Parents-ados: la sexualité ne doit pas être un tabou

1
398

Parler de sexualité et de contraception avec un adolescent n’est pas toujours aisé. Marine Paillasseur, conseillère conjugale à l’hôpital de la Croix-Rousse et infirmière scolaire dans un lycée privé lyonnais, démystifie le sujet et délivre quelques clés aux parents désarmés.

Quel est l’âge moyen du premier rapport sexuel ?

La moyenne, contrairement aux idées reçues, reste à 17 ans. Car malgré les apparences, les ados, dans la majorité des cas, ne font pas n’importe quoi en matière de sexualité.

Quand doit-on aborder le sujet avec un adolescent ?

Il ne faut surtout pas attendre la puberté pour parler de sexualité avec un jeune. Si on n’en a jamais parlé avant, ce sera d’autant plus dur de le faire avec un ado ! Les parents, pour certains jeunes, ne sont pas toujours les bons interlocuteurs. Les ados ont besoin de préserver leur intimité et la famille n’est parfois pas le lieu où ils estiment pouvoir s’épancher sur de tels sujets.

Quel peut-être, dès lors, le rôle parental ?

Le mieux à faire, s’il est difficile d’aborder directement le sujet, est d’indiquer à son enfant l’existence des centres de planifications pour venir parler de sexualité et des risques de grossesse et des infections sexuellement transmissibles. Pour casser, dans la mesure du possible, certaines idées reçues liées à la sexualité, comme la pornographie, les maladies systématiques… L’objectif est de parler des relations affectives et sexuelles dans le respect de chacun.

Faut-il se méfier des idées reçues ?

Bien sûr. Il est ainsi tout à fait possible de tomber enceinte à son premier rapport, ou juste après l’arrêt de la pilule. Comme il est aussi possible de tomber enceinte très tard, alors que l’on s’imagine totalement à l’abri.

Contraception: ce qu’il faut savoir

Y a-t-il un âge légal pour avoir accès à la contraception ?

Non, mais les moyens financiers et le manque d’information peuvent être un frein. C’est pourquoi la loi autorise les mineurs à bénéficier gratuitement de moyens de contraception en centre de planification, où préservatifs et pilules leurs sont donnés jusqu’à leur majorité. Les jeunes mineures peuvent aussi avoir accès gratuitement à un rendez-vous médical, à un bilan sanguin et à la contraception, en utilisant leur carte de lycéen M’RA, qui permet d’obtenir gratuitement le Pass contraception-prevention.

Quels sont les principaux moyens de contraception ?

Les préservatifs masculins ou féminins sont les modes de contraception non hormonaux les plus courants, avec le stérilet au cuivre. Parmi les méthodes hormonales, il y a bien sûr la pilule, mais aussi le stérilet hormonal ou encore l’anneau vaginal et l’implant. Je mets à part la pilule du lendemain, qui n’est pas une méthode de contraception mais plutôt un moyen de dépannage car elle n’est pas suffisamment efficace : au mieux 70% de réussite. Les autres le sont à 99%, si tant est qu’elles soient utilisées de manière rigoureuse !

Les modes de contraceptions dépendent-ils de l’âge ?

Pas vraiment, cela relève plutôt du choix de chacun. Mais là aussi, il y a des idées reçues : on disait jusqu’il y a une dizaine d’années que le stérilet était réservé aux femmes ayant déjà eu des enfants. Il en existe aujourd’hui des plus petits, adaptés aux femmes sans enfants.
Consultez la liste des centres de planifications sur www.sante.gouv.fr

A SAVOIR

Ouverts à tous les âges mais prioritairement aux jeunes, les centres de planification ou d’éducation familiale proposent des actions de prévention et des consultations gratuites et anonymes de contraception et de conseil conjugal. Les mineurs n’ont pas besoin d’autorisation parentale pour bénéficier d’une consultation avec un conseiller conjugal ou un médecin, notamment pour une demande de contraception qui sera donnée gratuitement jusqu’à leur majorité.

Chargement des commentaires facebook ...

1 COMMENTAIRE

  1. bonjour,
    pourquoi n’est il pas permis de parler de methodes naturelles? est ce pour vous qu’une question de business? comme la technique du dealer qui donne ses premières rations de drogues puis qui les fait payer quand la personne en est dépendante?? ça en a tout l’air…
    il me semble normal de parler aussi des methodes naturelles si l’ont veut laisser le choix au gens..
    la methode naturelle est aussi fiable que la pilule alors pourquoi ne pas en parler?
    surtout que chez nos voisins les allemands cette methode est bien plus pratiquée que chez nous et des assisants pour aider ont même été inventés, comme le mini ordi que j’ai qui s’appelle Ladycomp et qui m’aide depuis 5ans!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here