La grippe continue de faire rage en Rhône-Alpes. Selon le dernier relevé du réseau Sentinelles-Inserm, le seuil épidémique est largement dépassé dans la région. La Drôme, l’Ain et le Rhône figurent parmi les départements les plus touchés par le virus.

La région Rhône-Alpes n’en finit pas de tousser… Selon le dernier bulletin hebdomadaire du réseau Sentinelles, le nombre de syndromes grippaux observés a continué de progresser la semaine dernière pour atteindre 266 cas pour 100 000 habitants. Un chiffre bien supérieur à la semaine précédente et nettement au dessus du seuil épidémique français fixé à 179 cas/100 000 habitants. Dans ce contexte de forte progression du virus, certains départements sont mieux lotis que d’autres. Ainsi, la Haute-Savoie semble à l’écart de cette épidémie, alors que la Drôme (notamment la région valentinoise) et l’Ain sont frappés de plein fouet par la maladie. A un moindre niveau, l’agglomération lyonnaise (Rhône), l’Isère et la Savoie subissent aussi cette poussée de fièvre.
Rhône-Alpes demeure toutefois plus épargnée que d’autres régions au cœur de l’épidémie. C’est le cas du Limousin (582 cas/100 000), de l’Auvergne (360) et de la Corse (331), en tête de ce triste “hit-parade” du syndrome grippal. Les experts du réseau Sentinelles précisent que l’âge médian des patients atteints par le virus tourne autour de 28 ans, les hommes étant un peu moins impactés (45%) que les femmes. “Il faudra attendre le dépassement du seuil une deuxième semaine consécutive pour confirmer l’arrivée de l’épidémie de grippe”, concluent les médecins Sentinelles.

Un vaccin moins efficace

Cette probabilité risque d’encombrer un peu plus les cabinets médicaux déjà proches de la saturation en raison de l’épidémie de gastro-entérite. Pour ne rien arranger, une étude révèle la moindre efficacité du vaccin contre la grippe cette année. Parmi les trois souches de virus (B, AH1N1, H3N2) utilisées pour concevoir le vaccin, l’une d’entre elles aurait en effet subi une mutation détecte trop tardivement par les autorités sanitaire. Malgré tout, les médecins conseillent toujours aux personnes les plus vulnérables, notamment les enfants en bas âge, les femmes enceintes et les plus de 65 ans, à se faire vacciner pour limiter l’intensité de la maladie en cas de contamination.

A savoir

Les médecins Sentinelles surveillent chaque semaine le nombre de cas de syndromes grippaux vus en consultation (définis par une fièvre supérieure à 39°C, d’apparition brutale, accompagnée de myalgies et de signes respiratoires) en Rhône-Alpes comme dans les autres régions françaises.

Chargement des commentaires facebook ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here