L'infarctus exige une prise en charge rapide
L'infarctus du myocarde, ou "crise cardiaque", se traduit par une douleur violente et brutale ©DR

 
Plus de 120 000 infarctus du myocarde sont enregistrés chaque année en France. Quels sont les causes et les facteurs de risque ? Quels sont les symptômes de l’infarctus ? Explications du docteur Franck Pélissier, chirurgien cardiaque et vasculaire à l’Infirmerie Protestante de Lyon.

Quelles sont les causes de l’infarctus ?

L’infarctus est l’obstruction d’une artère coronaire qui va se produire avec le vieillissement de l’individu. Cette obstruction est la conséquence d’une accumulation de dépôts de cholestérol associé à des dépôts calcaire. Elle peut intervenir de manière brutale, sans le moindre signe avant-coureur, comme après des prodromes. Dans ce cas, il s’agit d’une angine de poitrine ou angor qui se traduit par des douleurs thoraciques survenant essentiellement pendant l’effort. Ces douleurs doivent constituer un signal d’alarme nécessitant une visite chez votre cardiologue.

Quels sont les principaux facteurs de l’infarctus ?

L’hypertension artérielle, le diabète, des facteurs héréditaires génétiques et bien sûr le tabac qui reste un véritable fléau pour l’athérome coronarien.

Infarctus, tabagisme et sédentarité 

Y t-il des précautions particulières à prendre lorsque l’on est en présence d’antécédents familiaux ?

Malheureusement non, si ce n’est de réduire au maximum les facteurs de risque, à savoir le tabagisme, la sédentarité, l’hypertension ou le diabète. Cela dit, avec le développement des manipulations génétiques, il n’est pas exclu que ces risques génétiques soient réduits de manière significative voire disparaissent complètement à l’horizon 2030 ou 2040.

Est-il exact que le sport réduit sensiblement les risques d’infarctus ?

Oui, de multiples études ont démontré que la pratique sportive ou juste une activité physique régulière avaient une incidence positive sur l’organisme. Il est donc recommandé d’avoir au minimum entre 20 et 30 minutes d’activité physique chaque jour pour réduire les risques cardiovasculaires (infarctus, AVC…) mais aussi d’autres pathologies comme le diabète voire certaines pathologies cancéreuses.

Infarctus, une douleur violente et brutale

Quels sont les symptômes de l’infarctus ?

L’obstruction d’une artère coronaire va entraîner une souffrance myocardique, le myocarde étant un muscle. La douleur de l’infarctus est toujours intense, anormale, mais elle peut se situer à différents endroits: au niveau du cœur, du dos, des maxillaires voire de l’organe digestif. Dans tous les cas, il faut une prise en charge rapide.

Comment réagir de manière rapide et efficace ?

En cas de suspicion, il est impératif d’être hospitalisé le plus vite possible dans un centre cardiologique adapté en appelant les structures d’urgence, à savoir le 15 ou le SAMU. Dans la plupart des cas, on peut traiter le patient en urgence, sachant que chaque minute compte.

C’est à dire ?

Il est démontré que les complications liées à l’infarctus sont très nettement diminuées quand la revascularisation de l’artère intervient dans les six heures suivants l’obstruction.

Retrouvez la liste de tous les cardiologues de votre ville ou de votre quartier sur www.conseil-national.medecin.fr

A SAVOIR

Appelé communément “crise cardiaque”, l’infarctus du myocarde touche chaque année plus de 120 000 Français, soit plus de 320 chaque jour. Depuis le début des années 80, le nombre de femmes victimes d’une maladie cardio-vasculaire (infarctus du myocarde, AVC…) ne cesse d’augmenter, le mode de vie, ainsi que la consommation de tabac et d’alcool ayant notamment tendance à accroître les risques chez les femmes de moins de 50 ans.

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here