L’affaire est très sérieuse.
Vendredi 15 juin, les enfants de sept classes d’école maternelle de Lyon et de ses environs ont rendez-vous à l’Hôpital des Nounours dans les locaux de la Faculté de médecine de la ville. Pour eux, c’est l’occasion où jamais de ne plus avoir peur des fameuses « blouses blanches ».

 

«A Lyon, c’est la troisième année que s’ouvrent les portes de l’Hôpital des Nounours, lance avec satisfaction Caroline Gode, secrétaire de l’association du même nom et étudiante en pharmacie. Sa création a été permise grâce au soutien des doyens des facultés de médecine et de pharmacie». L’idée vient tout droit d’Allemagne où des étudiants en médecine ont élaboré un hôpital des nounours sous le nom de «Teddy Bear Hospital». «Le projet est parti de la constatation que les jeunes enfants sont généralement angoissés dans un milieu médical», explique la jeune femme.

L’hôpital des nounours de Lyon : comme dans un vrai hôpital

Encadrés par près de 50 étudiants bénévoles de la Faculté de médecine et de pharmacie de Lyon, les enfants de 5 à 6 ans, actuellement en moyenne et grande sections d’école maternelle, suivent un parcours de soins de 45 minutes à travers cet hôpital fictif.
A l’hôpital des nounours, les enfants ont accès à :

  • une salle d’attente avec des magazines pour enfants, des dessins, des jouets comme la fameuse mallette du chirurgien pour leur présenter les différents instruments d’opération. Les étudiants proposent des animations éducatives avec différents jeux sur le thème de la santé.
  • l’accueil où le dossier du nounours malade est enregistré par une secrétaire médicale.
  • les cabinets médicaux (dentaires, kinésithérapie) des «nounoursologues» vers lesquels sont orientés l’enfant et son nounours.
  • Différents services : dont un bloc opératoire où seuls vont les nounours ayant besoin d’une intervention. Les notions d’asepsie, d’anesthésie et la séparation y sont abordées. Un poste de soins infirmiers dans lequel les étudiants infirmiers donnent des soins sommaires aux nounours. La radiologie où les enfants découvrent le squelette humain et le rôle de la radio. Une pharmacie où un enseignement pédagogique est dispensé sur le risque de confusion entre les médicaments et des bonbons. Et enfin, une salle de découverte avec des jeux éducatifs, un visionnage d’une vidéo sur les soins dentaires.

L’hôpital des nounours contre l’angoisse des enfants hospitalisés

« L’objectif du projet est de diminuer l’angoisse des jeunes enfants en améliorant la relation médecin-patient, précise Caroline Gode. A chaque étape, nous essayons de transmettre aux enfants des messages pédagogiques sur l’hôpital, l’hygiène et la sécurité sanitaire ».
En lien avec les enseignants de maternelles, ce type d’opération s’intègre pleinement aux programmes scolaires par un travail d’éducation à la santé et à la découverte du corps .
Pour l’occasion, les étudiants bénévoles reçoivent une formation de deux heures par le professeur Olivier Revol, pédopsychiatre à l’Hôpital neurologique de Bron.
Quinze jours avant leur rendez-vous, les enfants ont la visite des étudiants avec leur matériel (et les blouses blanches…) pour leur expliquer le fonctionnement de l’hôpital. Ils sont alors invités à imaginer une maladie à leur nounours.
Après leur passage à l’hôpital, une autre visite des étudiants a lieu pour que les enfants expriment ce qu’ils ont vécu.
Et ça marche. Au total, en 2005-2006, près de 450 nounours (et autant d’enfants) auront été pris en charge. L’année prochaine, l’association envisage même de faire intervenir les pompiers…
Bon à savoir sur l’hôpital des nounours de Lyon
Hôpital des nounours de Lyon : http://hdnlyon.univ-lyon1.fr/

Anne-Laure Guiot

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here