Tout savoir sur les fourmillements
"Paresthésie" est le terme médical pour décrire le phénomène de fourmillement. ©Freepik

Qui n’a jamais connu cette fameuse sensation de fourmis dans les mains ou dans les jambes ? Généralement liés à une mauvaise posture, les fourmillements peuvent être un symptôme avant-coureur d’une maladie neurologique grave (AVC, sclérose en plaques…). Ma Santé vous donne les éléments pour tout connaître des causes de ce phénomène.

J’ai des fourmis dans les jambes… Qui n’a jamais connu cette sensation bizarre et assez désagréable. De fait, les fourmillements font partie de notre quotidien et sont la plupart du temps bénins. Néanmoins, si ces derniers deviennent récurrents, il est important de ne pas les prendre à la légère. De nombreuses pathologies peuvent en être la cause : canal carpien, polynévrite, spasmophilie, voire l’AVC (Accident Vasculaire Cérébral) …

 

La paresthésie alias les fourmillements   

La paresthésie est le terme utilisé par les médecins pour dire “fourmillement”. C’est le fait de ressentir une sensation au niveau de la peau, sans qu’aucun contact physique n’ait lieu. Les paresthésies sont le résultat d’un dysfonctionnement du système nerveux central (cerveau) ou périphérique (nerfs). Il peut s’agir également d’une mauvaise circulation sanguine. Une posture répétée dans le temps peut en être la cause, faire de la marche à pied peut notamment permettre de rétablir une bonne circulation sanguine. 

Les fourmillements sont bel et bien bénins dans la majorité des cas. Ils vont donc se résorber d’eux-mêmes.  

 

Le syndrome du canal carpien

Ce syndrome est le résultat de la compression du nerf médian par le ligament antérieur du carpe au niveau du poignet. Cette compression provoque de la douleur, des engourdissements et des fourmillements. De nombreux facteurs sont à risque : obésité, hérédité, diabète ou encore les travaux manuels surmenant le poignet. On retrouve ce syndrome chez les personnes effectuant le même mouvement quotidiennement. L’usage intensif d’une souris au bureau peut en être la cause. 

Lorsque vous contractez ce syndrome, il faut à tout prix prendre du repos. De plus, il peut être astucieux de porter une attelle de repos durant la nuit. Celle-ci va limiter les mauvaises positions.    

Votre généraliste peut vous faire passer un test de dépistage en cas de doute, il s’agit d’un EMG (évaluation de la motricité gnosopraxique distale). Le médecin décidera alors si il faut avoir recours à la chirurgie ou non. 

 

Le syndrome de spasmophilie (stress, anxiété…)

La spasmophilie est un syndrome très fréquent. En effet, il toucherait au moins 10 millions de Français. Il constitue un ensemble de symptômes physiques et psychiques dû à une hyperexcitabilité neuromusculaire et se manifeste par des crises. Ces crises se traduisent alors par l’apparition de fourmillements dans les mains mais aussi par des contractures et des crampes. 

Pour que la crise passe, l’individu doit parvenir au mieux à reprendre son calme. Respirer dans un sac peut être la solution pour gérer l’hyperventilation. 

 

Et si c’était des carences ?

De nombreuses carences en nutriments peuvent être responsables de vos fourmillements, picotements et engourdissements :

    • Vitamine B12 (viande, œuf, poisson…)
    • Calcium (yaourt, lait, fromage)
    • Vitamine E (kiwi, noix, tournesol…)
    • Magnésium (légumes verts, chocolat)
    • Vitamine D (soleil, céréales)

 

Fourmillement : serait-ce le signe d’un AVC ?

L’accident vasculaire cérébral est malheureusement très fréquent. Il s’agit de la troisième cause de mortalité en France. 

Dès lors que vous remarquez une paralysie marquée sur une partie du corps (visage, bras…) associée à des fourmillements, il est essentiel de contacter le SAMU au plus vite. 

D’autres signes alarmants peuvent apparaître en parallèle : difficultés à articuler, troubles visuels (effet “rideau”) ou encore d’importants maux de tête, notamment associés à des vomissements. 

 

Fourmillement : premiers symptômes de la sclérose en plaques ? 

La sclérose en plaques se manifeste parfois sous la forme de troubles sensitifs. Du fourmillement à l’engourdissement, voire à la diminution de la sensibilité. Ces symptômes s’étendent jusqu’à plusieurs jours. 

Néanmoins, la sclérose en plaques reste très difficile à identifier tant elle revêt de nombreux symptômes (fatigue, troubles de la mémoire…). Un examen par IRM vous permettra donc de diagnostiquer cette maladie en cas de doute. 

 

Caution scientifique : docteur Marcel Garrigou-Grandchamp

 

Retrouvez la liste des médecins généralistes de votre ville ou de votre quartier sur www.conseil-national.medecin.fr.

À SAVOIR

Il existe différents remèdes pour faire passer les fourmillements si l’on n’a pas de pathologie particulière. Le massage sur la zone de fourmillement, le bain de glace, les étirements et la marche à pied.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here