Le stress peut faire oublier près de 40% des connaissances d’un médecin, d’une infirmière ou d’un anesthésiste en cas d’urgence. L’application mobile MAX (Medical Assistant eXpert), présentée ce jeudi 24 janvier à Lyon, a pour but d’éviter la perte de ces “biais cognitifs”. Il fallait y penser…

Présentée aujourd’hui à Lyon, MAX (Medical Assistant Expert) by MEDAE est une application mobile pour venir en aide au personnel hospitalier. A l’origine de cette innovation, Jean-Christophe Cejka, médecin anesthésiste-réanimateur aux Hospices Civils de Lyon et formateur en simulation médicale, soutenu par l’incubateur PULSALYS.

Concrètement, cette application cherche à améliorer les conditions de prise en charge médicale, le travail d’équipe des soignants et, surtout, veut réduire les erreurs médicales. Un triple objectif rendu possible grâce aux informations, disponibles dans l’application. Elle permet une analyse et une amélioration des procédures à l’hôpital et notamment dans le bloc opératoire.

« La prise en charge inadéquate en situation d’urgence médicale est une cause d’accidentologie importante », explique le médecin anesthésiste-réanimateur.« Plusieurs milliers des cas seraient évitables, chaque année à l’hôpital. Cela représenterait, d’après une étude de l’Organisation Mondiale de la Santé en 2015, une économie potentielle de 200 millions d’euros par an pour la société », déclare-t-il.

MAX, une économie potentielle de 200 millions d’euros par an

MAX, une application pour le personnel soignant
L’application MAX a été conçu pour limiter les risques d’erreur médicale ©DR

L’application Medical Assistant eXpert by MEDAE a été expérimentée auprès des étudiants en médecine lyonnais en situation médicale d’urgence. Leurs remarques ont permis d’améliorer progressivement le contenu de l’application. Jean-Christophe Cejka affirme que son invention « réduit 60% des erreurs et des oublis lorsque l’on compare à une gestion de la crise sans aide cognitive ».

Pour l’instant, MAX est réservé aux professionnels de la santé et aux militaires. « Cela dit, à terme, l’objectif est de viser toutes les professions pouvant entraîner des erreurs humaines », détaille le formateur en simulation médicale.

Une étude, réalisée par la même application, a été menée sur les arrêts cardiaque, où les performances techniques et non techniques de l’équipes ont été évaluées.

Et près de 70% des erreurs ont été diminuées grâce à l’utilisation de Medical Assistant eXpert by MEDAE. L’intoxication aux anesthésiques locaux est un autre cas de figure où l’application a été testée avec succès.

 

A SAVOIR

En situation d’urgence et de stress, chacun d’entre nous peut oublier jusqu’à 40% des données pourtant importantes. En cause, les « biais cognitifs », mécanismes cérébraux naturels qui provoquent la déviation de la pensée logique et rationnelle.

Chargement des commentaires facebook ...

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here