Le Parlement a voté le report de la mise en accessibilité des lieux publics. Une décision qui fait grincer des dents les associations de défense des handicapées comme à Lyon (Rhône-Alpes).

Fixées par la loi handicap de 2005, les échéances en matière d’accessibilité des établissements recevant du public, les bâtiments d’habitation et des services de transport public de voyageurs n’ont pu être tenu du fait du retard accumulé. Cette loi avait un objectif simple : rendre accessible aux personnes handicapées 100% des bâtiments publics. 10 ans après, seulement 40% des bâtiments ont reçu les améliorations prévues et les parlementaires se sont montrés favorables à un report de l’échéance de 9 ans. Une déception pour les associations défendant l’accessibilité pour les handicapés.

Accessibilité des handicapés, le grand chantier

« Nous sommes un collectif collaborant avec les collectivités locales et nous avons, contrairement à des associations plus revendicatives, le sentiment qu’en 2015, les choses ne seront pas faites. Nous savons que ce sera extrêmement compliqué et que l’objectif 100% n’est clairement pas tenable, commente Eric Benon, président du Collectif des associations du Rhône pour l’accessibilité (Carpa). Nous partions de zéro et concrètement, tenir l’objectif aurait signifié mettre la France entière en travaux ».
En ce qui concerne la région lyonnaise, la situation n’est pas aussi catastrophique qu’ailleurs. Cela dit, si tous les observateurs s’accordent à dire que des progrès et des efforts significatifs vers plus d’accessibilité ont été fournis, il reste beaucoup à faire.

Des infrastructures déjà en place à Lyon

La création du Carpa en 1990 avait permis d’anticiper les choses et de commencer à agir, bien avant 2005. « En matière d’accessibilité, une commission spécifique a été organisée et a permis de réaliser de belles avancées. On observe que la Métropole de Lyon est dans une démarche d’action, ce qui est très bien. Mais on n’est pas encore au bout de nos réalisations », explique Eric Benon.

Une certaine impatience commence de poindre, même si des améliorations ont permis de faciliter la vie des personnes handicapées, comme dans les transports publics de la Métropole lyonnaise. Nous avons de la chance à Lyon, comparé à d’autres agglomérations en France. L’aménagement de la ville vers plus d’accessibilité se poursuit. On a déjà la ligne D qui est aménagée, des équipements dans les stations. Malgré tout, il reste la moitié des bus à équiper ». Une mise aux normes qui risque de prendre plusieurs années, au grand dam des associations lyonnaises.

A savoir

La loi du 11 février 2005 prévoit la mise en accessibilité de tous les établissements recevant du public pour le 1er janvier 2015. Pour ce faire, un agenda d’accessibilité programmé a été mis en place par le gouvernement. Cet agenda permet aux structures d’établir une programmation budgétaire des travaux à réaliser et suspend toutes sanctions en cas de non conformité aux règles d’accessibilité.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here