La pose d'un appareil dentaire par l'orthodontiste doit être envisagé dès âge de 7 ou 8 ans ©Fotolia

Les appareils dentaires sont de plus en plus fréquents dans les cours d’école. Mais à quel âge faut-il consulter un spécialiste ? Pour quel type de traitement ? Combien de temps faut-il garder l’appareil ? Installée à Grenoble, le Dr Sophie Rozencweig explique l’importance d’effectuer une visite de contrôle chez l’orthodontiste bien avant la puberté.

On estime qu’un enfant sur deux aurait besoin d’un traitement orthodontiste. Pourtant, ils ils ne bénéficient pas tous d’un suivi approprié. Les parents ne sont en effet pas toujours à même de détecter le besoin de traitement. 80% des patients sont adressés par leur dentiste tandis que les consultations spontanées restent rares. Le port d’un appareil dentaire est pourtant bien souvent la seule solution à certains problèmes dérangeants. Le tour des questions autour de l’appareil dentaire chez l’enfant avec le Dr Sophie Rozencweig, orthodontiste à Grenoble.

 

À partir de quel âge un enfant peut-il porter un appareil ?

Le port d’un appareil peut débuter dès l’âge de 4 à 5 ans si l’enfant a du mal à mastiquer ou s’il présente une difficulté à ventiler. L’intervention de l’orthodontiste s’effectue alors en collaboration avec celle de l’ORL. Pour les enfants souffrant de fentes palatines (bec de lièvre), les traitements peuvent débuter encore plus précocement.

Quand consulter ?

D’une façon générale, à l’âge de 7 à 8 ans. Lors du premier rendez-vous , l’orthodontiste peut décider d’attendre avant de traiter le problème ou opter pour un traitement dit « interceptif » d’une durée de 6 mois environ. Ces traitements interceptifs ont pour but de corriger un décalage de croissance des mâchoires ou un problème d’évolution anormale des dents. Une dent qui évoluerait à la mauvaise place risque d’abîmer d’autres dents ou de gêner leur évolution.

Problème de décalage de croissance. Photo avant traitement.

Les problèmes qui reviennent souvent chez les enfants sont des décalages de croissance des maxillaires (entre la mâchoire du haut et celle du bas).

Il est important de consulter l’orthodontiste avant l’apparition de la puberté.

 

Avant traitement, personne nécessitant un traitement alliant la technique d’orthodontie combinée à la chirurgie maxillo-faciale.

La puberté achevée, la plupart des anomalies de croissance pourront être corrigées mais les traitements d’orthodontie devront souvent être combinés à de la chirurgie maxillo-faciale. Enfin, il est également possible dans certains cas de « compenser » le décalage par des extractions de dents. En résumé, pour que l’orthodontiste ait le choix du traitement le plus adapté, il faut consulter très tôt.

 

Quelle est la proportion d’enfants qui portent un appareil dentaire ?

Environ un enfant sur deux a besoin d’un traitement d’orthodontie pour des raisons fonctionnelles et parfois esthétiques. Porter un appareil dentaire n’est toutefois pas un effet de mode. L’indication d’un traitement d’orthodontie ne doit donc rien au hasard. Les critères sont objectifs fonctionnels (occlusion dentaire, mastication, équilibre des articulations des mâchoires) et esthétiques que se posent les indications. Enfin, l’esthétique ne doit pas être négligée car l’amélioration du sourire par l’alignement des dents participe à établir la confiance en soi et la construction du bien-être psychologique.

Quels problèmes l’appareil dentaire permet-il de corriger ?

On distingue deux types d’appareils : les orthopédiques et les orthodontiques.

  • Les appareils orthopédiques agissent sur les décalages de croissance des maxillaires. Pour un problème de mâchoire du haut trop étroite par exemple, un “disjoncteur” peut être apposé. L’élargissant la mâchoire du haut aide au développement des voies aériennes supérieures et facilite la ventilation. On évite ainsi une croissance asymétrique qui pourrait être à l’origine d’un problème fonctionnel conséquent.
  • Les appareils orthodontiques quant à eux, permettent de déplacer les dents. Il s’agit des appareils multi-attaches en métal ou en céramique que l’on appelle (à tort) « les bagues », des attaches du côté de la langue (attaches linguales) ou encore des gouttières transparentes (aligneurs).


