troubles obsessionnels compulsifs TOC anxiété - Ra Santé
Nettoyages compulsifs, fermetures répétées de portes, rituels... Les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) constituent la quatrième pathologie psychiatrique la plus répandue en France. ©Freepik

Les troubles obsessionnels compulsifs, plus connus sous le sigle “TOC“, empoisonnent le quotidien de plus d’un million de personnes en France, en particulier en cette période de crise sanitaire. Il s’agit même de la 4ème maladie psychiatrique la plus répandue dans notre pays. Parmi les thérapies qui ont fait leur preuve en complément d’un traitement médical, la sophrologie s’impose comme une porte ouverte vers la guérison. Zoom sur cette approche d’un genre nouveau avec Véronique Frieh, sophrologue à Lyon.

Chaque jour, 2 à 3% des Français luttent contre les troubles obsessionnels compulsifs, plus communément appelés TOC. Un chiffre certainement en dessous de la réalité, tant un grand nombre de malades, souvent par déni, ne sont pas référencés ni pris en charge. Dans le top 5 des pathologies psychiatriques les plus répandues en France, elle peut toucher différents domaines (la propreté, la sexualité, la sécurité, l’ordre…). Ces comportements compulsifs entraînent de nombreux problèmes au quotidien (difficultés dans la vie sociale, familiale voire professionnelle, dépression…). Des troubles handicapants qui se déclarent majoritairement avant l’âge de 25 ans, selon l’INSERM.

Si les recherches sont toujours en cours pour améliorer la prise en charge de TOC dits “résistants”, les traitements médicaux varient en fonction du profil du malade (psychothérapies, antidépresseurs…). En complément de ces thérapies, des méthodes différentes et complémentaires telles que la sophrologie et l’EFT (emotional freedom techniques) peuvent aider à agir sur les causes de ces troubles pour tenter de s’en libérer. Les éclaircissements de Véronique Frieh, infirmière, sophrologue et praticienne EFT, à Lyon.

Les TOC, des anxiétés au quotidien

Comment définir les troubles obsessionnels compulsifs ?

Les TOC sont des troubles de l’anxiété. Cette pathologie se manifeste par des pensées et actions obsessionnelles, récurrentes, résultant de peurs, d’angoisses et de phobies faisant imaginer des scénarios catastrophes. Ces troubles se traduisent par la répétition d’un certain nombre d’actions et de gestes incontrôlés, de rituels, dans le but illusoire de se rassurer. Ils sont assez souvent reconnus par la personne souffrant de TOC, comme étant irrationnels et difficiles, voire impossibles à maîtriser, et deviennent, qu’ils soient conscients ou inconscients, une vraie souffrance.

En effet, la répétition de ces comportements compulsifs envoie un signal de danger potentiel au cerveau chaque fois plus important. Ces messages projettent les anticipations anxieuses encore plus graves dans le futur. Ainsi, la personne ressentira de nouveau le besoin impérieux de reproduire les mêmes actes, pour se sentir en sécurité et ainsi de suite. Il s’agit donc d’un cercle vicieux. Plus le cerveau reçoit de messages de ce type, plus il évalue la situation comme étant de plus en plus dangereuse. D’où la nécessité pour le patient d’augmenter le contrôle, les gestes, etc… Ainsi, les troubles se renforcent.

 

Atteints de TOC, comment s’en rendre compte ?

De “manies” sans gravité à des habitudes ritualisées, ces gestes peuvent devenir de plus en plus obsessionnels et récurrents dans le but de rassurer une angoisse croissante. Les patients peuvent en prendre conscience seuls, mais aussi avec l’aide de leur entourage qui constate un comportement anormal. Ces gestes répétitifs peuvent devenir problématiques, lorsqu’ils entraînent d’autres troubles qui affectent gravement la vie quotidienne (perte de temps à répéter les mêmes gestes plusieurs fois, difficultés sociales, relationnelles, perte de l’estime de soi due aux moqueries de la part de l’entourage, isolement allant jusqu’à la dépression…).

Les symptômes s’expriment de diverses façons d’un patient à l’autre. Ils peuvent inclure  par exemple, la phobie de la saleté (se laver les mains de manière intempestive), les vérifications nombreuses et outrancières d’une action (fermeture des portes et fenêtres de façon répétée et dans la durée…), le rangement d’objets dans un certain ordre avant de pouvoir entamer une action ou encore des obsessions de tout type, même sexuel.

 

Troubles obsessionnels compulsifs : souvent liés à des traumatismes

D’où viennent les TOC ?

Les personnes atteintes sont généralement déjà stressées ou sous pression constante par rapport à leurs vies quotidiennes, professionnelles ou encore familiales. Il n’est pas rare que, dans certaines familles un parent présente aussi ce trouble.

Les TOC peuvent résulter de traumatismes dans l’enfance, pouvant pourtant paraître minimes ou sans conséquence. Cela peut être, par exemple, un défaut de parentalité, d’affection ou encore l’existence d’une certaine pression chez l’enfant, de la part des proches ou du corps enseignant. Ces micro traumatismes répétés créent un état de stress chronique et envoient de mauvais messages au cerveau qui projette des anticipations anxieuses qui sont traduites par ces TOC pour se rassurer.

 

Que se passe t-il concrètement ?

