A Cluses, le projet de future Clinique des Grandes Alpes est en attente
Le projet de Clinique des Grandes Alpes fait toujours l'objet de mobilisation à Cluses

Depuis quatre mois, les équipes de la Clinique des Grandes Alpes, à Cluses (74), sont dans l’expectative en raison de la suspension des autorisations de chirurgie de l’établissement haut-savoyard. Le groupe lyonnais Noalys tente de mobiliser élus et population en faveur d’un libre choix de soins en Haute-Savoie. Objectif: faire pression avant l’audience de référé prévue le 5 octobre.

Le combat pour un libre choix de soins se poursuite en Haute-Savoie, sous l’impulsion du groupe Noalys. Après les premières actions initiés pour sensibiliser la population sur la situation actuelle de la clinique des Grands Alpes, à Cluses, et informer du projet de construction d’une future clinique du XXIe siècle dans la région, la direction et le personnel médical ont décidé d’unir leurs forces à la rentrée pour assurer le maintien des autorisations.

A l’horizon 2018, la future Clinique des Grandes Alpes doit prendre le relais de l’ancienne Clinique du Mont-Blanc, rebaptisée Clinique des Grandes Alpes lors de son rachat pour l’euro symbolique par le groupe Noalys en janvier dernier, et dont les autorisations de chirurgie ont été depuis suspendues. Problème, l’Agence Régionale de Santé (ARS) ne semble pas enclin à revenir sur sa décision et  le groupe d’hôpitaux privés pluridisciplinaires a donc décidé d’enclencher sa deuxième phase de mobilisation avec plusieurs actions sur le terrain. Objectif: informer la population sur cet enjeu de santé publique avant l’audience de référé, le groupe Noakys ayant porté l’affaire devant la justice.

Une clinique en sursis

De fait, dans l’incertitude du maintien ou non des autorisations accordées par l’ARS, le groupe Noalys n’a plus aucune activité depuis quatre mois. Confiants sur le besoin de maintenir un libre choix de santé dans la région et convaincus de la viabilité de son futur projet, la direction et les salariés paraissent plus que jamais motivés. “On savait que nous arrivions dans une situation compliquée puisque la clinique était au tribunal de commerce lors de son rachat. Maintenant, les élus ainsi que la population locale et régionale doivent connaître le statut quo de cette situation, mettant en péril une clinique, des salariés mais aussi les habitants qui subiront une désertification médicale“, explique Jean-Loup Durousset, PDG du groupe Noalys.

Site internet et actions de terrain 

Concrètement, un site internet www.jechoisismasante.fr a été mis en ligne afin d’informer le grand public du futur projet et inviter à le soutenir à travers une pétition recueillant aujourd’hui plus d’une centaine de signatures. Pour favoriser une décision rapide de l’ARS, la direction et les salariés interpellent le grand public à travers une opération de communication offensive. Avec pour symbole, le phénix, oiseau de feu qui renaît de ses cendres et résiste malgré les épreuves, les salariés sont déterminés.
Banderoles et affichages sur les lieux stratégiques de l’agglomération (mairie de Scionzier et Cluses), distribution de t-shirts et tracts sur les marchés et sensibilisation sur le terrain… Les salariés main dans la main avec la direction vont multiplier les actions en septembre afin de générer une mobilisation importante avant l’audience de référé prévue le 5 octobre prochain. Il y a urgence. “Nous ne pouvons attendre une décision qui tarde tant à venir. Nous invitons chaque habitant de la région à soutenir la Clinique des Grandes Alpes, ses salariés ainsi que le futur projet pour qu’ils gardent une liberté de choix quant à leur santé“, ajoute Mokhtaria Boudadi, Directrice de la Clinique des Grandes Alpes.

A savoir

Sur la commune de Cluses (Haute-Savoie), le groupe Noalys prévoit d’investir 8 millions d’euros dans la construction de la nouvelle Clinique des Grandes Alpes, un bâtiment ultra moderne conçu par cabinet d’architectes Chabanne pour répondre aux attentes de soins de proximité de la Vallée de l’Arve. Au rez de chaussée, l’établissement disposera d’un services d’urgences, d’un centre d’imagerie médicale/ scanner radio, d’un centre dentaire, d’un centre ophtalmo, d’un plateau kinésithérapie avec balnéo et de multiples bureaux de consultations. Le premier étage sera dédié au service de chirurgie avec 10 lits, 15 lits ambulatoire avec bloc opératoire. Enfin, 30 lits seront réservés au 2e étage étage pour le service de médecine. A terme, la Clinique des Grandes Alpes doit abriter une équipe de 60 personnes, dont 10 médecins et 50 salariés.

Chargement des commentaires facebook ...

3 COMMENTS

  1. Comment ne pas être derrière l’équipe, et les salaries qui mène ce combat pour pérenniser la clinique et des services médicaux d’envergure à Cluses.
    Etant conseiller municipale à Cluses si vous le souhaité je suit à votre écoute et votre disposition.
    bon courage
    Citoyennement
    GILLES FONGEALLAZ

  2. OUI JE SOUTIEN CE PROJET À 100% CAR NOUS AVONS BESOIN DE CE LIEU DE SANTÉ DE PROXIMITÉ CELA NOUS ÉVITE DES FRAIS SUPLÉ MENTAIRES DE TRAJET ( CONSULTATION SPÉCIALISTES ET POST OPÉRATOIRS + LA CHIRUR GIE SUR CLUSES ET INDISPENSABLE
    POUR NOUS LES MALADES VIEILLISANTS ET TOUTE LA POPULATION DE LA VALLÉE ET SUR LES HAUTEURS DE CLUSES.AINSI CELA FERAIT FAIRE DES ÉCONOMIES À LA CRAM NOUS AURONT EN PLUS UN VRAI PÔLE MÉDICAL SUR CLUSES ET ENVIRON QUI EST EN DÉSUÈTUDE……

  3. Il faut absolument que ce site soin et sante reste a Cluses ou ses environ proche J ai plusieurs experiences de leurs services et nous avons toujours ete tres bien pris en charge.Mon mari souffrait depuis longtemps d une douleur ils l on pris en charge et ils ont trouve eux!alors que son medecin ne lui faisait aucun examens!!!!!!!!!!! Moi meme j ai fait un infarctus et grace a cette equipe j ai ete oriente dans les bons etablissements.Il faut ABSOLUMENT que se centre se fasse.Les gens ne veulent plus alle au CHAL!!!!! C est pour dire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here