La pollution des véhicules fait suffoquer la Métropole de Lyon
Le trafic routier est l'une des principales sources d'exposition aux particules fines. ©E.Vautenin

Après avoir testé durant une journée la circulation alternée, les automobilistes de Lyon et de Villeurbanne pourront reprendre leur véhicule sans contrainte cette semaine. Même si la qualité de l’air reste mauvaise sur l’agglomération, le taux de particules fines est retombé sous le seuil réglementaire.

C’était une grande première pour tous les automobilistes lyonnais et villeurbannais. Vendredi dernier, comme leurs homologues parisiens, ils ont dû se soumettre au principe de la circulation alternée. Une situation inédite dans l’agglomération lyonnaise ! La préfecture du Rhône a en effet décrété que le principe de la circulation alternée serait en vigueur. Concrètement, seuls les automobilistes dont l’immatriculation est impaire pouvaient se déplacer avec leur véhicule, même si de nombreuses “entorses” au règlement étaient admises (voir la liste des véhicules autorisés).
Cette mesure exceptionnelle, qui concernait exclusivement les communes de Lyon et de Villeurbanne, a été instaurée en raison de l’important épisode de pollution enregistré sur l’agglomération lyonnaise et tout l’axe de la Vallée du Rhône. Les hautes pressions qui règnent actuellement sur une grande partie de la France ne permettaient pas de chasser l’air pollué. Cette absence de vent associée à la baisse du mercure a refroidi le sol, créant comme un « couvercle » empêchant l’évacuation verticale des particules fines et du dioxyde d’azote dans l’atmosphère.

Pollution, le taux de particules fines reste élevé à Lyon

Si l’usage intensif des chauffages urbains, l’augmentation du trafic routier en cette période de l’année (notamment les poids lourds) et l’activité industrielle intense a fait bondir le taux de pollution aux particules fines, cette mesure exceptionnelle aura toutefois été éphémère. Malgré le maintien de conditions anticycloniques et une qualité de l’air jugée “mauvaise” par Air Rhône-Alpes, , le taux de particules fines dans l’atmosphère est en effet repassé sous le seuil des 80 microgrammes au m³.
Dans ces conditions, la préfecture du Rhône a annoncé que l’expérience de la circulation alternée ne serait pas renouvelée. Dans son dernier communiqué, la préfecture indique que “demain lundi 12 décembre, les niveaux de particules seront plus bas que les jours précédents, mais la situation atmosphérique restera dégradée, et pourrait le rester encore quelques jours, compte tenu des conditions anticycloniques toujours présentes.“. Une bonne nouvelle pour les automobilistes lyonnais, alors que la grève des transports en commun se poursuit sur l’agglomération.

A SAVOIR

Même si la circulation alternée n’est plus d’actualité à Lyon, le taux de particules fines dans l’atmosphère a incité la préfecture à maintenir l’agglomération lyonnaise en “alerte niveau 1”. Il est possible de suivre en temps réel l’évolution de la qualité de l’air à Lyon et sa région sur le site d’Air Rhône-Alpes.

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here