le fait grandir trop vite s’identifie à l’aide d’une mesure de la taille
Mesurer un adolescent est le meilleur moyen de savoir s’il grandit trop vite. ©Pexels

Une croissance trop rapide chez l’enfant risquerait d’entraîner des complications après l’adolescence, tant au niveau physique que psychologique. Des douleurs de croissance aux maux de dos en passant par des pathologies des genoux, grandir trop vite n’est pas facile à vivre. Si s’armer de patience est nécessaire, il existe toutefois des moyens pour atténuer les douleurs. Le point sur ce phénomène incontrôlé qui affecte de nombreux enfants.

Lors de la croissance de l’enfant, les bras et les jambes s’allongent avant le torse. Durant cette période, les structures osseuses et musculaires connaissent d’importants changements. Les os en sont donc d’autant plus fragilisés. Lorsqu’un enfant grandit trop vite, c’est-à-dire que sa courbe de croissance ne rentre pas dans les normes du carnet de santé, ce n’est pas forcément un signal d’alarme. En revanche, en cas de douleurs récurrentes dans une même partie du corps, il est nécessaire de consulter un médecin.

Grandir trop vite : des douleurs de croissance

En forçant le corps à s’étirer trop rapidement, le fait de grandir trop vite risque d’entraîner des douleurs de croissance pendant l’adolescence. Celles-ci toucheraient 4% des garçons et 5% des jeunes filles. Le plus souvent, les douleurs se situent entre le milieu du tibia et de la cuisse, même si les hanches, les pieds et les talons peuvent aussi être affectés. Elles se manifestent en général pendant la nuit.

Ces douleurs seraient le résultat d’une contraction musculaire involontaire qui apparaîtrait généralement en dehors des pics de croissance. Dans la plupart des cas, ces maux disparaissent à la pré-adolescence. S’ils persistent, il est nécessaire de consulter un médecin afin de vérifier les courbes de croissance, les masses osseuses et musculaires et réaliser d’éventuels examens complémentaires.

Croissance rapide : des complications sur le long terme

Plusieurs problèmes peuvent apparaître à la suite d’une croissance trop rapide. Le fait de grandir trop vite possède en effet son lot de complications physiques.

  • Le risque de tendinite est élevé chez les enfants qui grandissent trop vite. Tout comme le risque d’élongation musculaire. Principale responsable ? La croissance du muscle qui ne suit généralement pas le rythme de celle des os.
  • Les scolioses font également partie des conséquences éventuelles d’une croissance trop rapide. Lorsqu’un enfant grandit trop vite, sa colonne vertébrale a tendance à se tordre. Cette pathologie, créant des maux de dos qui peuvent se prolonger sur plusieurs années, affecte davantage les jeunes filles entre 10 et 16 ans. Il est donc important de tonifier et de fortifier les muscles autour de la colonne vertébrale afin de ne pas accentuer la scoliose. Celle-ci peut en effet être aggravée par la sédentarité. Si une scoliose n’est pas traitée à temps, elle risque d’entraîner une limitation de la capacité respiratoire.
  • La maladie d’Osgood-Schlatter est un autre risque. Cette pathologie touche uniquement l’articulation du genou. Elle est responsable d’une douleur au niveau du tendon rotulien, partie basse du genou reliée au début du tibia. Elle-même due au cartilage de croissance du genou fréquemment victime de micros-traumatismes. En cause : une succession de « sauts » ou « appuis » de la part de jeunes sportifs. La pratique de tennis, de football, ou d’autres activités physiques sollicitant les jambes et plus particulièrement les genoux sont donc particulièrement à risque. Un arrêt, plus ou moins long, est préconisé afin de permettre à la douleur de s’atténuer.

Des conséquences également psychologiques

L’impact psychologique d’une croissance rapide n’est pas à négliger. Grandir trop vite n’affecte en effet pas seulement le physique, il joue également un rôle important sur la santé mentale de l’enfant. Lorsqu’il est trop grand pour son âge selon les courbes de croissance du carnet de santé, il y a des risques qu’il ne se sente pas bien dans sa peau. La différence avec les autres enfants de son âge peut être difficile à vivre sur le plan psychologique. Il peut être amené à perdre confiance en lui, s’isoler volontairement afin de ne pas être confronté aux regards des autres, voire souffrir de dépression.

Croissance trop rapide : peut-on l’éviter ?

Plusieurs théories existent concernant les troubles de la croissance. Aucune n’a toutefois encore été prouvée, mais plusieurs pistes sont étudiées afin de déterminer l’origine d’une croissance trop rapide. On trouve parmi elles les troubles hormonaux ainsi que les troubles chromosomiques.

Concernant les douleurs qui y sont liées, les spécialistes mettraient en avant la pratique intensive d’une activité physique chez l’enfant. En particulier des efforts sportifs de longue durée. La prescription d’antalgique, des massages ou de la chaleur sur la zone où la douloureuse peuvent toutefois soulager ces maux. Suivre la croissance de son enfant est donc essentielle afin de détecter d’éventuels troubles le plus tôt possible et limiter les conséquences sur le long terme.

À SAVOIR

Seuls des médecins spécialisés peuvent identifier les différentes pathologies liées à une croissance trop rapide. Il est donc important de consulter en cas de doute. Pour rappel, quel que soit la pathologie l’auto-diagnostic et l’auto-médication comporte des risques pour la santé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here