Les baladeurs, nouveau fléau des jeunes? ©Pixabay

Les problèmes d’auditions sont en augmentation, notamment chez les jeunes de 12 à 25 ans, gros utilisateurs de baladeurs numériques et souvent mal informés des risques encourus.

En Europe, près de 10 millions de personnes risquent une perte auditive irréversible à trop vouloir écouter leur baladeurs à trop forte puissance et de surcroit, pendant des durées d’écoute le plus souvent trop longues.
C’est ce qui ressort d’un récent rapport du Comité Scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux, commandé par l’UE.

Baladeurs : quels risques pour l’audition ?

D’après le docteur Philippe Baronnier, oto-rhino à Lyon, les adolescents n’ont pas conscience du danger que représente l’utilisation de baladeurs. « Entendre est tellement naturel pour eux qu’ils ne font pas attention. Pourtant, à long terme, écouter de la musique au-dessus des limites autorisées peut conduire à une perte totale de l’audition. Les acouphènes (sifflements) peuvent également venir perturber l’audition».
Le danger de la musique est particulièrement sournois, car la nocivité est masquée par le plaisir de l’écoute. En réalité le risque auditif est indépendant de la qualité du son, du plaisir de l’écoute ou de la qualité de l’amplification, il résulte uniquement de la quantité d’énergie reçue par l’oreille, c’est à dire du produit du niveau par la durée d’exposition.

Pour prévenir la perte d’audition

  • Réduire autant que possible le son du baladeur, de la chaîne HiFi, de l’auto-radio ;
  • Ne pas dépasser, par semaine, une durée d’écoute de :
  • 20 heures pour le baladeur ou l’auto-radio à niveau raisonnable ;
  • 4 heures pour le baladeur à volume maximum ;
  • 2 heures pour la soirée en discothèque.

Les signes qui alertent de la perte d’audition

« Dès qu’une personne a des sifflements, des bourdonnements d’oreille ou un sensation d’oreille cotonneuse, il faut tout de suite consulter un spécialiste», explique le docteur Baronnier. En cas de troubles auditifs, l’ORL réalisera un bilan complet pour évaluer l’audition et vous proposera un traitement adapté.
Il y a chaque année en France 200 000 nouveaux cas d’acouphènes dont 130 000 dénombrés sur des jeunes ayant subi un traumatisme sonore. L’usage de stupéfiants est de nature à augmenter les effets destructeurs du son (source : France Acouphènes).

Où s’adresser en Rhône-Alpes pour un problème d’audition ?

Lyon :

  • Centre ORL Bellecour : 27 place Bellecour, Lyon 2e (04 78 37 68 91)
  • Clinique du Val d’Ouest : 39 chemin de la Vernique, 69 130 Ecully (0472193200)

Grenoble :

  • Centre médico-chirurgical : 4 avenue Jean-Perrot (04 76 25 50 27)
  • Centre Médico Chirurgical de Chartreuse : 2 place Gustave-Rivet (04 76 46 27 60)

Sain- Etienne

  • Hôpital Nord : avenue Albert Raimond à Saint-Priest-en-Jarez (04 77 82 80 00)

Bourg-en-Bresse

  • Centre hospitalier de Bourg-en-Bresse : 900 Route de Paris BP 401 (04 74 45 46 47)

Valence

  • Centre ORL Barlatier et Schatz : 1 côte Sainte-Ursule, Romans sur Isère (04 75 02 21 79)
  • Centre hospitalier de Valence : 179 boulevard Maréchal-Juin (04 75 75 75 75)

Plus d’adresses sur l’annuaire du Syndicat national des médecins spécialisés en ORL et chirurgie cervico-faciale : www.snorl.org/-Annuaire-des-ORL-.html ou 01 44 29 01 28.

Plus d’infos sur Lyon-Médical.com :

Le Syndicat des Audioprothésites Français en faveur du plan accessibilité de Xavier Darcos envers les personnes sourdes et  malentendantes

Chargement des commentaires facebook ...

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here