La france de la grippe
L'épidémie reste malgré tout bien présente en France ©réseau Sentinelles

Après cinq semaines de forte progression, l’épidémie de grippe semble enfin en régression en France. Malgré tout, depuis le début de l’année, plus de 2 4 millions de personnes auront consulté leur médecin généraliste pour syndromes grippaux.

Après les grandes marées, l’heure est à la décrue sur le front de la grippe. L’épidémie, qui aura incité 2 421 000 de Français à consulter leur médecin généraliste pour syndromes grippaux (forte fièvre, maux  de tête, courbature…) depuis le début 2015, semble en effet en phase descendante. “Le pic épidémique a été franchi, l’activité est en diminution“, assurent les experts du réseau Sentinelles, chargés d’analyser chaque semaine les données nationales en provenance des professionnels de santé. Cette surveillance clinique a démontré que la semaine dernière, le nombre de cas de syndromes grippaux vus en consultation s’établissait à 723 pour 100 000 habitants. Un ratio certes bien supérieur au seuil épidémique (155 cas/100 000 habitants) mais nettement en dessous des statistiques de la semaine précédente (931 cas/100 000).
Après consolidation des données, l’incidence des syndromes grippaux est en baisse depuis 2 semaines avec une activité toujours forte. Le pic épidémique a été atteint“, estiment les médecins Sentinelles, précisant que l’’épidémie observée cette année est nettement plus forte que l’an dernier et comparable à celle observée il y a 2 ans“. Autres constat, l’âge moyen des personnes infectées est de 36 ans et les hommes résistent un peu mieux (46%) que les femmes à un virus qui aura nécessité une hospitalisation dans 0,3% des cas. Selon certains médecins, l’épidémie pourrait tuer cette année entre 5 000 et 7 000 personnes en France, soit un bilan deux fois supérieur à une épidémie de grippe saisonnière “classique”, les plus de 65% payant évidemment le plus lourd tribut à cette surmortalité hivernale.

Toutes les régions encore au dessus du seuil épidémique

Si certaines zones géographiques semblent voir le bout du tunnel, notamment tout le flanc Ouest du pays, d’autres régions demeurent encore très fragilisées par l’activité grippale. C’est notamment le cas dans le Limousin (1 642 cas/100 000), Midi-Pyrénées (938 cas/100 000) et Champagne-Ardennes (936 cas/100 000). La région Rhône-Alpes figure également parmi les secteurs toujours dans le rouge vif avec une proportion de 690 cas pour 100 000 habitants. La Loire, le Rhône, l’Ain, la Savoie et la Drôme sont très largement au dessus du seuil épidémique, alors que la décrue semble s’amorcer en Haute-Savoie et surtout dans les départements de l’Isère et de l’Ardèche.
Selon le modèle de prévision reposant sur les données historiques et sur les ventes de médicaments, l’activité des syndromes grippaux va continuer de diminuer dans les prochaines semaines“, conclut le rapport hebdomadaire du réseau Sentinelles, soulignant toutefois que l’ensemble des régions demeurent à ce jour au dessus du seuil épidémique.

A savoir

Les médecins du réseau Sentinelles soulignent que l’efficacité vaccinale (EV) estimée cette année est bien plus faible que les années précédentes, notamment chez les personnes de plus de 65 ans. Une moindre efficacité qui explique l’importance du nombre d’hospitalisations, notamment pour des complications d’ordre pneumopathiques. Ces hospitalisations, en forte hausse dans certaines régions, ont incité le ministère de la Santé à activer le plan Orsan, en fin de semaine dernière, pour libérer des lits dans certains établissements hospitaliers.

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here