Ecrire correctement nécessite une technique qui n'est pas toujours acquise. ©pixabay

Dysgraphique, gaucher ou simple trouble de l’écriture ? Vos lettres sont trop petites, déformées ou se ressemblent ? Vous souffrez sans doute d’un problème d’écriture. Conseils d’une graphothérapeute pour bien tenir le stylo !

 

On apprend à écrire depuis le plus jeune âge, mais a t-on acquis la bonne technique ? Des lettres illisibles, non-alignées ou qui vont dans tous les sens… les signes des problèmes d’écriture sont nombreux. Comment améliorer sa graphie et adopter la bonne méthode ? Les conseils d’Elise Harwal, graphothérapeute et auteur du livre « 100 idées pour accompagner les enfants dysgraphiques ».

 

Détecter les problèmes d’écriture

Les problèmes les plus fréquents sont une écriture illisible, trop petite ou trop grande, et des maux. Une mauvaise tenue de son stylo ou une mauvaise position entraînent souvent une souffrance au niveau du poignet de l’avant-bras ou encore des cervicales. Si ces problèmes ne sont pas traités dans l’enfance, ils peuvent durer jusqu’à l’âge adulte.

Avant d’apprendre à former des lettres, l’enfant doit apprendre à tracer les formes de bases de l’écriture (le rond, la boucle, les traits, les ponts…) sur de grand formats ou dans le sable ou la semoule. Ainsi, on peut surveiller le sens de rotation de l’écriture et s’assurer que ces bases soient bien acquises.

Adopter le bon geste

Bien choisir son outil
Pour commencer l’apprentissage de l’écriture, le crayon à papier reste le meilleur outil. Lorsque la technique est acquise, éviter les stylos à bille et préférer le stylo plume si l’enfant le maîtrise. Privilégier un outil antidérapant et qui ne glisse pas, pour faciliter a bonne tenue. Attention au poids du stylo, à sa forme et à son épaisseur : ces petits détails changent tout !

 

Tenir correctement son stylo
Pour maîtriser parfaitement son outil, le pouce et l’index doivent « pincer » le stylo qui lui repose sur le majeur et se place dans l’espace interdigital pouce-index Le mouvement doit être réalisé avec les doigts et non le poignet. Un petit exercice pour s’entraîner : prendre en main le stylo placé de moitié au bord de la table, en le faisant basculer vers soi.

 

Mesurer la pression émise sur le stylo

L’enfant (ou l’adulte) doit gérer la force qu’il émet sur son stylo et dans son écriture. Pour cela ses mains doivent recevoir de bons signaux sensoriels pour agir avec précision. Le scripteur doit maintenir une pression régulière et maitrisée. Il existe des jeux tactiles pour faire prendre conscience des différences de pression : écraser des boules de pâtes à modeler entre le pouce et l’index, faire des traits légers et appuyés avec des crayons de couleurs, utiliser des pinces avec une résistante différente etc.

Une bonne position pour une belle écriture

Bien positionner sa feuille

Adopter la bonne position pour un écriture plus fluide. ©MG

On n’oublie trop souvent l’importance du support dans l’écriture. Pourtant, celle-ci est essentielle. La feuille doit être inclinée à gauche pour un droitier et à droite pour un gaucher. L’avant-bras se retrouve parallèle au bord de la feuille tandis que l’autre main peut aider à maintenir la feuille. Opter pour des feuilles avec un lignage Séyès bicolore pour une écriture bien droite.

 

Avoir une posture adaptée

Pour bien écrire, il n’y pas que la position des doigts qui est importante, celle du corps l’est aussi ! Ainsi, préférer une position assise et stable, face au bureau, les épaules relâchées, les coudes et les genoux doivent former un angle droit. Le scripteur doit avoir le dos droit et légèrement, son buste décollé d’environ un poing de la table, les pieds à plats au sol.

 

Travailler sa motricité digitale

Pour améliorer la rotation des doigts lors de l’écriture, rien de mieux que de travailler leur motricité et dissociation. Plusieurs jeux peuvent permettre d’acquérir ces habilités :  Mikado, cartes à gratter, colorier des petits carreaux un par un, jeux de construction, gym des doigts etc. Enfin, limiter les écrans et privilégier les activités développant l’équilibre et la motricité globale.

À SAVOIR

À chacun son écriture. Les manières d’écrire diffèrent et se personnalisent en général à l’entrée du collège (période de changement de rythme et d’adaptation des méthodes d’écriture). Selon les spécialistes de la graphologie, l’écriture d’une personne serait son reflet et pourrait même en dire long sur sa personnalité !

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here