denutrition cuisines mixes
Les entrées en texture modifiée pour vaincre la dénutrition P.Auclair

Le groupe lyonnais Nutrisens, expert de la nutrition médicale, vient de lancer une gamme dédiée aux patients souffrant de dysphagie et de dénutrition. Objectif ? Eviter les “fausses routes” et redonner de l’appétit aux personnes dénutries avec des plats cuisinés mixés, faciles à avaler et de bon goût.

Insidieuse mais redoutable, la dysphagie et la dénutrition font figure de fléau dans les Ehpad, centres hospitaliers et autres établissements de santé. C’est pour lutter contre ces ennemis invisibles que le groupe lyonnais Nutrisens a lancé “Les cuisinés mixés”. Une gamme de produits conçus pour redonner de l’appétit aux patients tout en écartant les risques de “fausse route”, à l’origine de nombreux effets secondaires graves, parfois mortels.

 

Vaincre la dysphagie avec des produits mixés

Le groupe Nutrisens, dont le siège est situé à Francheville, dans la banlieue de Lyon, s’est spécialisé depuis plus de vingt ans dans les textures modifiées. Son équipe de R&D avait déjà innové en lançant le Pain G Nutrition, premier complément nutritionnel oral sous forme de pain brioché pris en charge par la sécurité sociale. Cette fois, les experts lyonnais ont mis près de deux ans pour créer une palette d’une centaine de plats.

Oeufs meurette, quiche au jambon, bœuf bourguignon, blanquette de veau, pâtes bolonaises, cassoulet toulousain… Elaborés par des chefs et fabriqués à Beaune, en Côte-d’Or, ces plats inspirés de la cuisine bistronomique entendent répondre aux attentes des professionnels de santé et des aidants. Du personnel confronté au quotidien aux problématiques de dénutrition et de “fausse route”, notamment chez les personnes fragilisées et les personnes âgées.

 

Le  cercle infernal de la dénutrition

Dénutrition lyonnaise nutrisens
Une gamme d’une centaine de plats mixés ©P.Auclair

Lorsque l’on est malade, on perd du poids et surtout du muscle. Cet affaiblissement physique a des conséquences sur la mobilité de la personne et sur son immunité, son potentiel de défense étant amoindri. A la clé, des complications pouvant conduire à une issue fatale“, explique le professeur Agathe Raynaud-Simon, médecin gériatre et expert en matière de dénutrition.

La gamme de “cuisinés mixés” a été imaginée pour concilier apport nutritionnel important et attrait gustatif. Ces plats enrichis sont ainsi plus facile à faire avaler à des personnes affaiblies ou dénutries. “Pour qu’elles retrouvent le plaisir de se nourrir, nous avons travaillé sur la texture des aliments, leur goût et leur aspect. Car pour nous, la notion de “faire envie” est essentielle“, souligne Georges Devesa, président du groupe Nutrisens.

Une cassolette pour redonner de l’appétit

Olives noires et vertes mixées
Des olives mixées pour lutter contre la dénutrition ©P.Auclair

De la présentation à la dégustation, toutes les étapes du repas ont été finement étudiées afin de concocter des recettes qui suscitent l’envie et le plaisir, confirme Lucie Borjon, experte dysphagie et texture modifiée chez Nutrisens. Parce que l’on mange en premier lieu avec les yeux, nous nous sommes attachés à travailler la présentation de nos mets. C’est ainsi, par exemple, qu’est née la cassolette, un packaging ergonomique répondant aux problèmes de praxie. Un contenant dont la couleur terracotta a été identifiée par nos experts comme la plus appétissante“.

Du petit déjeuner au dîner, ce sont au total une centaine de recettes gourmandes ou d’aides culinaires qui sont à la dispositions des chefs en établissements spécialisés et autres sites dédiés aux seniors. Les plats sont aussi à commander sur le web pour les personnes souhaitant rester chez elles.

A terme, le groupe lyonnais souhaite étoffer cette offre pour “apporter des solutions à domicile“, selon Georges Devesa. Dans ce cadre, le groupe fait partie des membres fondateurs de la Silver Alliance, collectif qui regroupe seize sociétés au service du bien-vieillir.

 

 

A SAVOIR

En France, près de 2 millions de personnes sont victimes de dénutrition et de problèmes de “fausse route”. Les sujets les plus exposés sont les personnes âgées, polyhandicapées, victimes d’AVC, atteintes d’un cancer ou de maladies neurodégénératives ou encore ayant subis une chirurgie bariatrique. Par ailleurs, 20 à 40% des personnes dépendantes souffrent de troubles de la déglutition. Si elle n’est pas prise en charge, cette pathologie est à l’origine de déshydratation et dénutrition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here