une mycose peut entraîner des démangeaisons, comme des blancheurs ou rougeurs sur la peau
Une mycose cutanée peut aussi provoquer des blancheurs sur la peau. ©Freepik

Inflammation de la peau engendrée par la multiplication de champignons microscopiques, la mycose peut se présenter sous plusieurs formes. Si les femmes sont directement concernées par les mycoses vaginales, les hommes aussi peuvent être touchés, qu’il s’agisse de mycoses cutanées ou buccales. Elles sont généralement bénignes, et leurs symptômes se ressemblent. Le point sur cette infection particulièrement contagieuse, qu’il faut savoir identifier rapidement pour la traiter avec plus d’efficacité.

Affection dermatologique provoquée par des champignons, une mycose est une infection très fréquente. Celle-ci est engendrée par la multiplication de micro-champignons, les Candida Albicans ou les Candida Glabrata, dans diverses parties du corps. Elle n’est pas dangereuse, à condition qu’elle soit prise en charge et traitée adéquatement.

Les mycoses sont généralement assez contagieuses. Les champignons responsables de l’infection peuvent facilement se transmettre dans des lieux de proximité comme les piscines ou douches collectives.

Il existe plusieurs types de mycose et leurs symptômes se différencient. Certaines d’entre elles peuvent entrainer des pellicules. Les démangeaisons, elles, sont toutefois communes à l’ensemble des mycoses.

Quels sont les différents types de mycoses ?

Seule la mycose buccale n’est pas contagieuse. Cette forme est identifiable grâce à une sensation de sécheresse buccale et à un blanchissement de la bouche. Elle peut aussi s’accompagner de maux de gorge. Attention à ne pas la confondre avec un herpès labial (un bouton de fièvre près de la bouche).

La mycose vaginale est la forme la plus fréquente chez les femmes, 75% en ont déjà souffert. Celle-ci se caractérise par des pertes vaginales blanches et épaisses ainsi que par des démangeaisons plus qu’inconfortables. Une mycose vaginale, appelée aussi candidose vaginale, est provoquée par une inflammation de la vulve et du vagin, à la suite d’une infection par les champignons Candida Albicans. Celle-ci peut s’expliquer par plusieurs facteurs comme un diabète, une grossesse, la prise de pilule contraceptive, d’antibiotiques ou encore la chaleur. La mycose vaginale apparaît le plus souvent en été, en raison des fortes températures et du port du maillot de bain qui peut s’avérer humide. Elle peut aussi se transmettre à un homme par le biais d’actes sexuels.

Dans sa globalité, une mycose cutanée s’identifie par une infection superficielle de la peau, provoquée par des champignons microscopiques (appelés aussi dermatophytes). Elle entraîne des démangeaisons, des plaques rouges et parfois des fissures sur les pieds. Certains facteurs peuvent faciliter son apparition : une chaleur humide, un surpoids, une grossesse, un sport de contact, le port d’une couche chez les nourrissons, etc. Cette forme de mycose en regroupe d’autres. Il y a le « pied d’athlète » (mycose du pied), « l’onychomycose » (la mycose des ongles), les « teignes » (mycose du cuir chevelu), les mycoses des mains et l’« intertrigo mycosique » (mycoses des plis de la peau).

Peut-on prévenir une mycose ?

Il existe divers moyens d’empêcher l’arrivée d’une mycose, quelque soit la zone infectée.

Éviter de se déplacer nu-pieds dans des lieux publics comme les salles de sports ou piscines municipales, privilégiez l’utilisation de savon au pH neutre (sans acide), entretenir une bonne hygiène buccale (lavage de dents régulier, bains de bouche, etc.) sont autant de moyens de limiter l’infection.

Il est aussi conseillé de bien se sécher, sans omettre aucune partie du corps, à la sortie de la douche pour ne laisser aucune trace d’humidité. Un lavage intime excessif est également à proscrire.

À SAVOIR

Pour guérir d’une mycose, un médecin peut recommander un traitement médicamenteux, à base d’antifongiques. Cependant, ils seront prescrits sous différentes formes selon les zones atteintes par l’infection. Il est aussi possible de s’automédiquer, mais sous conseil d’un pharmacien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here