions entre le personnel et la direction, à laquelle est reproché un management violent, remontent à plusieurs années. ©DR

Spécialisé dans la prise en charge de la santé mentale, le centre hospitalier de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, au nord-ouest de Lyon (Rhône) va être placé sous tutelle par l’Agence Régionale de Santé à compter du 15 novembre. Son directeur a été suspendu, tout comme le conseil de surveillance de l’établissement. En cause ? De profonds et récurrents conflits entre la direction et le personnel, dont l’intensité finit par nuire à la qualité des soins délivrés aux patients.

Rien en va plus du côté de l’hôpital de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or. Spécialisé en santé mentale, l’établissement sera placé sous administration provisoire à compter du 15 novembre, pour une période de six mois.

Cette décision forte émane de l’Agence Régionale de Santé, alertée par « un nombre conséquents de signalements » émanant de soignants, de membres de la direction et de la commission des usagers. « Ces signalements témoignent de relations conflictuelles au sein de la gouvernance, qui débordent sur le climat de travail interne et contribuent à nuire au fonctionnement du centre hospitalier ». Pire, « l’établissement présente aujourd’hui », selon le communiqué de l’ARS, « des dysfonctionnements susceptibles de mettre en jeu la qualité des prises en charge et la sécurité des patients ». Liées ou non, plusieurs fugues de patients ont été enregistrées ces derniers mois.

Ce climat délétère n’est pas nouveau. Un profond conflit oppose en effet la direction à une partie du personnel, marqué par une succession d’actions et de mouvements de grèves. Le dernier en date remonte à fin septembre, lorsque de nombreux salariés se sont retrouvés devant le tribunal de Lyon, à l’appel de la CGT. Ils profitaient d’une audience découlant d’une expertise sollicitée par le CHSCT* pour dénoncer les pressions et maltraitances de leur direction. Et évoquaient alors « un management de terreur ».

Le directeur de l’hôpital pointé du doigt

Interrogé par l’AFP, un délégué CGT confirme un système qui « s’est progressivement mis en place avec des méthodes intimidantes à l’égard du personnel. Plusieurs cadres et soignants ont été en arrêt de travail, certains sont carrément partis à cause de cela ». Ce climat de tension, sur fond de pénurie de personnel et de crise sanitaire, remonterait même à avant 2020.

En première ligne, le directeur de l’hôpital depuis une dizaine d’années. Jean-Charles Faivre-Pierret a été suspendu de ses fonctions par l’ARS, qui a également levé les attributions du conseil de surveillance et du directoire de l’établissement. « Ces attributions seront exercées par une mission d’administration provisoire, comprenant directeur et médecin, désignée par arrêté ministériel », explique l’ARS. Cette mission aura notamment pour objet de lever le voile sur la situation et de déterminer les solutions à mettre en place. « Il leur est demandé d’analyser les dysfonctionnements actuels, d’établir un diagnostic des causes, d’évaluer l’impact sur la qualité et la sécurité des prises en charge et de mettre en œuvre les mesures permettant d’y remédier. Les administrateurs devront également trouver les leviers de stabilisation des équipes de direction et mettre en place un fonctionnement apaisé de la gouvernance de l’établissement ».

*Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

À SAVOIR

Le centre hospitalier de santé mentale de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or a été créé en 1972. Il regroupe deux pôles de psychiatries adultes et d’un pôle de pédopsychiatrie, avec une capacité de 354 lits en tout. Deuxième site lyonnais en matière de psychiatrie, il emploie 800 salariés, dont 73 médecins et 64 psychologues.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here