Antioxydants alliés de notre assiette !
Les fruits colorés sont réputés pour leur teneur en antioxydants. ©Pexels

Désormais entrés dans le langage courant, les antioxydants sont réputés pour freiner le vieillissement cellulaire et aider à prévenir de nombreuses maladies comme le cancer, les maladies cardiovasculaires ou encore celles dégénératives. On les retrouve notamment dans les fruits et légumes dits colorés. Preuve de son engouement, ce terme s’affiche aussi bien dans le domaine de la cosmétique que celui de l’agroalimentaire. Les explications de Chiara Denis, consultante Ma Santé en naturopathie et praticienne à Lyon.

À en croire leurs bienfaits, les antioxydants peuvent être décrits comme la pilule miracle de notre siècle. Et pour cause, de nombreux facteurs comme le stress, la pollution ou encore une alimentation ultra-transformée participent à un vieillissement prématuré de notre organisme.

Découvrons ensemble comment ils agissent, leurs bienfaits ainsi que les meilleures sources pour les consommer.

 

Les antioxydants vs les radicaux libres

Les antioxydants sont des molécules naturelles qui ont pour rôle de neutraliser des particules agressives pour notre corps nommés les radicaux libres.  Ces derniers sont naturellement présents chez tout individu sain pour nous aider à lutter contre des virus ou des bactéries pathogènes. Dès lors que l’on respire et que notre organisme est soumis à de l’oxygène, on produit des radicaux libres. Imaginez une carrosserie qui rouille en présence d’oxygène… Notre corps agit de la même façon.

En revanche, l’excès de radicaux libres est néfaste pour la santé. De multiples facteurs comme la surexposition au soleil (UV), le tabac, le stress, la pollution, l’alimentation pauvre en vitamines et minéraux, les pesticides, ou encore l’avancée dans l’âge participent à ce surplus. Ce stress oxydatif est à l’origine de diverses pathologies chroniques comme le cancer, le diabète ou encore la maladie d’Alzheimer.

 

Comment notre organisme se protège-t-il face aux radicaux libres ?

Dès lors que les radicaux libres sont plus nombreux que la production d’antioxydants, on parle alors de stress oxydatif.  Pour combattre ce déséquilibre, notre corps redouble d’ingéniosité. En interne, il fait appel à un redoutable système de défense (Glutathion, SOD, COQ10), mais aussi grâce à des antioxydants externes présents dans l’alimentation. Les plus connus sont les vitamines C et E, les polyphénols, les caroténoïdes et certains oligo-éléments (zinc, sélénium).

 

Les antioxydants dans l’alimentation

La règle à retenir est simple : plus l’alimentation est riche en fruits et légumes biologiques colorés, plus vos apports en antioxydant seront optimisés.

Voici un aperçu des aliments champions par catégorie :

  • Fruits : myrtilles, framboises, fraises, canneberges, la tomate (grâce à sa teneur en lycopène), pruneau, raisin, kiwi (vitamine C)
  • Légumes : artichaut, crucifère (choux rouge, choux fleur, brocoli riche en vitamine E), asperge, betterave, patate douce, carotte.
  • Oléagineux : noix, noix de pécan, noix du Brésil, noisette.
  • Épices : Toutes les épices, oignon, ail.
  • Chocolat : poudre de cacao non sucré, chocolat noir.
  • Boisson : vin rouge à consommer avec modération (riche en resvératrol) et thé vert.

Cependant tous les antioxydants ne se valent pas. Ainsi, il est inutile de surconsommer des kiwis et encore moins du chocolat noir pour satisfaire vos apports sans savoir lequel il vous manque.

La clé demeure dans la variété des aliments consommés comme le prône le régime méditerranéen. Par ailleurs, des études ont montré que ce régime riche en vitamines, en minéraux et en antioxydants permet de réduire l’incidence des maladies chroniques et améliore la longévité (études publiées par l’Académie Sahlgrenska de l’Université de Göteborg, en Suède).

 

Dans quel cas se complémenter ?

Avant de se complémenter, le premier réflexe est de consulter votre médecin traitant afin qu’il puisse diagnostiquer certaines carences.

Cependant, certains facteurs peuvent mettre la puce à l’oreille comme la pratique d’un sport intensif, le stress chronique, une surconsommation de tabac et d’alcool, et l’âge avancé.

Également, certains traitements médicamenteux visant à réduire le taux de cholestérol (statines ou levure de riz rouge) peuvent avoir un impact sur la production de CoQ10. Adressez-vous à votre médecin pour qu’il vous accompagne au mieux.

 

Mise en garde face à la complémentation

Atteindre des apports optimaux en antioxydant via notre alimentation semble compromis car il faudrait consommer de très grandes quantités de fruits et de légumes. On peut alors très vite penser à la complémentation que l’on trouve dans le commerce à base de vitamine C, de CoenzymeQ10 ou de Sélénium à des doses très variables. Or notre corps recherche avant tout l’équilibre dans ces apports, et la prise de ces compléments risquent de provoquer l’effet inverse et délétère pour notre organisme.

 

En quoi un naturopathe peut-il aider ?

La naturopathie accompagne la personne sur son hygiène de vie et agit en prévention. Le naturopathe pourra retravailler votre alimentation et vous apporter des solutions efficaces pour vous aider à gérer votre stress et vos émotions. Enfin, il pourra vous aider à réduire vos addictions dont le tabac et l’alcool.

 

Cliquez ici pour retrouver les conseils de Chiara Denis, naturopathe et réflexologue plantaire à Lyon.

 

À SAVOIR

L’indice ORAC est une des méthodes permettant de mesurer le pouvoir antioxydant d’un aliment. Plus ce dernier est élevé et plus sa capacité d’absorption des radicaux libres est efficace. Il faudrait consommer entre 3000 et 5000 unités ORAC par jour pour constater des bénéfices.
Plutôt que de tout calculer, vous pouvez retenir qu’une consommation journalière et variée en fruits et légumes bio vous garantira un bon apport en antioxydant.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here