coronavirus traitement covid boehringer ingelheim lyon
Le siège France de Boehringer Ingelheim implanté sur le Biopôle de Lyon-Gerland ©BI

Le groupe Boehringer Ingelheim, dont le siège français est implanté à Lyon, dans le quartier de Gerland, va débuter les essais cliniques de phase 2 d’une nouvelle molécule prometteuse. Objectif ? Traiter de manière efficace les patients Covid-19 en réanimation, victimes de complications respiratoires aigües.

La pandémie de Covid-19 prend une ampleur inquiétante en Auvergne-Rhône-Alpes. Ainsi, les patients affluent de toutes parts dans les hôpitaux de la région, faute de traitement vraiment efficace contre la Covid-19 . Dans ce contexte alarmant, le groupe Boehringer Ingelheim, dont le siège France est à Lyon, vient d’annoncer un développement important dans la recherche de traitements contre le coronavirus.

Concrètement, le groupe va lancer un essai clinique de phase 2 visant à faire homologuer une thérapie ciblée. La vocation de cet “inhibiteur du récepteur potentiel du canalcationique 6” : soulager les personnes souffrant de maladies respiratoires sévères. Un traitement prometteur pour certains patients Covid gravement atteints.

 

Un traitement pour lutter contre les complications en réanimation

La Covid-19 peut entraîner de graves complications respiratoires, telles qu’une pneumonie. Et, dans les cas sévères, provoquer un syndrome de détresse respiratoire aiguë et une insuffisance respiratoire“, explique le docteur et professeur de médecin, Lorraine Ward. “Les patients hospitalisés avec un syndrome de détresse respiratoire dû à la COVID-19 sont souvent incapables de respirer par eux-mêmes. Ils peuvent avoir besoin d’une assistance respiratoire pour faciliter la circulation de l’oxygène dans l’ensemble de l’organisme“.

L’essai, en phase 2, évaluera une molécule issue d’une recherche chez des personnes hospitalisées pour une infection par le SARS-CoV-2. Des patients présentant des complications respiratoires sévères, très diminués et disposant de peu d’options thérapeutiques médicales.

Ce traitement innovant pourrait soulager les 67 à 85 % de patients Covid-19 hospitalisés en réanimation qui souffrent d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), Cette thérapie permettrait surtout de réduire le recours à la ventilation mécanique et donc de sauver des vies.

 

Bientôt une thérapies pour les patients Covid en réanimation ?

Les avancées récentes sur la connaissance du virus permettent une meilleure compréhension de la pathologie. Elle nous laissent surtout espérer un traitement efficace pour tous les malades les plus graves“, explique la direction du groupe. Cette étude de phase II devrait durer 3 mois. L’essai clinique évaluera l’efficacité de l’inhibiteur auprès d’un panel de patients hospitalisés pour Covid-19.

Chaque participant à cet essai clinique prendre une gélule par jour pendant quatre semaines maximum. Le critère principal d’évaluation sera le pourcentage de patients en vie et sans ventilation mécanique au 29e jour du traitement.

Si les résultats de cette phase 2 sont concluants, le traitement pourrait entrer en phase 3 au début 2021. Ultime étape avant son homologation par les autorités sanitaires et une éventuelle mise sur le marché.

 

A SAVOIR

La France – et la Métropole de Lyon en particulier – sont au cœur de la stratégie de croissance de Boehringer Ingelheim. Outre l’implantation du siège France du groupe dans le quartier de Lyon-Gerland, Boehringer Ingelheim a investi plus de 350 millions d’euros sur la Métropole en trois ans. avec, notamment, la construction d’un site de production de vaccins vétérinaires à Jonage, la création d’un nouveau centre de R&D en biologie vétérinaire sur le site de Lyon Porte-des-Alpes et la construction d’un bâtiment dédié à la formulation et la répartition de vaccins aviaires, toujours à Saint-Priest, dans la banlieue de Lyon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here