nourrir chat apprendre lyon ra sante
Les croquettes sont la nourriture idéale pour les chats. ©Shutterstock

Croquette ou pâtée ? Rationnement ou nourriture à volonté ? Pour garder votre matou en bonne santé tout au long de sa vie, quelques principes s’imposent. Les conseils de Maude Charbonnier, vétérinaire au sein du cabinet médico-chirurgical de la Maladière à Bourgoin-Jallieu.

Il n’est pas toujours simple d’avoir les bons réflexes pour nourrir son chat. Or, comme pour les humains, la santé des félins passe aussi par leur gamelle ! Les conseils de Maude Charbonnier, vétérinaire au sein du cabinet médico-chirurgical de la Maladière à Bourgoin-Jallieu.

 

1. Chat : privilégiez les croquettes 

Croquettes, pâtée ou nourriture maison ? Entre les trois, votre cœur balance. Du point de vue de la vétérinaire, les croquettes demeurent l’idéal pour votre chat. Car leur gros point fort est qu’elles assurent une bonne hygiène bucco-dentaire à votre minou en le forçant à croquer et mâcher, ce qui permet de bien entretenir ses dents (d’autant plus qu’il est difficile de les lui brosser !). De plus, les croquettes contiennent des acides aminés essentiels pour le chat, qu’on ne retrouve pas dans les rations ménagères sauf si celles-ci sont rigoureusement préparées pour éviter toute carence.

De son côté, la pâtée doit demeurer un petit complément « plaisir » pour votre félin, d’autant plus que celle-ci comporte 80% d’eau, ce qui demande donc un budget conséquent si l’on nourrit exclusivement son chat de la sorte (2,5 sachets par jour pour un chat de 3kg).

2. Équilibrez la ration de votre chat

L’un des principaux ennemis du chat, surtout quand il est stérilisé, c’est la prise de poids. Le chat effectue entre 15 et 20 micro-repas sur 24h, il doit donc toujours avoir son alimentation à disposition. Ce qui ne veut pas dire à volonté, c’est pourquoi vous devez veiller à respecter les bonnes rations. Par exemple si votre chat stérilisé fait 3 kg, il ne doit pas manger plus de 50 grammes de croquettes par jour. Et pour les propriétaires désireux de mitonner pour leur chat, il faut adapter les rations en fonction du profil du matou avec l’aide du vétérinaire.

Une ration ménagère se calcule à partir du besoin énergétique d’entretien (BEE), déterminé pour chaque chat en fonction de son poids, son activité (calme, actif…), son stade physiologique (croissance, castré sédentaire, âgé…). Par exemple, un chat de 3kg a un BEE de 165 kilocalories par jour.

La ration ménagère doit comporter :

– des protéines animales : viande maigre ou poisson cuits

– des fibres : légumes verts ou lentilles cuits

–  une source d’acides gras essentiels : huile de colza crue

– des glucides : riz, pâtes ou pommes de terre bien cuits

– un complément minéral et vitaminé

– des oligo-éléments.

L’astuce en + ? Pour les chats gloutons, n’hésitez pas à recourir au distributeur de croquettes afin que votre matou ne termine pas sa ration en 2 minutes chrono et pleurniche le restant de la journée.

 

 3. Respectez ses besoins spécifiques

Tout au long de leur vie, les chats n’ont pas les mêmes besoins. Carnivores, ils doivent toutefois bénéficier d’un ratio protido calorique élevé (nombre de grammes de protéines par mégacalorie (1000 kcal) d’EM d’aliment). A partir de 7 ans, ils peuvent devenir moins actifs, dormir plus souvent, une alimentation moins calorique se justifie alors.

À partir de 12 ans, des problèmes peuvent apparaître au niveau de leurs reins, nécessitant de diminuer l’apport en protéines et certains nutriments, notamment le sodium et le phosphore. Le chat d’âge mature devra aussi bénéficier d’une alimentation un peu plus dotée en acides aminés afin de préserver sa masse musculaire. Selon les pathologies rencontrées par le chat sénior (problèmes rénaux, diabète…), certaines croquettes spécifiques peuvent être utilisées : par exemple, un chat souffrant de constipation pourra être nourri avec des croquettes riches en fibres.

