De Lyon à Valence, le moustique-tigre avance en Rhône-Alpes

1
104
Attention aux piqures de moustique-tigre
Le moustique-tigre s'installe en Rhône-Alpes

A l’origine de la propagation d’épidémies de dengue et de Chikungunya dans certains pays, le moustique-tigre continue de s’implanter en France. Déjà très présent dans le Sud-Est, l’insecte remonte la Vallée du Rhône, de Marseille à Lyon. Il est désormais signalé dans la plupart des départements rhônalpins, Quelques précautions s’imposent.

A l’origine de la propagation des épidémies de dengue et de Chikungunya dans certains pays, le moustique-tigre (Aedes Albopictus) poursuit sa progression en France. Déjà très présent dans le Sud-Est, l’insecte est désormais signalé dans la plupart des départements rhônalpins.

Détecté pour la première fois en France en 2004, dans les Alpes-Maritimes, le moustique-tigre poursuit sa lente mais inexorable progression sur notre territoire. Dans sa dernière carte 2015, le site vigilance-moustiques.com a placé 20 départements français en vigilance rouge, soit deux de plus qu’en 2014. Si toute la façade méditerranéenne est en alerte maximum, la région Rhône-Alpes est également directement concernée. Le Rhône, la Drôme, l’Ardèche, l’Isère et la Savoie sont en effet à un degré de risque de prolifération jugé élevé, de même que la Saône-et-Loire en Bourgogne. L’Ain et la Haute Savoie sont en vigilance orange, comme 19 autres départements. En Rhône-Alpes, seule la Loire reste pour l’instant à l’écart de cette propagation de l’insecte sur le territoire.

Une surveillance renforcée

La prolifération de l’insecte, susceptible de transmettre plusieurs maladies dont le chikungunya et la dengue, ne manque pas d’inquiéter les autorités. “Cette situation est préoccupante. En effet, ce moustique est particulièrement nuisible mais il est également capable, dans certaines conditions, de transmettre des maladies telles que la dengue ou le chikungunya”, note la Direction Générale de la Santé (DGS) qui a, le 1er mai dernier, déclenché un plan contre la dissémination de l’Aedes Albopictus en France métropolitaine. Ce dispositif consiste en une surveillance entomologique (autrement dit des populations de moustiques), une surveillance des cas humains et une sensibilisation des populations résidant dans les zones où l’insecte est présent.

Moustique-tigre: comment le reconnaître ?

Plus petit qu’une pièce de 1 centime, il ne mesure que quelques millimètres. Son signe distinctif : ses pattes sont noirs avec des rayures blanches, ce qui lui vaut son nom de moustique « tigre ». Selon les experts de la DGS, quelques mesures simples permettent de ralentir la progression du moustique: “Il est très important de supprimer les eaux stagnantes qui permettent la reproduction du moustique, à l’intérieur et surtout autour de son domicile : enlever les soucoupes des pots de fleurs ou les remplir de sable, changer l’eau des vases plusieurs fois par semaine, vérifier le bon écoulement des gouttières, mettre à l’abri de la pluie ou supprimer les pneus usagés et tout autre objet pouvant se remplir d’eau, etc. Ces gestes sont indispensables pour limiter la prolifération des moustiques”, insiste la Direction Générale de la Santé. Dans les zones à forte concentration de moustiques-tigres, il est aussi conseillé de porter des vêtements longs, amples et clairs, de s’asperger de lotion anti-moustique et d’utiliser des moustiquaires dans les chambres.

Le moustique-tigre met le Sud-Est en alerte
De Marseille à Lyon, le moustique-tigre poursuit sa remontée vers le Nord ©Vigilance-Moustique

Que signifient les différentes couleurs ?

  • Verte : rien à signaler, une veille sanitaire est effectuée.
  • Jaune : surveillance entomologique (l’entomologie est la branche de la zoologie qui étudie les insectes)
  • Orange : interceptions ponctuelles de moustiques. On ne sait pas si il est implanté durablement ou si il va pouvoir disparaître.
  • Rouge : le moustique-tigre est implanté et actif

A savoir

Originaire d’Asie, implanté depuis de nombreuses années dans les départements français de l’Océan Indien, le moustique-tigre est notamment à l’origine de la propagation de maladies tropicales sévères comme la dengue et le chikungunya. Ces deux maladies se manifestent par une fièvre élevée brutale (38,5 °C), des douleurs articulaires, ainsi que des maux de tête, voire des éruptions cutanées. L’incubation du virus est en moyenne de 4 à 7 jours pour la dengue, de 2 à 7 jours pour le chikungunya. En l’absence de traitement antiviral efficace, les personnes infectées doivent faire l’objet d’un suivi hospitalier.

Chargement des commentaires facebook ...

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here