La grève des médecins généralistes dans la région roannaise sera très suivie

Les médecins généralistes de la région roannaise sont en grève depuis ce lundi 18 mai. A l’origine de ce mouvement de 72 heures, la grogne autour de la loi Touraine et ses conséquences pour les professionnels de santé. Un mouvement inédite dans la Loire qui risque de faire tâche d’huile…

Mieux vaut éviter de tomber malade ou d’être infecté par un vilain virus à Roanne ces prochains jours. Dans cette commune de la Loire et ses environs, 95% des médecins généralistes seront en grève depuis ce lundi 18 mai, soit près d’une centaine de cabinets concernés. Un mouvement asyndiqué de trois jours qui entend « dénoncer l’indifférence et l’immobilisme » de la classe politique française face à la crise traversée actuellement par le monde médical.
En d’autres termes, les médecins roannais souhaitent alerter l’opinion face au manque de vocations sur ce bassin de près de 200 000 habitants assez représentatif du monde rural français. « Le renouvellement des médecins généralistes en fin de carrière et de ceux victimes de burn-out n’est pas assuré« , soulignent les signataires d’une lettre adressée aux patients. « Malgré de nombreuses mises en garde, l’ensemble des médecins du bassin roannais est révolté de voire l’indifférence et l’immobilisme du monde politique, tous partis politiques confondus, responsables ou non de la santé« .

Une charge administrative trop lourde

En fermant leur porte durant 72 heures, les praticiens roannais veulent également maintenir la pression sur le gouvernement, un mois après l’adoption de la loi de Santé. « L’évolution considérable de la charge administrative demandée aux médecins aura un impact négatif sur leur disponibilité, et donc à l’accès aux soins des populations », estiment les protestataires qui s’élèvent contre une « mise sous tutelle » de leur profession. « Le vote en toute hâte par les députés de la loi Touraine témoigne de l’incompréhension de la classe politique de la problématique des médecins (…) Nous sommes aussi inquiets au sujet de la disparition du secret médical, de la privatisation de notre système de santé et de sa mise sous tutelle de l’Etat« , peut-on lire dans la lettre rédigée par les grévistes.

Une grève des généralistes qui risque de s’étendre

De son côté, le syndicat MG France salue l’ampleur de ce « printemps roannais », stigmatisant l’attitude « inadmissible et incompréhensible » de l’Etat et l’Assurance Maladie dans un contexte de « déshérence » du milieu médical français. Dans un communiqué, MG France « encourage les médecins généralistes à ne pas se laisser faire« , espérant une large mobilisation « car c’est sur le terrain que se trouvent les solutions aux problèmes« .
Ce mot d’ordre de grève devrait se limiter à trois jours dans la région roannaise. « Mais d’autres actions, plus dures s’il le faut, seront organisées en cas de silence de nos élus locaux et nationaux« , préviennent les praticiens ligériens, alors que l’Union française pour une médecine libre (UFML) appelle « sa reproduction en d’autres lieux sur le territoire« .  Un appel à la mobilisation qui risque donc de faire tâche d’huile, dans les départements limitrophes mais aussi dans toute la France.

A savoir

Le mouvement de grève inédit lancé ce lundi 18 mai dans la Loire illustre bien les états d’âmes d’une profession en mal de reconnaissance et confrontée à une désertification en milieu rural. Ainsi, à Roanne, sur 42 médecins généralistes, deux se sont retirés suite à un syndrome d’épuisement professionnel (burnout) et quatre partent à la retraite à la fin de l’année alors qu’aucun remplaçant n’est pour l’instant envisagé.

`

2 Commentaires

  1. je suis solidaire avec votre action
    Pour défaire la loi Touraine, il faut la jonction du corps médical avec la classe ouvrière.
    Je partage l’analyse du point de vue donné donné par Paul Rodel (médecin) dans Informations Ouvrières n° 349 (30 avril au 6 mai 2015), journal du Parti Ouvrier Indépendant.
    Elus, population tous ensemble pour défendre la sécurité sociale, l’hôpital public, le droit à la santé!
    Gérard Dumas

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here