Maladies de l'hiver et Covid-19 : les bons réflexes
Le besoin de vigilance, en cette période épidémique, redouble durant les mois de l'hiver, favorables aux infections, déprimes et autres contrariétés que le Covid-19 peut amplifier. ©Adobestock

Déjà propice aux infections, déprimes et autres intoxications domestiques, la saison des grands froids s’est ouverte cette année en pleine épidémie de coronavirus. Angoisses, isolement lié au confinement, peur de l’hôpital… Au-delà du virus lui-même, les conséquences de l’épidémie forment un cocktail particulièrement compatible avec les maladies traditionnelles de l’hiver. Soyez vigilant, et faites les bons gestes, comme le rappelle l’Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes.

L’hiver et ses contrariétés débute cette année sous le signe persistant du Covid-19. L’épidémie recule, mais est loin d’être terminée, d’autant que la période des grands froids renforce sa virulence. Le coronavirus n’est toutefois pas le seul danger auquel il faut veiller cet hiver, comme le rappelle le Dr Anne-Marie Durand, directrice de la santé publique à l’Agence Régionale de Santé. « Les gestes barrières sont essentiels pour se protéger du Covid-19. Mais bien les respecter permet aussi de se prémunir des autres pathologies de l’hiver. Protégez-vous aussi contre les autres virus ! »

 

Maladies chroniques : respectez votre suivi médical

L’hiver n’est pas tendre avec certaines pathologies de longue durée. À commencer par les maladies respiratoires (asthme, BPCO*, bronchiolite, bronchite…) et cardio-vasculaires (insuffisance cardiaque, hypertension, diabète…). Toutes ces affections sont susceptibles d’accentuer fortement le niveau de gravité de l’infection au Covid-19.

*Bronchopneumopathie chronique obstrutive

Le conseil : n’ayez pas peur de vous rendre chez votre médecin ou à l’hôpital pour votre suivi médical, visites de contrôle, en centre de dépistage ou de vaccination, en pharmacie pour vos traitements médicamenteux. Surtout, ne vous coupez pas de la chaîne du soin !

 

Virus de l’hiver : pensez aux gestes barrières anti-Covid

Le froid et l’humidité affaiblissent le corps et le rendent moins résistant aux maladies classiques de l’hiver : rhume, gastro, grippe, pneumonie, bronchiolite… Le Covid-19 s’attaque aux plus fragiles. Mieux vaut donc éviter de tomber malade, même d’une pathologie dont on sait aujourd’hui se remettre facilement.

Le conseil : mettez à jour votre carnet de vaccination et respectez strictement les gestes barrières élémentaires (port du masque, lavage des mains, mouchoir à usage unique, éternuement dans le coude), y compris dans le cadre familial.

 

Grippe saisonnière : faites-vous vacciner !

L’épidémie de grippe provoque chaque hiver de 8 à 10 000 décès en France. On saura au printemps si les mesures de lutte contre le Covid-19 ont limité l’ampleur de l’épidémie de grippe. En attendant, l’effet de cumul des deux virus (grippe et coronavirus) peut s’avérer dramatique. Notamment pour les publics fragiles (personnes âgées, personnes souffrant d’une maladie chronique, d’un cancer…)

Le conseil : le vaccin antigrippal est le meilleur moyen de se protéger et de protéger les autres. Publics visés en priorité ? Les populations fragiles et les professionnels de santé.

 

Confinement en lieux clos : aérez !

Les effets de l’humidité, d’une mauvaise isolation et d’une ventilation limitée favorisent la concentration du virus dans les lieux clos. Là où nous passons la majeure partie de nos hivers. L’air intérieur n’est pas sain, et 90% des contaminations au Covid-19 sont relevées en lieu clos.

Le conseil : aérez régulièrement toutes vos pièces pour en chasser les virus qui y prolifèrent, au moins 10 minutes trois fois par jour. Vérifiez également vos chauffages d’appoint pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone.

 

Covid-19 et hiver : soignez votre bien-être mental

L’anxiété liée à l’épidémie de Covid-19 et l’impact du confinement (isolement, baisse des relations sociales) s’ajoutent cette année à la morosité qui s’installe traditionnellement durant les mois de l’hiver, aux jours plus courts et moins ensoleillés. D’où un risque accru de troubles dépressifs, d’aggravation de troubles psychiatriques et comportementaux (TOC, autisme, bipolarité…) et de hausse des addictions (tabac, drogues, alcool…)

Le conseil : sortez, même en période de confinement, et profitez des plages d’activité physique autorisées. Tout simplement, passez du temps à la fenêtre.

 

Addictions : faites-vous aider !

L’isolement, l’ennui et l’angoisse générés par le confinement entraînent une consommation plus élevée chez les personnes dépendantes, notamment en ce qui concerne l’alcool et les drogues. La période est aussi favorable au développement d’addictions nouvelles, chez des personnes qui potentiellement n’en avaient pas, ou plus.

Le conseil : même en période de confinement, faites-vous aider. Les Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) délivrent informations et aide personnalisée (trouvez un CAPSA près de chez vous).

 

À SAVOIR

L’Agence Régionale de Santé met régulièrement à jour sur son site web les données épidémiologiques liées à la crise sanitaire. L’organisme y compile également les recommandations en vigueur, les différentes mesures et les conduites à tenir en cas d’infection.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here