L’Express publie son palmarès des hôpitaux et cliniques 2014. Un classement national qui met en valeur l’expertise de la Clinique de la Sauvegarde, classée numéro 1 pour la chirurgie de l’obésité, mais aussi de plusieurs établissements de Rhône-Alpes à Lyon, dans la Loire, l’Isère et la Savoie.

Quels sont les hôpitaux et les cliniques affichant le plus fort volume d’activité, les meilleurs résultats, spécialité par spécialité ? Cette semaine, L’Express répond à cette question délicate en publiant son palmarès annuel des hôpitaux et cliniques. Ce classement national, qui répertorie les 50 premiers établissements hospitaliers français dans les 30 spécialités les plus fréquemment soignées, met en évidence l’expertise et la notoriété de plusieurs établissements et centres hospitaliers de la région Rhône-Alpes. La Clinique de la Sauvegarde, à Ecully (Rhône) figure ainsi en tête de ce hit-parade pour la chirurgie de l’obésité.  La Clinique Mutualiste, à Saint-Etienne, le Centre hospitalier Lyon-Sud et la Clinique du Parc, à Lyon,  apparaissent également parmi les établissements rhônalpins régulièrement cités en bonne place. Seule ombre au tableau, l’Hôpital Nord-Ouest de Villefranche-sur-Saône, et plus généralement les établissements de la région lyonnaise, figurent parmi les plus chers de France. Mais l’excellence a aussi un prix…

Les Top 10 des hôpitaux et cliniques en Rhône-Alpes

1er

Clinique de la Sauvegarde, à Ecully (Rhône), pour la chirurgie.

2e

Clinique Mutualiste de Saint-Etienne (Loire), pour la prothèse de genou.

3e

Centre hospitalier Lyon Sud, à Pierre-Bénite (Rhône), pour la chirurgie de la thyroïde.

4e

Clinique Mutualiste de Saint-Etienne (Loire), pour la prothèse de hanche.

5e

Clinique Saint-Charles, à Lyon (Rhône), pour la chirurgie du pied.

6e

Clinique Mutualiste à Saint-Etienne (Loire), pour la chirurgie des hernies (inguinale, crurale, abdominale) et éventration.
Clinique du Parc à Lyon (Rhône), pour la chirurgie du genou sous arthroscopie.
Centre hospitalier de Chambéry (Savoie), pour la chirurgie endoscopique prostate.

7e

Clinique de la Sauvegarde, à Ecully (Rhône), pour la chirurgie des artères coronaires (pontage aorto-coronarien).
Clinique du Parc, à Lyon (Rhône), pour la chirurgie de la rétine.

8e

Centre Hospitalier Lyon Sud à Pierre-Bénite (Rhône), pour la chirurgie pelvienne majeure chez l’homme (ablation vessie, prostate…).
Clinique du Parc, à Lyon (Rhône), pour la chirurgie du pied.
CHU de Saint-Etienne (Loire), pour l’infarctus du myocarde.

9e

Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble (Isère), pour la chirurgie proctologique (rectum ou anus).

10e

Hôpital neurologique Pierre Wertheimer à Lyon (Rhône), pour la chirurgie des valves cardiaques.
Hôpital Charcot à Saint-Foy-lès-Lyon (Rhône), pour la chirurgie des varices.
CRLC de Lyon et du Sud-Est, à Lyon (Rhône), pour la chirurgie du cancer du sein.
Hôpital neurologique Pierre Werheimer, à Lyon (Rhône), pour la chirurgie du rachis (colonne vertébrale) et de la moelle.
Centre hospitalier Lyon Sud, à Pierre-Bénite (Rhône), pour la chirurgie majeure colo-rectale.

A savoir

Le palmarès des hôpitaux et cliniques de L’Express, qui classe les 50 premiers établissements par pathologie, s’appuie sur les données du ministère de la Santé et notamment de l’ATIH, l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation. Pour chacune de ces 30 pathologies, les établissements ont été classés en fonction de leur volume d’activité, c’est-à-dire du nombre de séjours de patients hospitalisés en 2012. Le volume d’activité a été pondéré, chaque fois que cela était possible, par un coefficient de prise en charge en ambulatoire (séjour sans nuit d’hospitalisation). Ce coefficient d’ambulatoire est un indicateur de l’excellence chirurgicale, anesthésique et organisationnelle de la spécialité dans l’établissement. Tous les établissements hospitaliers français disposant de services de MCO (médecine, chirurgie et obstétrique) ont été analysés mais seuls ont été retenus ceux dotés d’un score LIN (score agrégé de lutte contre les infections nosocomiales, calculé par le ministère de la Santé) noté A (excellent) ou B (bon).
Les établissements présents dans ce palmarès ont également été sélectionnés selon leur « Score de qualité et de sécurité des soins », élaboré par la HAS (Haute autorité de Santé, www.has-sante.fr). Ce score s’appuie sur un indicateur qualité composite compilant les indicateurs suivants (IPAQSS) : tenue du dossier patient, délai d’envoi du courrier de fin d’hospitalisation, dépistage des troubles nutritionnels, traçabilité de l’évaluation de la douleur, tenue du dossier anesthésique et prise en charge médicamenteuse de l’infarctus du myocarde après la phase aigüe. Sont exclus du classement les 20 % d’établissements affichant le Score de qualité le plus faible.

 

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here