Les bienfaits des jardins thérapeutiques dans les hôpitaux et maisons de retraite ne sont plus à prouver. ©Pexels

Créés en vertu de réels bénéfices pour la santé des patients, les jardins thérapeutiques se multiplient en milieu hospitalier. Leur coût, pourtant, reste un obstacle que l’association Jardins & Santé tente de lever.

Avec un tiers de la population âgé de plus de 60 ans en 2040, le nombre de pensionnaires en Ehpad ou de patients pris en charge en milieu hospitalier va aller en s’accroissant au fil des ans. Malgré leur coût et les moyens toujours étriqués dont dispose les établissements de santé, les jardins thérapeutiques ont fait leur preuve auprès des patients.

Favoriser leur développement est le premier objectif de l’association Jardins & Santé, qui a notamment soutenu l’installation de plusieurs jardins thérapeutiques en Auvergne-Rhône-Alpes (lire ci-dessous). « La nature est un environnement moins anxiogène que l’hôpital : on s’est aperçu qu’elle avait un effet apaisant certain sur le patient », explique ainsi la présidente de l’association, Anne Chahine. « Dans un jardin, on ressent du bien-être, du plaisir. Les Anglo-Saxons ont très vite compris que des jardins dans des hôpitaux permettaient aux patients de se remettre plus rapidement, d’avoir un meilleur moral propice à une meilleure rémission, de favoriser un meilleur contact entre les soignants et les soignés. En France, les médecins ont longtemps été réticents, car nous aimons tous le rationnel. Mais tout n’est pas explicable ».

 

Des bienfaits pour de nombreuses pathologies

Parkinson, Alzheimer, épilepsie, autisme, sclérose en plaques, addictions… Les vertus des jardins, cadres d’ateliers ou de séances de soins bien spécifiques, se mesurent à l’aune de nombreuses pathologies. Et la France, peu à peu, comble son retard, grâce aux actions de collecte de fonds menées par des associations comme Jardins & Santé.

Chaque jardin thérapeutique, une fois les financements collectés et validés, doit être conçus en fonction de la pathologie : ces espaces naturels intégrés ne sont pas façonnés de la même manière dans un Ehpad ou un centre spécialisé dans la prise en charge de l’autisme. Les bienfait, en revanche, sont stupéfiants, notamment en Ehpad, où ‘’ ils favorisent la pratique d’une activité physique régulière, permettent de rompre l’isolement, stimulent les fonctions sensorielles et cognitives, diminuent les troubles du comportement, les états dépressifs et l’angoisse’’.

 

À SAVOIR

En Auvergne-Rhône-Alpes, l’association JARDINS & SANTÉ a permis la création de jardins thérapeutiques à :

– Foyer d’accueil médicalisé Les Quatre Jardins) à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs (Isère, 2007)

– Centre de Santé Mentale à Grenoble (Isère, 2009)

– Association Brin d’Grelinette (Grenoble 2011)

– Foyer d’accueil médicalisé Les Quatre Jardins à Craponne (Rhône, 2011)

– Centre hospitalier de Tullins (Isère, 2013)

– Hôpital de jour MGEN à Grenoble (Isère, 2013)

– EHPAD Grange à Taninges (Haute-Savoie, 2015)

– CHU de Saint-Etienne à Saint-Priest-en-Jarest (Loire, 2015)

– MAS ADAPEI l’Agora à Romans-sur-Isère (Drôme, 2017)

– EHPAD Arc en Ciel à Tullins (Isère, 2017)

– Centre thérapeutique La Cerisaie à Rompon (Ardèche, 2017)

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here