un homme victime de malaise vagal
Un malaise vagal peut subvenir à n’importe quel moment de la journée. ©Freepik

Syncope, malaise lipothymique ou malaise sans perte de connaissances, le malaise vagal peut revêtir plusieurs formes. Habituellement bénigne, cette syncope soudaine est souvent liée à une chaleur excessive couplé à un effort brutal et soudain. Une bonne hydratation et l’application de réflexes simples permet généralement de prévenir le risque. Explications.

Sensations de picotement aux extrémités du corps (pieds et mains), flageolement des jambes, acouphènes, maux de tête, … autant de signes avant-coureurs d’un malaise vagal. Ce dernier ne dure en général que quelques secondes. Il toucherait plus fréquemment les femmes, bien que les hommes puissent aussi en être victimes ; les personnes atteintes de diabète, en raison d’une hypoglycémie ou encore les épileptiques.

Le malaise vagal se manifeste traditionnellement à la suite d’une diminution de la tension artérielle, souvent en raison de fortes chaleurs et d’une déshydratation. Cette chute de tension est directement liée à une stimulation excessive du nerf vague (d’où le nom  »vagal »). Ce nerf crânien allant du cerveau à l’abdomen en passant par le cœur assure entre autres fonctions primordiales, une bonne régulation du rythme cardiaque. Lorsque le nerf vague est trop intensément stimulé, le flux sanguin envoyé dans les vaisseaux par le cœur diminue. Le cerveau est alors moins oxygéné, ce qui entraîne une chute brutale de la tension artérielle chute brutalement. Et donc le malaise vagal.

Les différents types de malaise vagal

Si un malaise vagal peut être impressionnant, il est toutefois généralement bénin et passe naturellement.

Il peut revêtir trois formes. La première se traduit par un malaise sans perte de connaissance. Des difficultés respiratoires, des vertiges, des palpitations et autres se font ressentir, mais aucun évanouissement ne se produit.

La deuxième s’identifie à l’aide de l’apparition d’un voile noir devant les yeux, d’un déséquilibre des jambes ainsi qu’une sensation de perte de connaissance. La victime de ce malaise dit lipothymique garde toutefois ses esprits et ne perd pas forcément connaissance.

La dernière forme du malaise vagal est plus communément connue sous le nom de syncope. Dans ce cas précis, les symptômes du malaise s’accompagnent d’une perte de connaissance.

Quels sont les causes du malaise vagal ?

Plusieurs facteurs peuvent provoquer une chute de la tension artérielle (considérée comme basse lorsqu’elle est proche de 10) et donc engendrer un malaise vagal, quelle que soit sa forme. La première cause de cette chute de tension étant généralement une déshydratation en période de forte chaleur. Rien d’anormal, donc à ce que le malaise vagal survienne fréquemment à la suite d’un effort intense ou d’une activité physique et/ou sportive.

Certains facteurs comme les troubles du sommeil, les règles abondantes ou encore une fatigue importante rendent plus vulnérables face aux risques de malaise vagal.

Comment le prévenir ?

En période de fortes chaleur, moments où les malaises vagaux sont les plus fréquents, il est conseillé de mettre l’accent sur une bonne hydratation. Boire avant, pendant et après un effort physique, intense ou non, permet de réduire les risques.

Il est aussi important de maintenir une hygiène de vie correcte tout au long de l’année (alimentation équilibrée, activité physique et sportive régulière, …). Il peut également être important de prendre de la vitamine C ou du magnésium afin de renforcer son organisme.

Comment réagir en cas de malaise vagal ?

Il est conseillé d’adopter quelques réflexes simples en cas de signes avant-coureurs d’un malaise vagal. La contraction des muscles corporels favorise les flux sanguins et permet la remontée du sang vers la tête. Il est donc recommandé de contracter ses abdos, ses bras ou ses jambes pour oxygéner son cerveau et éviter un malaise vagal. Compresser une balle de sa main dominante peut aussi se révéler utile.

Lorsque le malaise vagal est là, le mieux à faire est de s’allonger (avec ou sans aide), surélever les jambes et attendre qu’il passe de lui-même. Si les symptômes persistent, il est en revanche indispensable de consulter son médecin.

Malaise vagal : les complications éventuelles

Un malaise vagal, avec ou sans perte de connaissance, peut avoir des conséquences physiques. À commencer par celles engendrées par une chute éventuelle, avec à la clé contusions, fractures ou plaies.

Les répercussions peuvent aussi être d’ordre psychologique. En effet, la répétition des malaises peut générer une forme de stress. Notamment au moment de prendre le volant, ou de traverser une route, par peur que le malaise ne survienne à cet instant précis.

Généralement bénin, un malaise vagal révèle parfois un problème de santé sous-jacent. Il peut ainsi être le symptôme de maladies cardio-vasculaires. Des examens doivent donc être réalisés dans le cas où les malaises feraient surface sans raisons apparentes.

À NOTER

Il ne faut pas confondre le malaise vagal avec l’ arrêt cardiaque, qui se caractérise par l’arrêt soudain des battements du coeur. Ce dernier nécessite une réanimation pour faire repartir l’appareil cardio-vasculaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here