Un événement du quotidien peut, à notre insu, raviver des souvenirs stressants liés à des traumatismes du passé et créer des manifestations physiologiques (accélération du rythme cardiaque, de la respiration, crispations, tensions musculaires, etc..). Le système énergétique du corps va en être perturbé voire bloqué. Ce blocage du flux énergétique, électrochimique, provoque des souffrances psychiques et somatiques (angoisse, colère dépendances, TOC, pathologies plus sévères…).

En bloquant, refoulant les émotions, par le réflexe archaïque de survie, le patient va entrer dans un cercle vicieux et aggraver de plus en plus les symptômes. Pour accélérer la thérapie, j”ai l’habitude d’utiliser l’EFT avec la sophrologie au cabinet. La sophrologie et la technique EFT (emotional freedom techniques) sont des thérapies complémentaires. Elles peuvent être une aide efficace dans le traitements des TOC en agissant sur la diminution de l’anxiété, des peurs de l’individu et sur la reprogrammation de certains de ses comportements et croyances. Elles viennent en complément d’un suivi psychologique et médical, mais ne se présentent en aucun cas comme un substitut à ces traitements.

 

La sophrologie au secours des malades de TOC

Comment la sophrologie peut-elle aider à soigner les TOC ?

La sophrologie permet la relaxation physique et mentale, par la respiration abdominale et la pleine conscience de la présence de son corps et de l’instant présent. Le sophrologue va amener le patient vers un état de conscience modifiée, pour vivre des sensations agréables. Dans cet état particulier, entre veille et sommeil, l’activité du cerveau est en ondes alpha c’est-à-dire les ondes de l’imagination, de la création, de la méditation.

Ainsi, en travaillant et en utilisant ses cinq sens VAKOG, (visuel, auditif, kinesthésique, olfactif, gustatif), le patient peut se projeter dans une situation agréable et rassurante. Cet état de bien-être stimule le cerveau afin qu’il libère plus d’endorphines (sérotonine, dopamine…), des hormones qui font défaut en état de stress. Le patient va ainsi retrouver « l’homéostasie », c’est-à-dire l’harmonie corps-esprit (calme, détente, sérénité…). L’objectif est également de comprendre l’existence (et parfois l’origine) de ces angoisses et de déprogrammer les mauvais messages qu’elles envoient au cerveau. Apaisé et plus lucide, le patient pourra, avec le sophrologue, établir le lien qui existe entre ses angoisses, ses émotions et les réactions de son corps.  Il pourra ainsi prendre du recul, avoir un autre point de vue sur sa vie. C’est le début de la reprogrammation de nouveaux comportements.

 

Quels sont les principes de la technique de l’EFT ?

L’EFT est une thérapie travaillant au niveau corporel, émotionnel, énergétique et psychologique. Il s’agit d’une méthode très efficace pour traiter les traumatismes et permet de se libérer des blocages émotionnels, des croyances limitantes et systèmes pensées négatives qui en découlent.

En libérant les émotions liées à des souvenirs ou des pensées anxiogènes, l’EFT lève le ou les blocages du système énergétique de l’organisme qui sont les causes du mal-être et de leurs symptômes. Le principe est de stimuler des points précis sur le visage, le torse et la main en les percutant avec deux doigts. Ces « tapotages » sont accompagnés d’un discours visant à reconnaître son problème, tout en s’acceptant et s’appréciant tel que l’on est. Puis, à déprogrammer le comportement issu du problème, et enfin reprogrammer une nouvelle attitude.

 

“Il est possible de se libérer de ces angoisses”

La guérison est-elle possible ? À quel moment faut-il traiter les TOC ?

Agir le plus vite possible et dès l’apparition des symptômes est important. Et ce, même s’ils surviennent pendant l’enfance. Il est en effet plus facile de les prendre en charge dès le début. Lorsqu’ils ont installés depuis longtemps, parfois depuis plusieurs années, cela devient plus complexe. En particulier si les TOC atteignent le stade de névrose sévère associée à d’autres pathologies comme des phobies graves. Toutefois, il est possible de se libérer des angoisses obsessionnelles et d’aider à les déprogrammer et à reprogrammer un nouveau comportement, à tout moment. Mais cela peut prendre beaucoup de temps dans certains cas.

 

En pratique, combien de séances faut-il réaliser avant d’obtenir un résultat ?

Cela dépend de chaque personne et du type de trouble dont elle souffre. Les TOC sont très variables et peuvent souvent être liés à d’autres problèmes. Le nombre de séances avec le sophrologue, varient de 3 ou 4 à une dizaine de rendez-vous et parfois plus. Ils peuvent s’étaler sur un à plusieurs mois environ, selon le profil de la personne et de la complexité de son TOC.

Grâce à l’apprentissage de l’EFT en cabinet, le patient va pouvoir gérer seul la crise du TOC, quand celle-ci apparaît, en pratiquant sur lui-même cette technique. Ce qui fera retomber très rapidement, presque immédiatement, le niveau émotionnel, le stress et par conséquent, va interrompre le cycle infernal et vicieux du rite obsessionnel (le TOC) et revaloriser sa propre image, retrouver sa confiance en soi.

 

À SAVOIR

Les séances de sophrologie ou d’EFT (emotional freedom techniques) peuvent durer entre 1h et 1h30 et coûte environ 80 euros. Elles ne sont actuellement pas remboursées par la sécurité sociale mais peuvent être prises en charge par certaines mutuelles. Certains professionnels proposent des séances en visioconférence pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here