Petits mais pénibles ! À l'image du moustique, plusieurs insectes empoisonnent nos étés... ©Pixabay

Moustiques, taons, tiques ou encore puces… À l’image du moustique-tigre, de plus en plus présent à Lyon et dans la région, l’armée vrombissante de ces petits insectes nuisibles sévit principalement durant l’été, avec à la clé des démangeaisons, mais aussi de potentielles infections plus graves, telle la maladie de Lyme. Nos conseils très simples pour reconnaître, éviter et soigner les piqûres de ces petites bestioles bien désagréables. 

Le moustique-tigre, de plus en plus présent à Lyon et dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, en est un exemple les plus piquants. Les piqûres d’insectes comme les puces, tiques ou taons peuvent avoir des conséquences gênants, voire très pénibles. Le point sur les bons gestes à observer pour éviter et soigner les piqures.

 

Moustiques : comment éviter les piqûres?

Une piqûre de moustique provoque une réaction inflammatoire engendrant une rougeur. Elle peut aussi se manifester par l’apparition d’un bouton, de couleur plus claire que la peau, de forme ronde et cerclé de rouge. La piqûre provoque une légère douleur et des démangeaisons pouvant durer plusieurs jours. Ce sont les zones les moins couvertes qui sont les plus exposées aux piqûres, soit les jambes et les bras. Mais il faut savoir qu’un moustique peut tout aussi bien piquer à travers les vêtements !

Chez les moustiques, seule la femelle pique, après la fécondation, et ce, dans l’objectif de favoriser la maturation de ses oeufs. Les moustiques tigres, qui se reconnaissent par leurs pattes rayées de noir et de blanc, peuvent transmettre des maladies graves tels que la dengue ou le chikungunya.

 

Comment soigner la piqûre?

De nombreux produits sont commercialisés afin de soulager les démangeaisons causées par les piqûres de moustiques. Des remèdes naturels peuvent également calmer les effets d’une piqûre, à l’image du froid, de l’argile verte (sous forme de cataplasme) ou encore de l’huile essentielle de géranium. Il est vivement déconseillé de se gratter, pour ne pas provoquer une surinfection.

 

Comment éviter la piqûre?

Des produits peuvent être appliqués sur le corps afin de repousser l’insecte. L’huile essentielle de citronnelle est un bon répulsif naturel aux moustiques.

D’autres réflexes peuvent aussi concourir à éviter une piqûre éventuelle. S’éloigner de l’eau stagnante et des milieux humides, d’abord. Porter des vêtements clairs et amples, ensuite,  les moustiques étant plutôt attirés par les couleurs sombres et étant plus redoutables lorsque le vêtement colle à la peau. L’usage de moustiquaires, sur les lits ou aux fenêtres, peut aussi éloigner la nuisance, malgré les contraintes induites.

 

Certaines personnes attirent-elles plus facilement les moustiques?

Les personnes rejetant beaucoup de dioxyde de carbone attirent plus facilement les moustiques, susceptibles de repérer cette molécule à plus de dix mètres de distance. Certaines odeurs, comme celle de l’urine ou de la transpiration, attirent aussi ces nuisibles. Gare enfin aux apéritifs en plein air, l’odeur de la bière, par exemple, est très prisée des moustiques.

 

© Charlène R./Canva/Freepik

 

Taons : danger en zone rurale

Les taons sont des insectes qui vivent plutôt en zone de campagne, principalement à proximité d’animaux (chevaux, vaches etc…). Il s’agit de grandes mouches à l’aspect aplati, dont la couleur varie du jaune au brun foncé. Comme chez les moustiques, seules les femelles piquent. En effet, elles ont aussi besoin de sang pour leurs oeufs. Leur piqûre est douloureuse. Elle provoque une inflammation qui conduit à une boursouflure de la peau. Ces symptômes disparaissent en quelques heures, voire quelques jours.

Comment soigner la piqûre?

Il faut autant que possible éviter de se gratter, la démangeaisons finira par s’atténuer et disparaître d’elle-même. La prise d’un antalgique ou l’application d’huiles essentielles peuvent soulager la douleur.

Il est important de désinfecter la piqûre et de bien retirer le dard, s’il est resté fiché dans la peau, pour éviter une surinfection.

 

Comment éviter la piqûre?

