Tout savoir sur les implants dentaires.
Le coût moyen d’un implant dentaire en France avoisine les 1 800 euros. Et ce, en incluant la dent en céramique. ©Freepik

Solution durable et esthétique, les implants dentaires sont les meilleurs moyens d’assurer un confort dentaire et une alimentation variée. Bridge, couronne, prothèse amovible, reconstruction dentaire… De multiples solutions s’offrent à vous. Toutefois, le prix parfois élevé a de quoi faire grincer des dents. Retour sur les différents types d’implants dentaires au côté du Dr Laurent Hirsch, chirurgien-dentiste à Chambéry et membre de l’URPS Chirurgiens-dentistes Auvergne Rhône-Alpes.

Chaque année, environ 400 000 implants dentaires sont posés en France. Pourtant, si ce chiffre semble élevé, il n’est rien face à la nécessité réelle de soins dentaires. En effet, bon nombre de personnes font l’impasse sur ces soins, auparavant jugés purement esthétiques, face à l’investissement nécessaire. Et ce, en raison des technologies de pointe nécessaires à une telle opération. Pourtant, ces derniers peuvent être primordiaux.

C’est pourquoi depuis le 1er janvier 2019 de nouveaux critères de remboursement sont entrés en vigueur et continueront leur progression jusqu’en janvier 2021. Le but ? Davantage de prévention et de soins courants afin d’éviter ces implants.

Si les adultes seniors et les personnes âgées sont davantage concernés, un accident est vite arrivé à nos dents fragiles et peut amener tout un chacun à devoir se questionner sur les solutions existantes. Dès lors, quels types d’implants dentaires choisir ? Pour quel avantage ou inconvénient ? Réponse avec le Dr Laurent Hirsch, chirurgien-dentiste à Chambéry.

 

Implants dentaires, remboursement 100 % Santé dentaire ?

Alors que les soins deviennent de plus en plus accessibles à tous, les soins dentaires, auditifs et optiques restaient fréquemment à charge pour la personne. C’est pourquoi le ministère des solidarités et de la santé a débuté un plan dit 100 % Santé. Objectif ?  Faciliter l’accès aux soins en offrant le remboursement intégral de certaines prothèses dentaires sur certaines dents d’ici janvier 2021.

En effet, en 2014, près d’un Français sur cinq renonçait à des soins dentaires en raison de l’investissement budgétaire, mais aussi par négligence. Un chiffre qui s’élevait à 28 % pour les foyers les plus modestes. De quoi décider le gouvernement à lancer son nouveau plan 100 % santé dentaire. Et ce, d’autant plus qu’un soin dentaire régulier permettrait de limiter le recours aux implants dentaires les plus chers.

Cependant, « les implants ne font pas partie des remboursements intégraux », note le Dr Laurent Hirsch. La sécurité sociale ne prend en charge que partiellement cette demande, en remboursant la couronne présente sur l’implant. Certaines mutuelles peuvent en revanche aider dans le financement de cet acte de santé. Ainsi, « un implant seul (sans la couronne ou le bridge) coûte en moyenne 1 000 euros. Un prix qui s’élève à environ 2 000 pour la totalité de l’implant et de la dent en céramique. Toutefois les prix peuvent parfois être dégressifs pour plusieurs implants ».

 

Implants dentaires : quoi pour qui ?

Dent manquante ou cassée, les implants dentaires sont la solution de choix face au dentier. Afin de retrouver une mastication agréable et ainsi une alimentation riche et variée, ces derniers permettent également de prévenir des risques de gêne allocutive. En effet, sur le long terme, une dent manquante peut altérer la qualité d’élocution. Un soin non seulement esthétique mais aussi nécessaire.

 

La couronne sur implant

« L’implant dentaire n’est pas simplement utile pour remplacer une dent, il sert également à sauvegarder les dents adjacentes. Raison pour laquelle les couronnes se fixent sur un implant, évitant ainsi la mutilation des dents voisines comme c’est le cas pour la réalisation d’un bridge (sans implant). L’implant ne peut être fixé dans la gencive que si la totalité d’une dent est manquante, y compris la racine », explique le Dr Laurent Hirsch.

