Lyon-Sud (Rhône) conserve de justesse sa place dans le Top 20 national des hôpitaux

Aucun établissement de la région Rhône-Alpes ne figure dans le Top 10 des hôpitaux publics français publié par Le Point. Parmi les motifs de satisfaction, la progression du CHU de Saint-Etienne (19e) qui talonne désormais Lyon-Sud, le CHU Grenoble demeurant le leader des hôpitaux rhônalpins (12e). La bonne surprise vient de Jean-Mermoz, à Lyon, deuxième au classement des cliniques privées.

Comme chaque année avant la rentrée, l’hebdomadaire Le Point publié son palmarès des meilleurs hôpitaux publics de France, hôpitaux classés en fonction de 61 activités. Au total, 39 hôpitaux de province – dont le CHU de Lille, au sommet de la hiérarchie, et son dauphin, le CHU de Toulouse – figurent dans ce hit-parade hospitalier 2015 qui ne fait pas vraiment la part belle aux professionnels de la santé en Rhône-Alpes. Ainsi, il faut tomber à la 12e place pour voir apparaître le premier site régional, en l’occurrence le CHU Grenoble, alors que Lyon-Sud (Pierre-Bénite) doit se contenter de la 18e place, soit un recul d’une place par rapport à 2014.

Le CHU Saint-Etienne en constante progression

Parmi les motifs de satisfaction,  le CHU de Saint-Etienne fait son entrée dans le Top 20. Une performance qui confirme la  constante progression du centre hospitalier ligérien. Ce dernier, qui ne figurait qu’au 34ème rang en 2010, confirme son statut de pôle de référence et de recours hospitalo-universitaire de haut niveau dans la future grande région Rhône-Alpes – Auvergne. Autre motif de satisfaction pour les responsables stéphanois, leur CHU est cité en bonne place dans plus de la moitié des spécialités analysées. Il est notamment 3e pour la pose des stimulateurs cardiaques et pour la prise en charge des troubles du comportement alimentaire et 4e pour le cancer de la peau, soit un gain de 18 places par rapport à 2014 ! Le CHU de Saint-Etienne enregistre aussi une forte progression dans le traitement du diabète, passant de la 22e à la 11e place.
Parmi les mauvaises surprises, les Hôpitaux Est de Lyon, qui regroupent Neuro-Cardio et l’Hôpital Femme-Mère-Enfant (HFME), à Bron, disparaissent de ce Top 50 national alors qu’ils étaient encore au 23e rang en 2014. Quant à l’hôpital de la Croix-Rousse, il doit se contenter d’une décevante 46e place, juste devant la Clinique Mutualiste de Saint-Etienne.

L’Hôpital Privé Jean-Mermoz à l’honneur

Du côté des cliniques, le centre hospitalier privé Saint-Grégoire (Ille-et-Vilaine) remporte encore la palme. Dans ce classement où n’apparaît aucun établissement de Paris intra-muros, l’hôpital privé Jean-Mermoz de Lyon est à l’honneur en retrouvant une deuxième place perdue il y a deux ans, alors que l’Hôpital Privé de la Loire (Saint-Etienne) flirte avec le Top 10 national.  En revanche, c’est la soupe à la grimace pour les effectifs de la Clinique du Parc (Lyon 6e) qui poursuivent leur dégringolade, tombant à une anonyme 26e place, soit une perte de 6 rangs en un an. La Clinique du Tonkin, à Villeurbanne, affiche une certaine stabilité à la 36e place, beaucoup mieux que l’Infirmerie Protestante (Caluire-et-Cuire) en chute libre avec une perte de 10 places. L’établissement rhodanien parvient toutefois à se maintenir dans le Top 50, ce qui n’est pas le cas de la Clinique de la Sauvegarde, 44e en 2014 et désormais hors classement.

Lyon-Sud en pointe pour le cancer de la peau

Le palmarès par spécialité est plus valorisant pour certains services de Lyon et de sa région. Ainsi, le CHU de Lyon-Sud est très bien noté pour le traitement du cancer de la peau et pour les problèmes d’audition, alors que l’Hôpital Femme-Mère-Enfant, à Bron, est au sommet de la hiérarchie nationale pour la chirurgie des testicules. L’Hôpital Jean-Mermoz (Lyon) n’a pas d’équivalent pour la chirurgie de l’épaule et de la colonne vertébrale. Enfin, l’hôpital Pierre-Wertheimer demeure un centre d’excellence en matière de neurochirurgie.
Le Top 10 des hôpitaux publics français en 2015:

  • 1er CHU de Lille
  • 2e CHU de Toulouse
  • 3e CHU de Bordeaux
  • 4e Hôpitaux Universitaires de Strasbourg
  • 5e La Pitié-Salpétrière
  • 6e CHU de Montpellier
  • 7e CHU de Tours
  • 8e CHU de Nantes
  • 9e CHU de Rennes
  • 10e CHU de Nancy

A savoir

Pour faire partie du Top 50 des hôpitaux publics français publié par Le Point, un service complet doit être fourni aux patients dans les disciplines médicales et chirurgicales. Les établissements de soins spécialisés, comme les centres anticancéreux ou les hôpitaux pédiatriques, ont donc été écartés de ce classement, mais apparaissent dans des classements spécifiques (cancers, varices, accidents vasculaires cérébraux-AVC, chirurgie de l’oeil – cataracte, myopie, rétine -, chirurgie de l’obésité, des artères, de la colonne vertébrale, urgences traumatologiques, traumatologie de la face, pédiatrie, pneumologie, maladies infectieuses…). Pour déterminer les 50 cliniques à but lucratif de ce palmarès, Le Point a pris en compte la fréquence d’apparition de chaque clinique parmi les 50, les 20, les 10 et les 5 premières, puis la ou les places de numéro un qu’elle obtenait dans 37 activités analysées selon les mêmes critères que les hôpitaux publics.

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here