Grippe lyon philippe Vanhems
Le Pr Philippe Vanhems, expert à Lyon des maladies virales, s'inquiète d'une possible épidémie sévère de grippe cet hiver ©P.Auclair

La campagne de vaccination contre la grippe a débuté avec quelques jours d’avance pour les personnes âgées et les plus fragiles. Pourquoi ce vaccin est-il cette année si important ? Quelles sont les populations à risques ? Les explications du Pr Philippe Vanhems, responsable de l’unité d’hygiène, épidémiologie et prévention aux Hospices Civils de Lyon et responsable d’équipe de recherche en épidémiologie et santé publique au Centre International de Recherche en Infectiologie (CIRI).

La campagne de vaccination contre la grippe a été avancée de quelques jours en France. Une nécessité pour les autorités sanitaires qui s’inquiètent d’une épidémie galopante, les mesures anti-Covid ayant réduit nos défenses immunitaires. Interview d’un expert lyonnais en épidémiologie des maladies infectieuses.

 

Pourquoi faut-il plus que jamais se faire vacciner cette année contre la grippe ?

Parce qu’il est important de protéger les personnes fragiles, afin de les prémunir d’une forme grave, d’une hospitalisation voire d’un risque de décès. Les menaces de complications respiratoires et cardiovasculaires demeurent importantes. Ainsi, une infection grippale augmente jusqu’à 10 fois le risque de crise cardiaque dans les sept jours suivants l’infection, et jusqu’à 28 jours le risque d’AVC dans les 28 jours suivant cette infection. Le problème, c’est que le virus a très peu circulé l’an dernier en raison des confinements et des mesures barrières. Résultat, on se retrouve cet automne avec une immunité vaccinale résiduelle très faible.

 

Epidémie grippale 2021/2022, un œil sur l’hémisphère sud

N’est-ce pas paradoxal d’être victime aujourd’hui d’une surprotection consécutive à la Covid-19 ?

Non, c’est dans la logique des choses. Les gestes barrières ont réduit l’incidence du virus de la grippe mais aussi d’autres maladies de l’appareil respiratoire, voire des rotavirus à l’origine des épidémies de gastro-entérites. Il faut donc revenir aux fondamentaux, en l’occurrence la protection vaccinale en priorité. Sans oublier, lorsque cela est possible, les mesures de protection individuelles.

 

Les gestes barrières ont-ils rendu le virus de la grippe plus agressif ?

C’est trop tôt pour le savoir. Le caractère pathogène du virus dépend entre autre des souches virales et de la fragilité des patients. Pour avoir une idée précise de sa nocivité et de sa contagiosité, il s’agira d’étudier comment le virus réagit dans l’hémisphère Sud ainsi que la sévérité des cas, sachant qu’il y a toujours un décalage entre les deux hémisphères.

 

Grippe ou Covid, les symptômes à surveiller

Peut-on sans risque se faire vacciner le même jour contre la grippe et la Covid-19 ?

Oui. La Haute Autorité de Santé (HAS) a donné son feu vert pour réaliser les deux vaccinations le même jour mais sur les deux bras. C’est la première fois que cette pratique est autorisée. Les risques d’effets secondaires synergiques sont minimes.

 

Comment faire la différence entre une grippe et une contamination Covid ?

C’est très compliqué car la symptomatologie, les signes cliniques, sont très proches entre la grippe et la Covid. Ce sont deux virus qui ont un tropisme pour l’appareil respiratoire avec fièvre, toux, essoufflement, et d’autres signes associés comme des douleurs articulaires ou de la fatigue. Ce qui permet de différencier, c’est surtout la perte du goût (agueusie) et/ou de l’odorat (anosmie), troubles assez symptomatiques du virus SARS-Cov2.

 

Une prise en charge à 100% pour les personnes à risques

Quelles sont les populations les plus à risques ?

Les personnes âgées de plus de 65 ans, ainsi que les moins de 65 ans souffrant de maladies chroniques sévères. Toutes ont déjà dû recevoir un courrier de l’Assurance Maladie les invitant à se faire vacciner contre la grippe avec un bon de prise en charge. Le remboursement à 100% du vaccin est aussi prévu pour les personnes souffrant d’obésité ou d’une altération des défenses immunitaires, les femmes enceintes et l’entourage des nourrissons à risque de grippe grave.

 

Où peut-on se faire vacciner ?

Chez son médecin, dans les pharmacies ou dans son environnement professionnel. Les infirmiers peuvent aussi vacciner sur prescription médicale.

 

 

À SAVOIR

Le professeur Philippe Vanhems, au même titre qu’une dizaine d’autres personnalités du monde de la santé, a co-signé à la mi-octobre une tribune collective pour « tirer les leçons du Covid-19 ». Dans ce texte, face à la menace d’une violente épidémie de grippe, les signataires militent pour une simplification des parcours et des actions de proximité afin d’améliorer la couverture vaccinale de la population. Les auteurs de cet article avancent deux grandes pistes de réflexion. D’une part,  un « changement organisationnel » favorisant notamment le partage du statut vaccinal des patients avec tous les professionnels de santé. D’autre part, un « changement culturel » pour faire de la vaccination un « engagement citoyen » inculqué dès le plus jeune âge l’école.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here