Une crise de foie peut apparaître à la suite d’une mauvaise alimentation
Le premier bon réflexe à avoir pour prévenir une crise de foie, c'est tout simplement de veiller à une alimentation équilibrée et sans excès. ©Freepik

Symptomatique d’une digestion difficile, la crise de foie, qui se caractérise par des douleurs localisées dans la région de l’organe, est le plus souvent bénigne. Elle se manifeste par des nausées, des vomissements et parfois des maux de tête, et trouve ses origines, le plus souvent, dans des excès de nourriture, de mauvaises habitudes alimentaires, des ingestions d’air importantes ou encore en conséquence à une gastro-entérite. Coup de projecteur sur les solutions qui existent pour contrer ce désagrément et rétablir une digestion limpide.

Une « crise de foie » est l’appellation un brin redoutable d’une digestion plus difficile que d’habitude. Elle tire son nom non pas d’une affection directe du foie, mais plutôt d’une douleur localisée au niveau du foie. Une crise de foie ne dure généralement pas plus de 48 heures. Mais cela peut varier d’une personne à une autre. Cette crise peut aussi se manifester par des maux de tête plus ou moins douloureux. Les migraines provoquées lors d’une crise de foie toucheraient principalement les femmes, pour une question purement hormonale. La digestion difficile, ou crise de foie, ne doit pas être confondue avec l’intoxication alimentaire ou la présence de calculs vésiculaires.

Crise de foie : comment l’identifier ?

Une crise de foie se caractérise par plusieurs symptômes. Les premiers sont d’ordre digestif : une nausée quasi-permanente, des vomissements alimentaires voire bilieux, une sensation de lourdeur et de ballonnement, des maux et brûlures d’estomac, et une sensation de satiété à la suite d’un maigre repas. Une sensation intense de soif peut également permettre d’identifier une digestion difficile.

Les maux de tête, eux, peuvent s’accompagner d’une difficulté à supporter la lumière du jour.

Une digestion difficile engendre généralement une douleur au niveau du foie. Celle-ci est due à la vésicule biliaire (organe situé sous le foie stockant la bile sécrétée par ce dernier), qui se dilate pour permettre à l’intestin de recevoir suffisamment de sels biliaires nécessaires à la digestion. Un repas trop copieux, ou une quantité trop importante de nourriture ingérée, peuvent provoquer cette dilatation impromptue.

Une crise de foie est généralement sans gravité. Cependant, en cas de symptômes couplés à des selles noires, de la fièvre ou à une perte de poids, il est impératif d’aller consulter un médecin pour éviter tout risque de complication.

Quels sont les facteurs favorisant la crise de foie ?

La surconsommation de tabac et d’alcool augmente les risques de contracter une crise de foie. Cette dernière peut aussi évidemment être la conséquence d’un repas trop abondant et de mauvaises habitudes alimentaires (manger trop gras, trop épicé, etc.).

L’aérophagie, l’absorption d’une quantité d’air importante lors d’un repas, est une éventuelle cause de troubles digestifs. Au même titre que l’anxiété ou le surpoids.

Il est possible d’avoir plus de mal à digérer à la suite d’une gastro entérite virale. Tout autant qu’après la prise de certains médicaments (aspirine, antibiotiques, etc).

Lors d’une grossesse, la digestion peut aussi s’avérer plus lente et plus difficile et se traduire par d’éventuelles crises de foie.

Par quels moyens prévenir et traiter une digestion difficile ?

Améliorer son hygiène alimentaire est un bon point de départ pour lutter contre le risque de crise de foie. Il est donc conseillé de manger moins vite tout en mâchant plus, éviter de manger trop gras ou trop épicé, se passer des boissons alcoolisées et gazeuses, boire plus d’eau et privilégier les petits repas réguliers aux repas copieux.

Différents compléments alimentaires peuvent également favoriser une meilleure digestion. Il s’agirait de curcuma ou de gingembre pour calmer les nausées, de radis noirs ou d’artichauts pour stimuler la sécrétion de bile, ou de probiotiques permettant d’enrichir la flore intestinale.

En cas de crise de foie, une diète s’impose le temps que la digestion revienne à la normale. Si ce n’est pas suffisant, le médecin peut prescrire un traitement médicamenteux. Certains permettraient une meilleure vidange de l’estomac, et d’autres neutraliseraient les acides présents dans l’estomac.

Au titre des remèdes de grand-mère, l’incontournable citron chaud et miel fait des merveilles contre la digestion difficile. Les infusions de thym ou de romarin auraient également des vertus magiques, tout comme le gingembre ou encore le radis noir. Autant d’astuces naturelles qui, rappelons le, ne font pas l’objet de confirmations scientifiques !

Sur un plan purement médical, plusieurs examens peuvent être réalisés pour déterminer la cause exacte d’une crise de foie jugée inquiétante : analyse de sang et des selles, fibroscopie (un examen de l’estomac à l’aide d’un tube optique), radios ou échographies…

À SAVOIR

Si les symptômes d’une crise de foie persistent pendant plus de six mois, alors on ne parle plus de crise de foie mais de dyspepsie fonctionnelle. Celle-ci peut s’expliquer par un dysfonctionnement de l’estomac.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here