L’intérêt est-il juste esthétique ou également sanitaire ?

L’orthodontiste apporte bien plus à ses patients que l’alignement des dents de devant !
Le rôle premier de l’orthodontie est de rétablir une mastication efficace et un équilibre fonctionnel. Mastiquer ne doit pas demander d’efforts.

Photo avant traitement : le patient peine à fermer la bouche. Après traitement : le patient ferme la bouche, son profil est harmonieux.

Un important décalage entre les dents de devant (incisives) impose au patient d’avancer de façon conséquente sa mâchoire du bas pour manger par exemple. D’autre part, des incisives trop en avancées ont un fort risque de fracture du fait de leur position en pare-choc. Le plus grand risque se situe entre les âges de 9 et 12 ans. D’où l’intérêt de la prévention.

 

L’orthodontie a des visées à la fois sanitaires et esthétiques. (Photo avant traitement).

Il existe de nombreuses indications de traitement orthodontique :des raisons articulaires, fonctionnelles, parodontales… Les orthodontistes travaillent aujourd’hui en collaboration avec d’autres spécialités médicales : ORL, endocrinologue, pédiatre, chirurgien maxillo-facial, ostéopathe, orthophonistes etc. Ils occupent une place privilégiée pour détecter les risques d’apnées du sommeil. L’indication première de l’orthodontie est donc d’ordre fonctionnel. Bien sûr, les résultats esthétiques découlent d’un traitement bien conduit.


La pose des bagues est-elle douloureuse ?

La pose d’attaches orthodontiques est indolore. Par la suite et pendant deux ou trois jours, les dents sont sensibles à la mastication et nos patients doivent adopter une alimentation un peu plus molle. Puis cette sensation s’estompe, et les dents commencent à se déplacer.

Faut-il parfois arracher des dents à la pose d’un appareil ?

Il arrive que l’on soit effectivement obligés de retirer des dents lorsque les mâchoires sont trop petites par rapport à la taille des dents. L’orthodontiste réalise un calcul du manque de place et n’envisage de faire retirer des dents que s’il ne peut faire autrement. La dent est un organe sain qu’il convient de préserver. Le recours à des extractions est une solution envisagée quand il n’y a pas d’alternative.

 

Sait-on combien de temps un traitement va durer ou cela dépend-t-il de la réponse du patient ?

L’expérience de l’orthodontiste lui permet d’apprécier la durée probable d’un traitement. Mais celle-ci peut être réévaluée en cours de route si le patient ne suit pas nos prescriptions ou si des difficultés apparaissent liées à une mauvaise réponse biologique au traitement.


Quels sont les conseils d’hygiène à suivre quand on porte un appareil dentaire ?

Il est essentiel d’éduquer les patients aux techniques de brossage orthodontique pour éliminer la plaque dentaire et éviter caries et gingivites. Un bon brossage permet d’avoir des dents et des attaches orthodontiques brillantes, des gencives rose pâle. La qualité du brossage n’est pas une question de durée, elle dépend de l’application de la bonne technique. Le jet dentaire est également d’une grande aide pour retirer les débris coincés entre les dents. Il vient en complément du brossage.

Je consacre beaucoup de temps à l’apprentissage des bons gestes aux patients. Par la suite, le contrôle de l’élimination de la plaque dentaire doit s’effectuer à chaque rendez-vous, si l’on désire que le traitement soit bien conduit et achevé avec des dents et des gencives saines.

Retrouvez la liste de tous les chirurgiens-dentistes de votre ville ou de votre quartier sur www.ordre-chirurgiens-dentistes.fr

À savoir

Pour bénéficier d’un remboursement des soins d’orthodontie par la Sécurité Sociale, deux conditions doivent être remplies.
1. Le traitement d’orthodontie doit démarrer avant d’avoir 16 ans du patient
2. La demande doit être adressée à la Sécurité Sociale avant le démarrage du traitement via le formulaire disponible via ce lien.

En cas de réponse favorable, la consultation chez l’orthodontiste ainsi que les examens initiaux seront remboursés à hauteur de 70%. Les mutuelles prennent généralement en charge le reste des frais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here