Les gestes barrières sont essentiels pour freiner la propagation du Covid-19 dans la région. ©Freepik

Alors que l’hypothèse d’une deuxième vague tend à se concrétiser, le nombre de cas de Covid-19 augmente en Auvergne-Rhône-Alpes. Le plus gros cluster de la région, formé suite à un mariage, se situe à Annecy, en Haute-Savoie. Alors que les autorités sanitaires tirent une nouvelle fois la sonnette d’alarme, zoom sur la situation dans la région et les mesures pour ralentir l’épidémie.

Contrairement aux prévisions, le Covid-19 résiste plutôt bien aux fortes chaleurs. Plus grave, “une seconde vague est hautement probable à l’automne“, estime le Conseil scientifique. La recrudescence du nombre de cas de Coronavirus inquiète les autorités de santé. Elles s’attendent à un scénario grave, voire dramatique si la circulation du virus continue à s’accélérer. Le point sur la situation en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Un mariage à Annecy devient le plus gros cluster de la région 

Si les rassemblements ont été annulés dans plusieurs départements le 14 juillet, un cluster s’est tout de même constitué à partir de ce jour là. Sur le lac d’Annecy, en Haute-Savoie, l’organisation d’un mariage à bord d’un bateau de croisière a réuni près d’une centaine d’invités. Conséquence : une vingtaine de personnes ont contracté le coronavirus.

Deux jours plus tard, les premiers cas positifs au Covid-19 ont émergé. L’ARS, multiplie depuis les investigations pour identifier les personnes contacts et celles qu’elles ont pu approcher. Asymptotiques pour la plupart, les participants du mariage ont en effet pu transmettre le virus autour d’eux. L’un des enfants a ainsi fréquenté un centre de loisirs en Haute-Savoie, où trois cas ont été recensés. Au total, plus de 200 cas contacts de ce cluster ont été recensés par l’ARS, ce qui en fait à ce jour le plus gros d’Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Une vingtaine de clusters suivis en Auvergne-Rhône-Alpes

Lehpade nombre de cas de Covid-19 est en hausse en Auvergne-Rhône-Alpes, selon les données de Santé Publique France. Chaque jour, des centaines de personnes sont diagnostiquées porteuses du virus. Cette semaine du 20 août, 1283 nouveaux cas de Covid-19 ont ainsi été confirmés via le test de virologie PCR, contre 816 la semaine précédente.

De même, le nombre de nouveaux clusters dans la région augmente. Plus de vingt foyers sont actuellement suivis par les autorités sanitaires. Depuis le mois de mai, près de 100 clusters d’infections ont été recensés dans la région. La majorité d’entre eux sont issus de milieux familiaux et professionnels.

Les départements les plus touchés sont l’Ain, le Rhône, la Loire et la Haute-Savoie. Ce denier est par ailleurs passé en indicateur orange de vulnérabilité depuis l’émergence du cluster d’Annecy. La circulation du virus y est au niveau modéré, tandis qu’il reste limité pour l’instant dans le reste de la région. Enfin, la situation reste inquiétante dans les Ehpad : plus de 12 967 cas de Covid-19 ont été signalés dans près de 989 établissements depuis le début de l’épidémie.

Covid-19 : un relâchement dangereux dans les gestes barrières 

Le port du masque rendu obligatoire dans plusieurs villes

Pour freiner la propagation du virus, les habitants de certaines villes ont désormais l’obligation de sortir masqués. Cette mesure, en vigueur dans tous les lieux clos, a été élargie à l’extérieur au centre ville de Lyon, à Annecy, Chamonix, Megève, Meximieux, Annemasse, Sallanches, Thonon-les-Bains ou encore Albertville…

Dans les marchés ouverts ou certaines rues, ne pas porter de masque est passible d’une amende de 135 euros. Une règle qui pourrait s’élargir à d’autres villes dans les prochaines semaines. 

 

Hausse du nombre de cas dans la région, l’ARS tire la sonnette d’alarme

Face à la recrudescence du nombre de cas dans la région depuis la saison estivale, l’ARS et les préfectures appellent à une prise de conscience : “au-delà du seul port du masque, la lutte contre la circulation du virus impose de respecter l’ensemble des gestes barrières“.

Santé publique France insiste également : “En l’absence de traitement ou de vaccin, les seules mesures de prévention restent comportementales (hygiène, distance, port du masque …). Il est important de rappeler la responsabilité individuelle de chacun.

Le Comité scientifique redoute d’ailleurs l’arrivé d’une seconde vague à l’automne, rappelant que l’équilibre est fragile et nous pouvons basculer à tout moment vers une reprise incontrôlée de l’épidémie de Covid-19.

 

À SAVOIR

En cas de symptômes (nez qui coule, toux, fièvre, anosmie, agueusie...) ou de contact avec une personne potentiellement contaminée, faîtes le test ! Il est à présent possible de se faire dépister du Covid-19 sans ordonnance. Le dépistage se fait gratuitement, sur présentation de la carte vitale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here