Ainsi, la couronne comble le vide laissée par une dent manquante en rendant à la mâchoire une nouvelle dent. La mâchoire forée vient permettre à un implant « racine » en titane de s’implanter dans celle-ci. Ensuite, la couronne, c’est-à-dire la nouvelle dent, est fixée sur cette racine implantée et comble le précédent vide.

 

Le bridge sur implant

Dite méthode de « pont dentaire », le bridge sur implant permet d’éviter la pose de trois implants successifs, remplacés par un nombre moindre d’implants. En effet, contrairement à l’ancienne méthode qui voulait fixer ce bridge sur les dents restantes adjacentes, désormais cette technique est en voie de disparition. Et pour cause. « Abimer les autres dents n’est pas une solution acceptable pour en retrouver d’autres ».

Par exemple, « pour quatre nouvelles dents en céramique à poser, seuls trois implants peuvent suffire dans certains cas. Mais l’important dans le nombre d’implants posés pour un bridge reste la solidité de l’ensemble ».

 

Cicatrisation et conseils d’entretien

Si la cicatrisation prend un peu de temps, les facultés de mastication sont vite retrouvées.  « À compter de la pose de l’implant, il faut attendre deux ou trois mois que ce dernier soit intégré dans l’os de la mâchoire. En effet, comme pour un bras cassé, les cellules osseuses ont besoin d’un certain délai pour reformer de l’os. En revanche, une fois la couronne ou le bridge posé, la mastication ne pose pas de problèmes et les habitudes se retrouvent très rapidement », explique le Dr Laurent Hirsch.

Cependant, les premiers jours nécessiteront une attention particulière portée à sa dentition. Dès lors, alimentation molle, tiède ou froide, alcool et tabac proscrit… De même, l’hygiène bucco-dentaire se doit d’être désormais irréprochable afin de garantir une longévité accrue de l’implant dentaire. Ainsi, brossage des dents fréquents et doux permettent d’inscrire l’implant dans le temps. De même, « un contrôle une fois par an est recommandé par les chirurgiens-dentistes ».

 

La prothèse amovible sur implant et inlay-onlay, une offre élargie

La prothèse amovible

À l’inverse des autres implants dentaires, la prothèse amovible stabilisée n’est pas réellement un implant. En effet, la nouvelle prothèse n’est pas fixée à la mâchoire, mais bien amovible. Partielle ou totale, elle vient prendre appui sur la mâchoire à la manière de « formes emboitables ». Toutefois, elle peut être nettement améliorée par deux implants mandibulaires pour garantir sa bonne tenue. « Grâce à des implants servant de boutons de pression, le joint de la prothèse s’imbrique sur ceux-ci. Toutefois, il est conseillé de changer le joint tous les deux ou trois ans, ainsi que de bien nettoyer les appareillages après chaque repas ».

Cette solution est privilégiée face au dentier. En effet, ne comprenant aucun palais, elle permet de préserver le goût, souvent altéré par l’appareil en résine du dentier. Elle ne nécessite pas non plus de la colle.

 

L’inlay-onlay

Nouvelle méthode prometteuse, l’inlay-onlay est surtout utile lorsqu’une dent est cassée ou avec une partie manquante. Cette technique, loin de l’implant dentaire, permet en effet de remplacer une partie interne ou externe de la dent abimée. Et ce, à l’aide de matériaux invisibles et résistants, faits de céramique ou de résine composite. En revanche, si toute la partition dentaire est sérieusement touchée voire absente, difficile de privilégier cette solution. Il faudra alors réaliser une couronne en céramique.

 

 

À SAVOIR

Outre les implants dentaires, de plus en plus de personnes recourent à un appareil d’orthodontie. La différence avec un implant dentaire ? Son usage est temporaire et se limite à restaurer une dentition correcte et esthétique chez une personne présentant des anomalies ou malpositions dentaires. Les remboursements d’orthodontie s’effectuent sur une base minimale de 70 % à 100 % chez les jeunes âgés de moins de 16 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here