Pourquoi tester la méditation ?

0
167
La pratique méditative requière un goût pour le silence, la nature, le contact avec soi-même ©DR

Dans les médias, méditer est presque devenu une injonction pour prétendre à une vie équilibrée. Mais la méditation convient-elle vraiment à tous les profils ? Pas si sûr ! Les explications avec la relaxothérapeute Helen Monnet.

La méditation est devenue une vraie mode : pour vous, est-ce une bonne chose ?

Oui et non.. Oui car si c’est à la mode, c’est que quelque part, cela correspond à un besoin dans notre société. La méditation n’est certes pas toujours très accessible à tous, mais elle l’est au moins d’un point de vue financier. C’est un vrai contre-pouvoir qui permet une meilleure appréciation de sa propre liberté. Quand on est très conditionné par les médias, internet ou même notre entourage qui peut être stressant, la méditation fait œuvre de salubrité personnelle et publique.
Et non car si l’on considère que pour être branché et bien vu, il faut méditer, qu’il s’agit du nouveau diktat médiatique, là on a tout faux.

Méditation, la difficulté d’être face à soi-même

Est-ce que la méditation est adaptée à tous les profils ?

Helen Monnet, adepte de la méditation
La relaxothérapeute Helen Monnet, auteure de plus ouvrages sur la méditation ©DR

Non. Certains styles de vie ne permettent pas forcément la pratique de la méditation ou, du moins, ils la rendent difficile. C’est le cas d’une personne en permanence en déplacement pour son travail, et qui se retrouve dans une chambre d’hôtel tous les soirs. Pour méditer, il faut un minimum de repères physiques. Il faut se fixer un petit rituel :  avoir un coussin, une jolie bougie, un endroit bien insonorisé où il n’y a pas d’animal domestique qui passe, de conjoint ou d’enfant.  Les personnes aux vies très actives doivent donc avoir une très forte motivation pour intégrer la méditation dans leur vie. Je leur conseille de débuter dans un cadre comme un stage ou entourées d’autres personnes dans un groupe.
Outre ces profils, il y a aussi des personnes qui ont beaucoup de mal à se concentrer ou à rester immobiles. Ces dernières ont souvent un taux élevé de noradrénaline et d’acétyl coline (deux hormones majeures du sous-système orthosympathique liées à l’accélération et la vigilance du système nerveux central). Ces personnes ont souvent du mal à se relaxer, tout comme les hyperactifs qui souffrent d’un déséquilibre hormonal. Clairement, cette incapacité n’est donc pas que mentale, elle est aussi physiologique. Ces personnes peuvent y arriver mais elles doivent faire des séances courtes et répétées de 5 minutes 3 fois par jour. Ce n’est pas évident car on acquiert une aisance méditative lorsque l’on arrive à méditer de plus en plus longtemps. Je conseille à mes stagiaires de passer de 5 à 20 minutes. Mais attention, il s’agit d’un temps plein, uniquement dédié à la méditation.
Aussi, certaines personnes ont une incapacité au niveau psychique. Il ne s’agit pas que de gens qui ont une psychopathologie répertoriée comme les schizophrènes. Il a aussi les personnes qui souffrent d’un déficit de concentration, parce que par exemple, elles ruminent en permanence. En revanche, chez les personnes dépressives, les résultats sont très aléatoires. Certains sujets n’y sont pas sensibles quand d’autres y trouvent une vraie ressource. Dans le burn-out par exemple, la méditation peut être pratiquée en groupe avec un médecin, et faire partie du traitement.
Enfin, certaines personnes ont du mal avec la méditation car elles ne supportent pas la solitude, le contact avec la nature, elles craignent d’être face à elles-mêmes, sont très anxieuses. Après, je ne dis pas qu’elles sont incapables de méditer, mais il leur faudra de bonnes conditions. Elles auront souvent du mal à s’y mettre seules.

Méditer, c’est retrouver son petit monde intérieur

Quels sont à l’inverse les profils les plus susceptibles d’être réceptifs à la méditation ?

Les personnes qui sont plutôt introverties sont souvent plus réceptives. Attention, quand je parle d’introverti, je ne parle pas d’une personne timide qui serait l’inverse d’une personne extravertie et bavarde. C’est avant tout une histoire de gestion d’énergie psychique. Quand il est fatigué, l’extraverti a besoin des autres pour se ressourcer. A l’inverse, l’introverti a besoin d’être en retrait, de retrouver son petit monde intérieur.
Aussi, les personnes qui ont une aptitude à rester immobiles de par leur métier ou leur pratique sportive (judo, yoga, tai chi, Qi Qong..) arrivent plus facilement à méditer, tout comme les individus qui font de la calligraphie, de l’écriture poétique, et les gens qui aiment goûter au calme de la nature, toucher les arbres, être en forêt, jardiner…

Patience et autobienveillance

Si la première fois que l’on médite, on peine à se détendre, faut-il quand même persister ?

Il existe deux qualités essentielles pour bien méditer : la patience et l’autobienveillance. Si vous ne pratiquez pas au minimum pendant 3 semaines à raison de 10 minutes par jour, vous ne verrez pas d’effets bénéfiques (calme intérieur, capacité à prendre du recul et à se sentir mieux avec soi-même et avec les autres). Ces bienfaits sont là mais sauf si vous êtes extrêmement doué, vous ne les verrez pas avant 3 semaines. Il faut donc être un peu patient.
L’autobienveillance est également importante : c’est tout à fait normal de ne pas ressentir tous les effets de la méditation du premier coup. Pour bien méditer, il ne faut pas passer son temps à se juger et à se culpabiliser car on a des pensées parasites.  Le plus important, c’est de ne pas être distrait tout le temps et d’être capable de revenir dans le moment présent grâce à la technique méditative. Chaque fois que l’on arrive à sortir de ses pensées, il faut se féliciter d’avoir eu la vigilance nécessaire.

A SAVOIR

Fondatrice de Selfarmonia, Helen Monnet organise un stage d’initiation à la méditation du 25 au 28 août 2016 dans la Drôme. Elle est aussi auteur de l’ouvrage : “Les 50 règles d’or pour s’initier à la méditation” paru aux printemps 2016 aux éditions Les mini Larousse.

Chargement des commentaires facebook ...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here