 

4. Chat: ne changez pas brutalement son alimentation

Pour éviter tout trouble digestif lorsque vous changez l’alimentation de votre chat, ménagez une transition sur 7 ou 8 jours en ajoutant progressivement des portions de la nouvelle alimentation.

5. Veillez à sa bonne hydratation

Pensez toujours à proposer une gamelle d’eau fraîche renouvelée chaque jour. Si votre chat est du genre « capricieux » et préfère boire l’eau du robinet, optez pour une fontaine à eau. En ce qui concerne les chats plus âgés, il est possible de leur donner de l’eau en bouteille pour limiter les problèmes urinaires, l’eau de notre région étant fortement pourvue en calcaire. Il doit s’agir d’eaux très faiblement minéralisées, du même type que celles que l’on recommande pour hydrater les bébés.

 

6. Vérifiez la température de la pâtée 

Si votre chat a droit à sa pâtée grand luxe tous les soirs, et que vous avez conservé au frigo un demi sachet de la veille, sortez-le 10 à 15 minutes avant de le servir à votre matou pour éviter tout risque d’intolérance digestive. Et l’inverse est vrai aussi : ne lui donnez pas de nourriture trop chaude.

 

7. Bannissez les aliments dangereux pour le nourrir

S’il est tout à fait possible de donner à votre félin préféré un petit bout de viande en guise de récompense, ne lui offrez pas pour autant vos restes. De nombreux aliments sont toxiques pour les chats comme l’ail, l’échalote, l’oignon, les pâtes crues, le raisin, le poireau, l’avocat ou le chocolat. Le thon en boîte n’est pas non plus une bonne idée : trop gras et trop salé, il est mauvais pour plusieurs de ses organes (cœur, vessie, reins). Enfin, le lait de vache n’est pas digéré par le chat adulte ! Et si vous recueillez un petit chaton, optez pour un lait maternisé spécifique.

 

Retrouvez la liste des médecins-vétérinaires de votre ville sur www.conseil-national.medecin.fr.

À SAVOIR

Un chat en bonne santé mange et boit régulièrement. Si vous constatez une baisse d’appétit, même modérée, mieux vaut consulter un vétérinaire car cela peut cacher une maladie grave (pancréatite, lipidose hépatique etc.). Plus vous intervenez tôt, plus votre félin aura de chances de guérir. Alors n’attendez pas !

2 Commentaires

  1. Assez fortement en désaccord avec cet article. La patée est à privilégier absolument face aux croquettes !

    Les croquettes sont trop sèches, ultra-transformées et souvent très fortement composées en glucides (40 à 50% chez les marques de supermarché)…

    La patée permet au chat de lui fournir un bonne hydratation, de meilleurs ingrédients (moins transformés et moins de glucides) et fournit plus rapidement une sensation de satiété. Moins de risques de diabète, obésité et calculs urinaires donc….

    Si par contre on conseille des croquettes, alors au moins en conseiller qui sont sans céréales et avec un fort taux de viandes pour donner taux de protéines supérieur à 50% ! Surtout pas les croquettes vendues en cabinets vétérinaires, elles sont pleines de céréales et très peu en viandes. Tiens, l’article a d’ailleurs été écrit en collaboration avec un vétérinaire :/

    Sur la ration ménagère, pourquoi conseiller l’ajout de riz ou d’autres glucides, alors que ces derniers ne doivent pas entrer dans le régime alimentaire du chat??

    Bref, cet article a surement été écrit avec plein de bonne volonté, mais demeure très contestable.

  2. Je pense pour ma part que la patée est meilleure pour les chats. Elle leur procure une meilleure hydratation et une meilleure satiété. Ca permet de lutter contre les calcul rénaux et l’obésité…Voir les écrit du docteur vétérinaire Pacal Corlay, qui est un spécialiste des félins. J’ai tendance à le croire, c’est du bon sens!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here