Organisées du 1er au 7 juin, les septièmes Journées pour la Recherche Médicale visent à récolter des dons pour financer des projets innovants. A Lyon, une partie des sommes versées servira aux travaux de l’équipe du professer Horvat pour limiter les séquelles cérébrales du virus de la rougeole.

A Lyon, comme partout en France, les chercheurs ont beaucoup de difficultés à réunir les budgets indispensables à la conduite de leurs travaux. Dans ce contexte, la Fondation pour la Recherche Médicale (FRM) organise ses Journées nationales du 1er au 7 juin prochains. Cette semaine de mobilisation et d’appel aux dons est destinée à sensibiliser les Français à la nécessité de soutenir la recherche médicale afin qu’elle bénéficie à tous les malades. Les sommes collectées pendant ces Journées seront attribuées aux recherches les plus innovantes et les plus prometteuses, dans tous les domaines santé.
En 2014, avec 30 recherches financées, Lyon a été la troisième ville la plus soutenue par la Fondation pour la Recherche Médicale. Ces trois dernières années, la FMR a permis le développement de 81 recherches dans le Rhône, pour un montant total de 6 964 006 euros, dans des domaines aussi variés que la neurologie, les maladies infectieuses, la cancérologie…

Un nouvel antiviral contre le virus de la rougeole

Parmi les pistes explorées les plus prometteuses, l’équipe du professeur Braka Horvat, au Centre de recherche en infectiologie de Lyon, en collaboration avec des chercheurs américains, est parvenue à créer une molécule qui, chez l’animal, empêche le virus de la rougeole de pénétrer dans les cellules cérébrales. Des résultats porteurs d’espoir pour combattre cette pathologie pour laquelle peu de traitements sont efficaces et en nette recrudescence depuis quelques années.
En effet, malgré les campagnes de vaccination, le virus de la rougeole est réapparu en Europe. En 2011, plus de 16 000 cas ont été recensés en France. Cette infection est susceptible de provoquer d’importantes complications neurologiques et il existe peu de thérapies efficaces.
D’où l’importance de mettre au point de nouveaux moyens de prévention et de traitement. Afin d’explorer ces nouvelles voies thérapeutiques, l’équipe lyonnaise travaille donc sur un type souris qui développe une infection mortelle par le virus de la rougeole.

 

Eviter les complications neurologiques

Avec des scientifiques new-yorkais, les chercheurs rhodaniens ont élaboré une molécule qui empêche le virus de pénétrer dans les cellules cérébrales et d’y créer des lésions. Un résultat couronné de succès : ils ont montré que leur traitement présentait 100 % d’efficacité. Cet antiviral très prometteur représente une piste intéressante pour les personnes non vaccinées contre le virus ou encore souffrant d’un déficit immunitaire, et donc plus vulnérables aux infections.
« Aujourd’hui, il n’existe pas de traitement spécifique contre le virus de la rougeole : un véritable problème lorsque l’on prend en compte son fort pouvoir de contagion et la couverture vaccinale insuffisante de la population. L’antiviral développé par Branka Horvat et son équipe a montré une efficacité très importante chez l’animal pour éviter les complications liées au passage du virus dans le cerveau. De nombreuses recherches restent nécessaires pour valider son utilisation chez l’Homme, mais ces résultats encourageants augurent du meilleur pour la suite », souligne Valérie Lemarchandel, directrice des affaires scientifiques de la Fondation pour la Recherche Médicale.

A savoir

Créée il y a 68 ans, la Fondation pour la Recherche Médicale est engagée dans tous les secteurs de la recherche médicale : maladies neurologiques, maladies infectieuses, maladies cardiovasculaires, cancers… Elle a pour ambition de développer une recherche de pointe au service de la santé de tous. Chaque année, plus de 750 équipes de recherches bénéficient du soutien de la Fondation. La FRM est reconnue d’utilité publique et agréée par le Comité de la Charte du don en confiance. Elle agit en toute indépendance grâce au soutien régulier de plus de 360 000 donateurs.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here