En observant un minimum de vigilance. Les peaux mouillées attirant les taons, il faut se sécher rapidement après une baignade. Porter des couleurs claires est un bon moyen de les repousser. En effet les taons n’aiment pas les tissus clairs car ils peuvent moins se camoufler dessus. Enfin, de nombreux produits répulsifs vendus en pharmacie ont prouvé leur efficacité.

© Charlène R./Canva/Freepik

 

Tiques : gare à la maladie de Lyme

La tique, acarien surnommé “pou des bois”, appartient à la famille des ixodes. On la retrouve dans les bois, les jardins, les hautes herbes ou encore les buissons.

Pour vivre, la tique se nourrit du sang de ses victimes en s’accrochant à elles grâce à un crochet. Ses proies vont des mammifères aux oiseaux en passant par les reptiles.  Sa piqûre, ou plus exactement sa morsure, n’est pas douloureuse, mais provoque des démangeaisons. Elle est facilement repérable chez l’homme car sa tête disparaît sous la peau, son abdomen et ses pattes la trahissent.

Il est impératif de s’en débarrasser au plus vite. En effet, la tique peut être porteuse de bactéries et transmettre des pathologies potentiellement grves, à l’image de la maladie de Lyme.

Comment retirer une tique?

Les endroits que préfèrent les tiques se situent là où la peau est la plus fine, soit sous les seins, derrière les genoux, dans le creux du bras ou encore derrière les oreilles. Dans tous les cas, il est important d’agir vite et de retirer l’insecte avec un tire-tique (ou d’une pince à épiler), afin que le crochet parte avec lui. Il faut donc coincer la tique dans l’ustensile, et tourner à plusieurs reprises pour retirer celle-ci. L’arracher d’un coup risquerait de laisser la tête sous la peau.

Il est déconseillé de mettre des produits sur la morsure tant que la tique n’est pas retirée. Cela risquerait de la faire stresser et donc de la faire saliver, ce qui augmente les risques de transmission de bactéries. En revanche, une fois l’insecte retiré, il faut désinfecter la zone.

 

Comment éviter la morsure?

Pour éviter de se faire mordre par une tique, privilégiez les vêtements longs lors de vos balades en forêt. Il est également possible de se vaporiser de répulsif les zones du corps non couvertes. Enfin, au retour d’une escapade dans un bois, une inspection complète du corps s’impose afin d’être certain de ne pas avoir été mordu. Gare aux petits points noirs suspects !

© Charlène R./Canva/Freepik

 

Puces : toutes petites, mais très gênantes !

Ces minuscules insectes préfèrent se nourrir du sang des chiens et chats. Mais il arrive qu’elles s’attaquent aussi à l’homme, faute de nourriture disponible. Capable de demeurer en latence durant plusieurs mois, elles se repèrent aux mouvements, chaleur et gaz dégagés par le corps. Les puces se cachent généralement dans les petits recoins, notamment dans les lames de parquets d’où leurs noms de puces de bois, de parquets ou de planchers. C’est pour cette raison que ce sont les jeunes enfants, jouant sur le sol (moquettes, parquets, planchers…), qui sont les plus exposés à ce genre de piqûres.

Une piqûre se manifeste par l’apparition de plusieurs petits boutons rouges qui démangent fortement et immédiatement. Ces insectes piquent surtout au niveau du bas des jambes, aux chevilles et aux pieds.

 

Comment soigner la piqûre?

Le jus de citron est très efficace pour soulager les piqûres, de même que l’huile de lavande aspic ou de géranium.

 

Comment éviter la piqûre?

L’objectif est d’éliminer les oeufs des puces. Et ce principalement à l’huile de coude ! Un passage régulier de l’aspirateur et la désinfection des sols permettent généralement de s’en prémunir. Il est également recommandé de laver fréquemment la literie, les textiles des canapés, les linges des animaux ainsi que les vêtements en les nettoyant à 60°.

Un traitement régulier de ses animaux de compagnies est aussi un bon moyen de ne pas se faire piquer soi-même.

© Charlène R./Canva/Freepik

 

À SAVOIR

Les phobies qui concernent les insectes sont nombreuses. Parmi elles, on retrouve l’entomophobie, qui est la peur de tous les insectes en général, l’acaraphobie qui est la peur des piqûres d’insectes, ainsi que la lépidophobie qui est la peur des papillons. L’entomophobie peut causer, chez les personnes atteintes, des malaises, des sueurs ou des vertiges lorsqu’elles sont en présence d’insectes. Cela peut également avoir un fort impact social car elles peuvent limiter leurs sorties de peur de croiser des insectes.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here