La méditation de pleine conscience suscite un intérêt croissant des Français.
La méditation de pleine conscience implique le fait d’être concentré sur le moment présent et les émotions ressenties, sans prêter attention à l’environnement. ©Freepik

La méditation de pleine conscience est une thérapie douce axée sur les sensations et le moment présent. Cet état psychologique, qui nécessite une certaine concentration, peut être pratiqué à l’occasion de séances de plusieurs heures comme de quelques minutes. Ses bénéfices font de plus en plus d’émules : la méditation de pleine conscience est un allié anti-stress qui favorise le bien-être et contribue à améliorer sa qualité de vie. Explications.

La méditation de pleine conscience est aussi connue sous le nom anglais « Mindfulness », ou encore sous l’appellation de « présence attentive ». Elle tire ses origines des enseignements bouddhistes. La pratique se développe ces dernières années en France dans de nombreux domaines (santé, éducation, travail social, etc.).

De quoi parle-t-on ?

Cette pratique a suscité l’intérêt d’un grand nombre de chercheurs en raison des avancées faites dans les domaines de l’imagerie cérébrale et des neurosciences. La méditation en pleine conscience est en effet apparue à la suite d’interrogations soulevées par les potentiels effets positifs de la « simple » méditation. Autant sur le plan psychique que physiologique.

Essentiellement utilisée en psychologie ainsi qu’en psychiatrie, la méditation de pleine conscience est ainsi considérée par certains comme une opportunité de mieux se connaître. Elle a pour objectif de prendre conscience du fonctionnement de son corps et de ses émotions. Le but ultime étant d’être en contact avec le moment présent.

Les points essentiels d’une séance de méditation de pleine conscience

Les séances se pratiquent généralement assis, dos bien droit. Les positions peuvent toutefois varier. Les adeptes peuvent ainsi méditer en étant allongés, ou debout. Le fait de se concentrer sur sa respiration est essentielle. Cela permet au débutant de rester attentif pendant au moins quelques minutes.

La respiration d’une séance de méditation de pleine conscience est la même qu’au yoga. C’est-à-dire une respiration purement nasale. Inspirer et expirer l’air par le nez uniquement permettrait de se connecter avec soi plus facilement. La durée d’une séance moyenne étant de deux heures, il est important de mettre l’accent sur la persévérance. Il est en effet possible de ressentir des douleurs corporelles, des picotements dans les membres… ou tout simplement de trouver le temps long !

Quels objectifs ? 

Lors de la méditation de pleine conscience, le but n’est pas de réfléchir, mais de se concentrer sur ce que l’on ressent au moment présent. L’attention doit donc être portée sur ses émotions, ses sensations pendant la séance. Sans porter de jugements à l’expérience vécue. Le ruminement mental comme on l’appelle, serait en effet nocif pour la santé mentale. C’est pourquoi il est nécessaire de mettre de côté toutes ses pensées et de se concentrer simplement sur son ressenti, lors de la pratique. Cette focalisation sur la respiration et les sensations favoriserait la stabilité de l’expérience et la détente du corps. Cela permettrait également de faciliter le lâcher prise ainsi que l’équilibre émotionnel.

Quels sont les bienfaits de la méditation de pleine conscience ?

Un faisceau d’études, réalisées principalement en Amérique du Nord, mettent en lumière les bienfaits de la méditation de pleine conscience.

Celle-ci aurait des effets positifs sur l’anxiété, le stress ainsi que la gestion des émotions face à une situation difficile dans la vie quotidienne. Il serait également possible d’acquérir un état de calme intérieur après une pratique régulière. C’est-à-dire d’être plus serein et d’avantage en cohérence avec soi-même dans la prise de décisions.

Certains chercheurs auraient aussi démontré que cette méditation permettrait un meilleur fonctionnement du cerveau. Une hormone facilitant la concentration, la noradrénaline, serait plus facilement sécrétée lors des séances. Selon des études réalisées au sein d’hôpitaux, cette dernière soulagerait aussi certaines douleurs. Au même titre qu’elle aiderait des victimes de stress post-traumatique à faire face à leurs troubles. La méditation développerait également de la bienveillance ainsi que de la compassion chez certains.

À noter que l’intensité des bienfaits varie d’une personne à une autre, et peuvent autant concerner des patients que des individus en bonne santé.

À SAVOIR

La méditation de pleine conscience nécessite toutefois une certaine stabilité psychologique. Une personne souffrant de fortes dépressions ne peut en effet pas la pratiquer car elle risque d’en ressortir encore plus affaiblie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here